Amiens recherche plus de cohésion

 

Tirer le bilan de l'exercice amiénois 2021/22 revient à lister des déceptions rageantes : l'échec dans le tournoi de Coupe Continentale à domicile à l'issue d'un match largement dominé contre Asiago, une défaite dès les huitièmes de finale de la Coupe de France (avec un tirage difficile qui a envoyé les Gothiques à Angers), et une élimination en quart de finale de la Ligue Magnus à cause de deux prolongations perdues contre Cergy-Pontoise. Les hommes d'Anthony Mortas ont su redresser un départ encore raté pour tenir leur rang, mais ils n'ont pas réussi à conclure pour atteindre un de leurs objectifs.

Nouveau challenge pour nouveau président

Les Gothiques sont dans une position qui n'est pas simple. Ils sont un peu seuls dans un entre-deux, moins riches que les trois grands clubs du hockey français mais plus riches que les autres. Ils ont statistiquement plus de chances de se faire devancer par le plus efficace des nombreux poursuivants que d'aller chercher une Coupe Magnus pour laquelle Grenoble et Angers ont nettement élevé leur budget. On attendait la parole du nouveau président Jean-Luc Mention - patron d'une PME familiale de génie climatique - début avril dans sa conférence de presse d'intronisation. L'actionnaire du Club des Bâtisseurs s'est inscrit dans la lignée de son prédécesseur Patrick Letellier en parlant d'une "présidence de continuité". Il n'a pas hésité à afficher l'ambition de "tenter le challenge d’être mieux classés que notre budget".

Le secret de la réussite sportive et économique semble s'appuyer sur une valeur commune : l'esprit d'équipe. Le président l'a cité comme une valeur cardinale en évoquant "le ralliement de toute une communauté" pour que les Gothiques fédèrent tout Amiens et soient attractifs auprès des sponsors. L'entraîneur Anthony Mortas s'est dit ouvertement déçu d'un manque de lien au sein du groupe. Le vestiaire n'a pas retrouvé le plaisir collectif après le Covid et le staff espère rétablir une meilleure cohésion.

Il ne reste que deux étrangers, le meilleur marqueur de l'équipe Stanislav Lopachuk mais aussi le joueur de l'ombre Taavi Tiala. Avec le Finlandais, un joueur intense et persévérant, les Gothiques en ont pour son prix, et il n'avait pas de quoi se survendre ailleurs : ses stats offensives restent modestes et en plus il s'était blessé au genou contre Cergy à la fin du troisième match des play-offs. Amiens aurait bien aimé garder d'autres joueurs comme Alexandre Boivin ou le joker Jesper Öhrvall, mais ceux-ci étaient plus gourmands.

Les Français ont été conservés en majorité, mais deux joueurs qui faisaient un peu partie des "meubles" ne se sont pas vus proposer un nouveau contrat. Jérémie Romand était une des figures de l'équipe mais aussi un des plus gros salaires. La contribution du vétéran de 34 ans avait diminué depuis deux ans et il se doutait que le temps viendrait de la séparation. Le barbu a finalement choisi le challenge de la D1 dans un club de Caen qu'il connaît bien. Si Romand a passé cinq années en Picardie, Rudy Matima y est depuis bien plus longtemps. Il était arrivé de Viry à 13 ans, et il a donc carrément passé douze saisons à grandir au sein du hockey amiénois. Sa courbe de progression a malheureusement plafonné puis régressé et c'était sans doute le moment qu'il se relance ailleurs (à Mulhouse). C'est une page qui se tourne, mais cela peut se comprendre avec la nouvelle génération qui pousse pour avoir sa place.

Il y a aussi un joueur qui a choisi de partir, et qui l'avait annoncé tôt avant la fin de saison. Second gardien depuis cinq ans, Lucas Savoye a choisi de prendre sa retraite du hockey à seulement 28 ans. Il a considéré qu'une reconversion de maraîcher dans sa région d'origine (Gap) conciliait le mieux ses aspirations de vie et ses convictions écologiques. Les Gothiques ont donc recruté une nouvelle doublure, Victor Bodin. Natif de Singapour, il a aussi vécu bébé à Sydney (Australie) puis en région parisienne, au gré des mutations professionnelles de son père. Mais c'est bien à San Francisco, où il a vécu de 6 à 16 ans, qu'il a appris le hockey. Il est revenu en France juste à temps pour faire (à Grenoble) les trois saisons juniors complètes qui lui ont permis d'obtenir le statut de Joueur Formé Localement. Il y a aussi fait ses armes face à des adultes avec Vaujany. S'il a essuyé pas mal de tirs en D2, encore l'an dernier avec la réserve angevine, il a été très solide dans ses apparitions en prêt en D1 avec une équipe de Cholet dans une spirale très positive.

Une défense qui prend du volume

Le premier gardien est quant à lui plus conforté que jamais puisque Henri-Corentin Buysse a pleinement assumé son nouveau statut de numéro 1 en équipe de France lors du dernier championnat du monde.

Anthony Mortas avait trouvé son équipe trop tendre lors des derniers play-offs, et il exprime sans ambages la réorganisation des lignes arrières : "Il y a un an, on voulait plus de buts et d'offensive, mais on avait déséquilibré la défense. On s'est donc renforcé en taille et en poids." Cette prise de volume ne concerne pas le contingent français, stable, dans lequel le seul changement est le départ de Yohan Coulaud pour promouvoir le jeune Guillaume Roussel en septième défenseur. Les tricolores ont de toute façon prouvé leur efficacité sans gros gabarits en obtenant les meilleurs bilans de la défense : +15 pour Nicolas Leclerc et +10 pour Romain Bault.

La nouvelle stratégie plus musclée concernait donc les étrangers. Elle s'est d'abord traduite par l'arrivée d'Aku Alho, un défenseur finlandais qui donne de sa personne pour protéger son enclave en jouant dur sur l'homme. Mais en août, il était le seul nouvel arrière sur la glace du Coliseum car on attendait toujours la première paire. L'arrivée d'Alex Lindroos - un travail de recrutement de longue haleine - s'est débloquée tardivement. Même si les Gothiques ont communiqué sur l'aspect positif de l'économie d'un mois de salaire, ce retard peut inquiéter quand il concerne un joueur qui rentre de rééducation après une blessure fin novembre. Mais il s'est entraîné au pays (avec Rajamäki d'ailleurs) et avait déjà passé un mois sur la glace avant de rejoindre la Picardie. Dès lors qu'il est en forme, Lindroos a les qualités pour réussir : une force physique impressionnante (196 cm, 101 kg), une bonne mobilité pour son gabarit et une tendance à diriger la défense en se comportant en patron.

Le dernier défenseur n'a été officialisé que dix jours avant le premier match de championnat. Au vu des caractéristiques des deux Finlandais, on espérait alors un profil offensif... et Amiens a recruté Tanner Jago. Certains vont se pavaner devant ses stats universitaires, mais après avoir récemment publié toute l'histoire de la NCAA sur Hockey Archives, un rappel s'impose : il y a une conférence bien moins forte que les autres, et c'est Atlantic Hockey, où Jago fut élu sur la deuxième équipe-type. Toute comparaison avec des joueurs d'autres conférences plus fortes serait donc hasardeuse. Bien sûr, on peut y trouver aussi des bons joueurs (voir paragraphe ci-dessous avec Desbiens). Mais Tanner Jago n'a pas été si productif dans le hockey professionnel. En ECHL, certes, ce n'était pas son rôle. Mais son pointage en Hongrie est équivalent à celui de Vojtech Kloz, qui n'avait pas spécialement une réputation de défenseur offensif en Magnus et qui a pris de l'âge entre temps (36 ans). Jago semble plus un profil complet qu'un vrai défenseur offensif numéro 1 à la ligne bleue. Ces Gothiques plus musclés pourraient donc manquer d'impact à la ligne bleue... surtout après la blessure au dos d'Aziz Baazi lors de la première journée de championnat.

Du talent disséminé sur quatre lignes offensives

C'est surtout en attaque que le recrutement d'Amiens a alléché ses supporters. Ils se réjouissent du retour de Danick Bouchard, qui avait été le meilleur marqueur du championnat lors de son passage au Coliseum en 2013/14. Le Canadien, dont la compagne est picarde, a certes pris de l'âge (36 ans) mais n'a jamais perdu son instinct de buteur. Ses 235 buts en Ligue Magnus ne sont sans doute pas un résultat final.

Deux autres recrues connaissent déjà la ligue. Jonathan Desbiens - qui fut le coéquipier de Jago pendant trois ans à l'université Bentley - n'a pas de références sur une période aussi longue mais il a été une bonne surprise à son arrivée à Mulhouse en décembre en tournant à plus d'un point par match. Nicolas Ruel reste sur une saison individuelle très productive chez la lanterne rouge Briançon, mais arrive dans un effectif plus dense. Entre des étrangers désireux de soigner une feuille de pointage et les jeunes talents portés vers l'offensive, la construction de blocs ne risque-t-elle pas d'être un casse-tête ?

Anthony Mortas, le coach qui devra gérer ces susceptibilités, assume cette gestion d'effectif. Il veut "quatre lignes homogènes, et resserrer à trois lignes si besoin. L'année dernière, en tirant sur les mêmes joueurs, on a manqué un peu de jus." Interrogé sur le cas de Ruel, il assure : "Bien sûr qu'il n'aura pas le même rôle, il est conscient qu'il aura moins de temps de jeu que la saison d'avant. Quand l'équipe gagne, performe, on oublie qu'on a moins joué."

Dans la construction d'équipe, il est important de disposer de porteurs d'eau. Florian Sabatier en est un bon exemple, et il sera le nouveau capitaine. Il en va de même pour Taavi Tiala et la recrue Teemu Siironen : les deux Finlandais avaient été coéquipiers au Jokipojat, et le nouvel arrivant est donc logiquement aligné auprès de son compatriote, y compris sur une paire d'infériorité numérique. Voilà déjà un trio désigné pour les tâches ingrates.

Le troisième attaquant finlandais, Tuukka Rajamäki, est plutôt réputé en Ligue Magnus pour ses capacités en supériorité numérique, par ses qualités d'organisation du jeu. Il a passé la pré-saison avec deux jeunes attaquants français droitiers, qui ont connu leurs premières sélections en équipe de France la saison passée : le centre Antonin Plagnat a été en progrès constant au fil de la saison de Ligue Magnus et l'ailier droit Baptiste Bruche a aussi fini fort... en mai en étant le meilleur marqueur du carré final qui fit monter la réserve amiénoise en D2. C'est une contribution à la structuration globale du club, mais on attend bien sûr surtout ses performances en équipe première.

Le jeune joueur dont on attend le plus, c'est bien sûr Tomas Simonsen, meilleur buteur du Mondial junior de sa catégorie et élu meilleur espoir de la Ligue Magnus mais qui s'est malheureusement fracturé la clavicule en janvier (il s'était retrouvé aux urgences le même soir qu'Ilies Djemel qui sera le treizième attaquant amiénois). Simonsen doit d'abord reprendre sa progression après sa blessure et a donc re-signé un an, mais avec sa vitesse, ses qualités techniques et son tir impressionnant, il semble destiné à un plus grand championnat étranger. Jusqu'où ? On a posé la question à son entraîneur Anthony Mortas : "Il est hyper doué, il peut aller très loin. Il est plus attendu, il sera peut-être plus surveillé. Je ne vois pas beaucoup de limites à ce joueur-là."

Tomas Simonsen a été placé dès la pré-saison sur le premier bloc avec Lopachuk et - initialement - le centre Josef Mikyska. Ce passeur tchèque à la belle vitesse d'exécution valait près d'un point par match en Extraliga slovaque et avait a priori les atouts. Mais il est arrivé avec quelques kilos superflus et le club s'est séparé de lui fin août. "Pour la place de centre numéro 1, c'était juste, explique Mortas. À un autre classement dans la hiérarchie, il aurait pu être bien, mais ce n'était pas le rôle pour lequel on l'avait engagé. Il avait du talent, c'est plus au niveau cardio qu'il était juste."

Mikyska a été remplacé par un joueur qu'Amiens suit depuis plusieurs saisons, Pierre-Olivier Morin. Vainqueur de la Coupe Mémorial 2012, ce Québécois a vite renoncé au hockey professionnel nord-américain après un camp AHL et cinq matches d'ECHL (un but) dans un effectif embouteillé par le lock-out NHL, à temps pour garder une chance d'obtenir une bourse universitaire. Il a intégré l'Université de Québec-Trois-Rivières, dans sa ville natale, pour obtenir un diplôme d'enseignant d'anglais et suivre les pas de son père qui travaille dans l'éducation. Mais avant cette reconversion, il avait en tête depuis longtemps de faire une carrière en Europe, où il a été champion du Danemark dès sa première saison (2018). Il a tenu un pointage régulier en quatre saisons avec les Pirates (0,78 point par match), qu'il a quittés au printemps dernier sur un nouveau titre danois. Amiens a donc fini par convaincre ce centre complet, rapide, efficace aux engagements, direct à la cage, distributeur de jeu pour ses ailiers. Mais il faudra que ce centre numéro 1 s'intègre vite car il est arrivé trop tard pour jouer le moindre match de préparation.

Le retard à l'allumage peut être pénalisant, mais Amiens a déjà vécu des départs poussifs. Avec de tels atouts offensifs, les Gothiques viseront forcément les demi-finales, mais un autre objectif est dans toutes les têtes, y compris celle d'Anthony Mortas : "La Coupe de France nous tient à coeur, c'est évident. Les joueurs l'ont déjà vécu deux fois, ce sont des moments merveilleux, on a envie de les revivre."

Marc Branchu

 

Effectif :

Gardiens

N° NOM Prénom             Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Chpt 2021/22  MJ   Min   Moy.     %
20 BODIN Victor           23/06/2001  185  87  Golden State      Cholet       FRA-2    5   220   1,37   94,4%
                                                                 Angers 2     FRA-3    7   393   3,66
35 BUYSSE Henri-Corentin  18/03/1988  185  85  Amiens            Amiens       FRA-1   41  2346   2,51   91,7%

Défenseurs

N° NOM Prénom             Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Chpt 2021/22  MJ   B   A Pts   +/-   Pén
 5 ALHO Aku               27/06/1997  183  87      (Finlandais)  Vimmerby     SUE-3   41   4   7  11   +3    46'
 7 BAULT Romain           29/01/1990  178  85  Amiens            Amiens       FRA-1   43   3   7  10   +10   39'
11 BAAZZI Aziz            26/06/1992  176  78  Strasbourg        Amiens       FRA-1   37   4  12  16   -4    38'
12 JAGO Tanner            19/05/1994  183  82        (Canadien)  Ujpest       HON-1   43   3  28  31   +14    8'
26 ROUSSEL Guillaume      21/02/2002  182  83  Neuilly           Amiens       FRA-1    5   0   1   1   +1     0'
                                                                 Neuilly      FRA-2   25   1   9  10   -4    10'
44 LECLERC Nicolas        18/08/1994  168  82  Besançon          Amiens       FRA-1   48   2   6   8   +15   18'
77 LINDROOS Alex          04/09/1995  196 101      (Finlandais)  Pelicans/HPK FIN-1   20   0   3   3   -4     4'

Attaquants

N° NOM Prénom             Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Chpt 2021/22  MJ   B   A Pts   +/-   Pén
 3 SABATIER Florian       21/03/1990  175  71  Reims             Amiens       FRA-1   50  12  17  29   +4    22'
14 SIIRONEN Teemu         20/04/1995  176  83      (Finlandais)  JoKP Joensuu FIN-2   46  11  33  44   +8    36'
16 TIALA Taavi            04/04/1993  181  88      (Finlandais)  Amiens       FRA-1   45   6  15  21   +10   28'
18 DESBIENS Jonathan      02/03/1996  175  82        (Canadien)  Maine/Iowa   ECHL     8   2   2   4   -7     2'
                                                                 Mulhouse     FRA-1   28  12  18  30   +1    38'
19 MORIN Pierre-Olivier   23/04/1991  183  82        (Canadien)  Aalborg      DAN-1   41  11  18  29   +15   22'
21 SIMONSEN Tomas         20/10/2002  172  76  Courbevoie        Amiens       FRA-1   25  14  11  25   +4     7'
                                                                 Amiens 2     FRA-4    3   9   4  13          2'
22 RUEL Nicolas           15/09/1996  185  86  Villard           Briançon     FRA-1   50  14  24  38   -15   28'
23 RAJAMÄKI Tuukka        02/08/1991  183  85      (Finlandais)  Cergy        FRA-1   55  16  31  47   +6    31'
24 PLAGNAT Antonin        24/03/2000  187  76  Morzine           Amiens       FRA-1   49   9  13  22   +3     6'
                                                                 Neuilly      FRA-2    1   1   0   1   +1     0'
                                                                 Amiens 2     FRA-4   10   8   7  15          0'
72 BRUCHE Baptiste        27/01/2000  185  85  Amiens            Amiens       FRA-1   48   9   5  14   -7     8'
                                                                 Neuilly      FRA-2    1   0   1   1   -3     0'
                                                                 Amiens 2     FRA-4   11  15  14  29         15'
73 DJEMEL Ilies           07/03/2003  178  75  Le Havre          Amiens       FRA-1   12   0   0   0   -2     0'
                                                                 Neuilly      FRA-2    3   0   1   1   -1     0'
                                                                 Amiens 2     FRA-4    6   1   6   7          4'
83 BOUCHARD Danick        02/02/1986  176  89        (Canadien)  Angers       FRA-1   60  22  18  40   +12   36'
96 LOPACHUK Stanislav     16/02/1992  180  78      (Biélorusse)  Amiens       FRA-1   49  19  31  50   +16   62'

Entraîneur : Anthony Mortas (48 ans), assisté d'Éric Medeiros (CAN, 45 ans).

Partis : Lucas Savoye (G, 14 MJ à 86,8%, arrêt), Klemen Pretnar (D, 5+24, Rosenheim, ALL-3), Skylar Pacheco (D, 3+19), Dan Gibb (D, 1+10, arrêt), Yohan Coulaud (D, 0+6, Gap), Alexandre Boivin (A, 11+33, Tychy, POL), Spencer Naas (A, 19+19), Elgin Pearce (A, 20+15, arrêt), Joey West (A, 5+15, arrêt), Jérémie Romand (A, 10+10, Caen), Jesper Öhrvall (A, 8+7, Manchester, GBR), Rudy Matima (A, 3+7, Mulhouse), Donat Szita (A, 3+3).

 

Revoir la présentation 2021/22

 

 

Retour à la Ligue Magnus 2022/2023