Suisse - République Tchèque (15 mai 1998)

 

Match pour la troisième place des Championnats du monde 1998.

La Suisse s'arrête au sommet du Mont-Blanc

La petite finale se joue souvent sur la motivation. La Suisse n'en manque pas, elle est devant son public à la recherche d'une médaille historique. Les champions olympiques tchèques ont vécu une déception plus forte et doivent se réorganiser sans Robert Reichel. Ivan Hlinka envoie donc en première ligne le trio Bělohlav-Dopita-Moravec qui a été stable pendant toute la quinzaine. Pavel Patera hérite du capitanat et retrouve son compère de Vsetín, Martin Procházka, qui revient de blessure. Petr Sýkora repasse au poste de centre et accueille à ses côtés son coéquipier des New Jersey Devils, Patrik Eliáš.

L'arbitre allemand M. Slapke prend le parti de sévir immédiatement. Dès l'engagement, Martin Plüss charge dans la bande Jiří Dopita qui réplique d'un coup de crosse aussitôt puni. Le jeu de puissance suisse tarde à s'installer avec un seul tir, un slap de Michel Zeiter dans le cercle droit parfaitement capté par la mitaine de Milan Hnilička. Ensuite, Misko Antisin perd le palet en essayant de dribbler Dopita en zone neutre et Martin Rauch accroche alors Moravec sur la contre-attaque. David Aebischer ferme les jambières face à un slap à cinq mètres de Patera et la pénalité suisse n'est même pas terminée que Jiří Šlégr se fait bêtement sanctionner pour une charge incorrecte dans la zone suisse. Puis c'est au tour de Gian-Marco Crameri de faire faute dans le camp adverse en accrochant Kaberle. Cette litanie de coups de sifflet se termine par une troisième faute de suite en zone offensive, de Michel Zeiter sur Lubina. En douze minutes de jeu, on n'en aura joué que deux et demie à 5 contre 5. Aucune équipe n'a encore déployé son jeu.

Cette sévérité initiale contribue néanmoins à épurer le jeu en faisant en sorte que les joueurs maintiennent un peu plus leurs crosses sur la glace. Au moment même où ce temps des punitions s'achève, la bonne passe de David Výborný envoie Martin Procházka face au but, mais il perd le contrôle du palet dans sa feinte. La partie démarre véritablement, avec plus d'occasions tchèques. Edgar Salis évite le pire en bloquant la passe de Beránek sur un 2 contre 1.

Les Tchèques ouvrent le score dès le début de la deuxième période : Martin Procházka intercepte un palet porté en sortie de zone par Zeiter et parvient à décaler du revers Pavel Patera qui bat Aebischer côté bouclier à mi-hauteur, poteau rentrant (0-1). Michel Zeiter est proche de se rattraper de son erreur coûteuse quand il est envoyé en 2 contre 1 par Micheli : son tir en angle passe sous le bras de Hnilička, mais retombe devant la ligne. La domination tchèque se fait de plus en plus nette, d'abord par le trio Procházka-Patera-Výborný qui monopolise tellement le palet que seul Aebischer s'oppose encore à lui, puis par toute l'équipe. Petr Sýkora dribble Salis en entrée de zone et décale Patrik Eliáš dont l'accélération soudaine a planté sur place tous les joueurs suisses (0-2). Martin Procházka reçoit une passe du revers de Patera et sa reprise puissante frappe les deux poteaux (!) avant d'entrer (0-3).

Au tout début du troisième tiers-temps, alors que Ralph Krueger a modifié ses lignes, David Aebischer perd de vue la rondelle qui est restée sous la botte droite après un tir de David Moravec. Il la repousse sur le côté en ramenant sa jambe et Jiří Dopita n'a plus qu'à l'envoyer dans la cage vide (0-4). Même si les deux équipes recommencent à concéder des pénalités en zone offensive (Patera, Plüss), le score en restera là. Les Suisses ont encore de bonnes positions de tir mais n'arrivent pas à conclure. Reto von Arx écrase sa crosse sur le glace au moment de lancer alors qu'il a été parfaitement lancé en contre-attaque par le spécialiste des longues passes - aux prises de risques parfois un peu excessives - Mark Streit. Quant à Peter Jaks, il manque de chance car son lancer du cercle droit frappe le poteau opposé. En se couchant sur le flanc devant les incursions suisses les plus dangereuses (Crameri, Jenni), Milan Hnilička préserve son blanchissage. Aebischer remporte pour sa part son face-à-face avec Patrik Eliáš, envoyé en échappée par une passe de Lubina.

Comme lors de la précédente confrontation dans ce Mondial, les Suisses ont bien résisté pendant une période mais n'ont pas tenu la distance. Ils se sont épuisés à la poursuite de la rondelle lorsque les Tchèques ont accéléré sa circulation lors du deuxième tiers-temps. Le résultat est parfaitement logique. Le bilan purement comptable de la Nati dans ce championnat du monde n'a finalement rien d'exceptionnel avec 2 victoires en 9 matches. Mais Ralph Krueger a vraiment réussi à changer l'état d'esprit des Helvètes : leur sincère déception après la défaite montre qu'ils ont vraiment cru en leur capacité d'aller battre les meilleurs. Mais la condition physique leur fait encore défaut pour cela, et il faudra travailler la préparation hors glace.

Étoiles du match Hockey Archives : *** Pavel Patera / ** Martin Procházka / * Milan Hnilička et Jiří Šlégr

Marc Branchu

Commentaires d'après-match

Slavomir Lener (entraîneur-adjoint de la République Tchèque) : "J'envie Krueger. Il a une équipe très jeune et prometteuse, avec laquelle il est extrêmement intéressant de travailler. Je ne serais pas contre échanger ma place avec Ralph."

Ralph Krueger (entraîneur de la Suisse) : "N'espère pas trop, Slavomir. J'ai un contrat pour encore quatre annnées."

David Aebischer (gardien de la Suisse) : "Aujourd'hui, nous nous sommes préparés pour la victoire, dans nos coeurs nous compenions tous qu'il serait difficilement possible de battre les champions olympiques. Nous avons rempli notre mission dans la première phase, en assurant notre place en groupe A pour les prochains champinnats du monde. Et ensuite il y a eu cette qualification inattendue pour les demi-finales. Mais, quel que soit l'état d'esprit avec lequel nous sommes montés sur la glace face aux Suédois et face aux Tchèques, pour beaucoup d'entre nous, quelque part dans nos têtes une limite a été atteinte. Nous avons gravi le Mont-Blanc, mais aujourd'hui nous ne sommes pas prêts à gravir l'Everest, nous nous arrêtons et nous n'allons plus dépenser 50% de nos forces, il n'en reste guère plus dans nos organismes."

Ivan Hlinka (entraîneur de la République Tchèque) : "Après avoir gagné la médaille d'or aux Jeux olympiques de Nagano, les médailles de bronze ne paraissent peut-être pas avoir tant de valeur, mais nous sommes encore heureux de ne pas rentrer à Prague les mains vides. Après tout, nous sommes une fois de plus au-dessus des hockeyeurs du Canada, de la Russie ou des États-Unis, même si beaucoup des champions olympiques n'ont pas joué en Suisse."

 

Suisse - République Tchèque 0-4 (0-0, 0-3, 0-1)
Vendredi 15 mai 1998 à 20h00 au Hallenstadion de Zurich. 10 100 spectateurs.
Arbitrage de Peter Slapke assisté de Panu Bruun et Stefan Danielsson
Pénalités : Suisse 10' (6', 0', 4') ; République Tchèque 8' (4', 0', 4').
Tirs cadrés : Suisse 27 (6, 12, 9) ; République Tchèque 27 (6, 14, 7).

Évolution du score :
0-1 à 20'56" : Patera assisté de M. Procházka
0-2 à 30'39" : Eliáš assisté de Sýkora
0-3 à 32'28" : M. Procházka assisté de Patera
0-4 à 40'28" : Dopita assisté de Bělohlav Moravec
en noir, la feuille de match officielle ; en rouge, les corrections de Hockey Archives
 

Suisse

Attaquants :
30 Marcel Jenni (-2) - 18 Martin Plüss (-1, 2') - 17 Gian-Marco Crameri (-2, 4')
8 Claudio Micheli (-1) - 24 Michel Zeiter (-2 -1, 2') - 19 Peter Jaks (A, -2)
11 Ivo Rüthemann - 15 Reto von Arx - 21 Patrick Fischer
32 Franz Steffen (-1) - 35 Sandy Jeannin (-1) - 13 Misko Antisin (-1)

Défenseurs :
34 Martin Rauch (C, -2, 2') - 27 Edgar Salis (-2)
2 Martin Steinegger (-1) - 5 Patrik Sutter (-1)
31 Mathias Seger - 16 Mark Streit
7 Dino Kessler (A, -1) - 26 Olivier Keller (-1)

Gardien :
40 David Aebischer

Remplaçant : 20 Reto Pavoni (G). Absents : Ronnie Rüeger (G), 9 Mattia Baldi (cheville cassée), 29 Michel Riesen (surnuméraire).

République Tchèque

Attaquants :
19 Radek Bělohlav (+1) - 30 Jiří Dopita (A, +1, 2') - 22 David Moravec (+1)
20 Martin Procházka (+2) - 10 Pavel Patera (C, +2, 2') - 9 David Výborný (+2)
18 Ladislav Lubina (+1) - 17 Petr Sýkora (+1) - 26 Patrik Eliáš (+1)
27 Jan Hlaváč - 69 Josef Beránek - 14 Marián Kacíř

Défenseurs :
71 Jiří Šlégr (+1, 2') - 91 Jiří Vykoukal (A, +2, 2')
12 František Kaberle (+2) - 5 Libor Procházka (+2)
7 Jiří Veber (+1) - 15 Robert Kantor

Gardien :
3 Milan Hnilička

Remplaçants : 25 Martin Prusek (G), 32 Václav Burda. Absents : 29 Roman Čechmánek (G, blessé), 4 František Kučera (D, œil), 21 Robert Reichel (A, genou), 24 Milan Hejduk (A, visage).

 

Retour aux Championnats du monde 1998