Metallurg Magnitogorsk - HIFK Helsinki (24 janvier 1999)

 

Poule demi-finale de l'EHL 1998/99, troisième match.

Ilves a déjà son billet pour le tournoi final de la grande compétition européenne et la seconde place qualificative ira au vainqueur de ce match. Avantage à Magnitogorsk qui peut se qualifier avec un match nul... et qui ouvre le score en seulement 37 secondes par le défenseur Andrei Sokolov, bien servi en retrait par une combinaison de ses attaquants. Les Russes auraient même tuer le match rapidement si Niklas Bäckström n'avait pas remporté ses face-à-face avec Razin et Borodulin dans les dix premières minutes.

On a un peu l'impression que le HIFK et son public ont déjà rendu les armes, dans une ambiance morose. La première occasion finlandaise vient de Mika Nieminen, dont le lancer, dévié par un patin, heurte le poteau. En fin de première période, le Metallurg se retrouve à 5 contre 3 quand Mäkiäho (choc avec le gardien) et Borsato (crosse haute qui coupe profondément Andrei Sokolov à la lèvre, 2'+2') partent en prison, mais il n'en profite pas même si Sergei Gomolyako (photo) essaie de caler ses 120 kilogrammes devant le gardien. À la fin de cette période, Magnitogorsk n'a plus que six défenseurs valides sur huit. Tout comme Sokolov, suturé par le médecin, Igor Zemlyanoy s'est aussi blessé, au genou, et repart se changer.

Les Finlandais reviennent plus motivés en deuxième période. Ils se montrent plus actifs au forechecking et sont récompensés par un tir puissant en angle fermé de Marko Tuomainen qui remet le score à parité. Mais le powerplay du HIFK, efficace en SM-liiga contre les équipes de bas de tableau, est en difficulté quand le niveau s'élève. Symbole de ce problème, il se fait encore prendre à revers après le but-gag encaissé à 5 contre 3 avant-hier : c'est Valeri Karpov qui intercepte le palet en zone neutre et s'échappe seul devant Bäckström. À la fin du tiers-temps, un but est refusé aux Finlandais dans une mêlée confuse.

Sans trois attaquants majeurs, le HIFK est en panne d'idées offensives et les jokers nord-américains trouvés par le manager Jarmo Kekäläinen n'ont pas été d'un grand secours cette fois. L'ailier arrivé mi-décembre, Joe Frederick, par exemple, n'est pas capable de remplacer les absents, invisible en zone offensive même s'il se fait remarquer par quelques mises en échec. Les Finlandais doivent pourtant marquer deux buts pour se qualifier, et le temps presse. Erkka Westerlund prend son temps mort tôt, à trois minutes de la fin, pour sortir son gardien. Mais le jeu à 6 contre 5 aboutit à un nouvel harakiri : Toni Mäkiäho, au duel avec Nikulin, est forcé à dégager le palet dans sa zone... La rondelle part sur la tranche et prend une trajectoire étrange qui l'a fait revenir dans les filets déserts. Ce but improbable donne la première place honorifique du tournoi à Magnitogorsk. Le HIFK a le mérite de ne pas abandonner et de pousser jusqu'au bout, mais en vain.

Marc Branchu

Commentaires d'après-match

Erkka Westerlund (entraîneur de HIFK) : "Je félicite le Metallurg pour la qualification. Cet échec est une grande surprise pour moi."

Valeri Belousov (entraîneur de Magnitogorsk) : "Nous avons pris une bonne leçon au tout premier match de poule face au Sparta. Certains de mes joueurs pensaient que l'Euroligue serait du gâteau, et la défaite les a ramenés à la raison en les secouant. Nous devons apprendre des victoires, mais aussi des défaites. Ce tour de demi-finale à Helsinki a été décisif. Deux adversaires différents, qui sont parmi les meilleurs dans ce qui est peut-être le meilleur championnat d'Europe, et qui jouaient à domicile : c'était très difficile de passer. Merci aux joueurs pour leur courage. Notre première place prouve une fois de plus que le Metallurg est sur la bonne voie."

 

Metallurg Magnitogorsk - HIFK Helsinki 3-1 (1-0, 1-1, 1-0)
Dimanche 24 janvier 1999 à 16h00 à la Helsingin Jäähälli de Helsinki. 2117 spectateurs.
Arbitrage de Tor-Olav Johnsen (NOR) assisté de Kent Thudén et Per Svensson (SUE).
Pénalités : Magnitogorsk 14' (0', 6', 8'), HIFK 12' (6', 0', 6').
Tirs : Magnitogorsk 20 (10, 5, 5), HIFK 23 (8, 9, 6).

Évolution du score :
0-1 à 07'01" : Sokolov assisté de A. Koreshkov et Gusmanov
1-1 à 26'26" : Tuomainen
2-1 à 35'23" : Karpov (inf. num.)
3-1 à 58'13" : Nikulin (cage vide)
 

Metallurg Magnitogorsk

Attaquants :
Aleksandr Koreshkov (2') - Evgeni Koreshkov (A) - Ravil Gusmanov
Konstantin Shafranov - Mikhaïl Borodulin (C) - Sergei Osipov
Sergei Gomolyako (A) - Andrei Kudinov (2') - Valeri Karpov
Dmitri Popov - Andrei Razin - Aleksandr Golts

Défenseurs :
Andrei Sapozhnikov (2') - Andrei Sokolov
Vadim Glovatsky (2') - Valeri Nikulin
Oleg Mikulchik (2') - Sergei Tertyshny (2')
Vladimir Antipin (2') - Igor Zemlyanoy

Gardien :
Boris Tortunov

Remplaçant : Sergei Zemchyonok (G).

HIFK Helsinki

Attaquants :
Marko Tuomainen (2') - Mika Nieminen (2') - Toni Mäkiaho (2')
Markku Hurme - Luciano Borsato (4') - Mikko Ruutu
Tom Laaksonen (2') - Toni Sihvonen (C) - Joe Frederick
Kari Kalto - Olli Ahonen - Kimmo Kuhta

Défenseurs :
Jere Karalahti - Brian Rafalski
Toni Lydman - Kari Rajala
Ville Sirén - Jani Nikko
Jarno Kultanen

Gardien :
Niklas Bäckström [sorti de 57'00" à 58'13" et de 58'25" à 60'00"]

Remplaçant : Jan Lundell (G). Absents : Jarkko Ruutu (poignet), Mika Kortelainen (blessé), Jan Čaloun.

 

Retour à l'EHL