Suède - Suisse (4 mai 1999)

 

Championnats du monde 1999, premier tour, groupe B.

"La Suisse s'habituera un jour, elle aussi, à avoir des joueurs outre-Atlantique", s'amuse, un brin moqueur, Ralph Krueger en constatant l'effervescence des médias suisses entourant l'arrivée de David Aebischer, débarqué des États-Unis à midi au milieu d'une forêt de micros et caméras, un peu avant l'entraînement de la journée. La passion des journalistes suisses pour leur jeune gardien prodige (qui n'évolue pour l'heure qu'en AHL) a de quoi faire rire sous cape quand, à quelques mètres, ses collègues suédois et letton (Tommy Salo et Arturs Irbe), authentiques stars de NHL, sont accueillis à l'aéroport par un responsable du matériel dans le plus parfait anonymat. Devenu quatrième gardien et par conséquent surnuméraire, Claudio Bayer avait quitté la Norvège cinq heures plus tôt, sans le croiser. Aebischer n'est pas encore aligné après son long voyage (dix heures de bus pour rentrer de son dernier match en AHL puis seize heures d'avion avec escale à Londres), il commence le match sur le banc.

Aebischer n'a sans doute pas à regretter de ne pas être titulaire. Reto Pavoni encaisse en effet un premier but après seulement trente secondes de jeu : la passe en zone neutre de Niklas Sundström, dans l'intervalle entre Sutter et Zeiter, envoie sur l'aile droite Markus Näslund qui met dans le vent le gardien par un mouvement étincelant ! À la quatrième minute, Niklas Sundström ajoute déjà un deuxième but. Déstabilisée, la Suisse ne s'en remettra jamais. Trop passive d'abord, elle recule et laisse la Suède mettre en place son jeu de possession. Les Helvètes se laissent souvent attirer vers le porteur du palet et prendre à revers par une passe transversale. Offensivement, ils accumulent les mauvais choix. Ils n'ont pas assez de vitesse de prise de décision pour déclencher les passes ou les tirs. Ils sont battus à plate couture dans un match où il n'y aura rien à sauver. La rentrée d'Aebischer en cours de match n'y change rien, car Pavoni ne pouvait être tenu pour responsable de la faillite collective de son équipe. La Suède s'impose 6-1, Markus Näslund se régale avec trois buts et deux assistances.

Le seul point positif de la soirée pour les amateurs de hockey suisse est que le standard de la Télévision Suisse Romande a été assailli d'appels téléphoniques téléspectateurs scandalisés que le match ne soit pas retransmis en direct, mais avec 1h30 de retard (alors qu'il était en direct sur les canaux germanophone et italianophone). Le directeur des programmes de la TSR Raymond Vouillamoz a même été appelé chez lui. La chaîne publique francophone a réagi en reprogrammant le prochain match Suisse-France, décisif pour la qualification, en direct.

Désignés joueurs du match : Markus Näslund pour la Suède et Mathias Seger pour la Suisse..

Commentaires d'après-match (dans 24 heures)

Markus Näslund (attaquant de la Suède) : "Face à la France, nous avons joué sur un patin. La victoire ne faisait aucun doute dans notre esprit. Aujourd'hui, en revanche, nous avions prévu de mettre la gomme. D'entrée de cause, histoire d'éviter toute mauvaise surprise."

Ralph Krueger (entraîneur de la Suisse) : "Je n'analyserai pas ce match à la vidéo. Je ne suis pas masochiste, et puis, c'est inutile. L'équipe est jeune, elle a appris beaucoup de choses ce soir."

David Aebischer (gardien de la Suisse) : "Je ne sens aucune pression particulière peser sur mes épaules. Jamais je n'ai eu autant de journalistes autour de moi, mais ça va. Je suis en forme, les gars m'ont bien accueilli sauf... Pauli Jaks qui m'évite un peu."

Gian-Marco Crameri (attaquant de la Suisse) : "Nous aurions pu tenir tête aux Scandinaves. J'en reste convaincu. Mais, après le deuxième but, nous avons eu la mauvaise attitude. Quant à savoir si nous garderons des séquelles, je ne pense pas. Face à la France, il nous incombera, à notre tour, de contrôler le jeu. Nous serons plus à l'aise. Et, sur la longueur, notre rythme fera la différence."

 

Suède - Suisse 4-1 (2-0, 2-0, 0-1)
Mardi 4 mai 1999 à 20h00 au Jordal Amfi d'Oslo. 4806 spectateurs.
Arbitrage de Gerhard Müller (ALL) assistés de Vyacheslav Bulanov (RUS) et Andrei Vasko (BLR).
Pénalités : Suède 24' (2', 2', 10'+10') ; Suisse 24' (4', 8', 12').
Tirs : Suède 24 (5, 8, 11) ; Suisse 15 (5, 4, 6).

Évolution du score :
1-0 à 00'30" : Näslund assisté de Sundström et Huokko
2-0 à 03'41" : Sundström assisté de Påhlsson et Näslund
3-0 à 24'44" : Alfredsson assisté de Nylander et Jönsson
4-0 à 26'27" : Näslund assisté de Nylander (sup. num.)
5-0 à 36'26" : Näslund assisté de Påhlsson
6-0 à 39'59" : Larsson assisté de Näslund et Alfredsson (double sup. num.)
6-1 à 56'04" : Fischer assisté de Crameri
 

Suède

Attaquants :
Michael Nylander - Jörgen Jönsson (A, +1, 2') - Daniel Alfredsson (+1, 2')
Samuel Påhlsson (+2) - Niklas Sundström (+3) - Markus Näslund (+3)
Jesper Mattsson - Jan Larsson (A, -1, 2') - Ove Molin
Daniel Sedin - Nichlas Falk (C, 2') - Peter Nordström

Défenseurs :
Anders Eriksson (+1) - Jan Huokko (+1)
Kim Johnsson (+2) - Christer Olsson (+2, 4'+10')
Hans Jonsson - Pär Djoos

Gardien :
Tommy Salo

Remplaçant : Petter Rönnqvist (G). Non aligné : Johan Hedberg (G).

Suisse

Attaquants :
Geoffrey Vauclair (-1) - Reto von Arx (A, -1, 2') - Ivo Rüthemann (-1)
Patric Della Rossa (-2) - Michel Zeiter (-2, 2') - Sandy Jeannin (-2, 4')
Patrick Fischer - Gian-Marco Crameri - Marcel Jenni
Martin Plüss - Sandro Rizzi - Mattia Baldi (6')
Laurent Müller

Défenseurs :
Martin Steinegger (A, 2') - Mathias Seger
Olivier Keller (4') - Mark Streit (-1)
Patrik Sutter (C, -1, 2') - Benjamin Winkler (-2)
Philippe Marquis (-2)

Gardien :
Reto Pavoni puis 26'27" David Aebischer (2')

Non aligné : Pauli Jaks (G).

 

Les championnats du monde 1999