Finlande - États-Unis (7 mai 1999)

 

Championnats du monde A 1999, deuxième tour, groupe E.

Le Canada a fait une telle impression dans l'après-midi qu'il n'y a peut-être qu'une seule autre place ouverte en demi-finale, pour le vainqueur de ce match. Les Américains ont changé de gardien en alignant Tim Thomas, jusqu'ici remplašant, mais qui joue en Finlande au HIFK et qui connaît donc bien les adversaires du jour. L'universitaire Mike Mottau fait ses débuts comme septième défenseur, avec un temps de jeu d'abord limité.

Dès le coup d'envoi, le jeu finlandais est comme le débit du commentateur national Artero Metsaranta : rapide. Les Américains, a priori peu férus de hip-hop, ont du mal à suivre le "flow". Disons-le tout net, leurs défenseurs paraissent franchement lents. Antti Törmänen tire déjà le "wagon" Weinrich qui a accroché sa remorque quand il déborde aussi le second arrière Lachance et subit une crosse haute. 1'16" de jeu, déjà une pénalité... Et une minute plus tard, l'arbitre siffle la faute suivante, une charge avec la crosse de Bret Hedican. À 5 contre 3, Teemu Selänne distribue ses passes depuis le côté gauche, mais la reprise dans le slot de Marko Tuomainen passe au-dessus de la cage. Selänne tire quant à lui dans le petit filet sur la passe transversale de Koivu. À 5 contre 4, Olli Jokinen perce ensuite entre Miller et Keczmer, mais la défense américaine, dont le placement se résume à colmater les fuites dans l'urgence, s'en sort. Et pourtant ce sont les États-Unis qui ouvrent le score sur leur première action : Trent Klatt reçoit le palet de Johnson en sortant du banc, alors que les deux équipes changent de ligne, fonce au but et lance sous la botte droite d'Ari Sulander, trop lent à réagir dans sa position "debout" (0-1).

Malgré l'impression initiale, les Américains peuvent donc rivaliser. À 4 contre 4, Matt Cullen a la qualité technique et la vitesse d'exécution pour créer du danger, et sa passe en retrait provoque une obstruction de Martikainen et la première supériorité numérique, vaine. La Finlande se fait plus agressive sur le porteur du palet, mais les États-Unis s'y adaptent en accélérant les transmissions. Le danger finlandais du début de match n'est plus qu'un lointain souvenir... jusqu'à une magnifique longue passe de Petteri Nummelin qui envoie en échappée Ville Peltonen, mais Tim Thomas plonge pour un non moins magnifique poke-check, dans le mouvement de l'attaquant finlandais qui était sur le point de conclure du revers. Les Américains auraient pu rejoindre les vestiaires avec deux buts d'avance : un lancer masqué de la bleue de Bret Hedican frappe la jambière gauche de Sulander avant de frôler le poteau ! Ce n'est que partie remise au retour sur la glace : Darby Hendrickson surprend Saku Koivu sur une mise au jeu en zone offensive en lui soulevant la crosse pour accompagner son palet du patin. Koivu écarte pourtant ensuite cette rondelle vers Nummelin, mais elle heurte en fait le patin du défenseur et revient sur Trent Klatt qui signe un doublé (0-2).

Décevante à 5 contre 5, la Finlande n'a vraiment été supérieure que dans les phases d'unités spéciales. Justement, David Legwand retient une crosse juste avant de se faire intercepter une passe en zone offensive par Selänne. La pénalitée providentielle est exploitée par un fulgurant tir du poignet de Marko Kiprusoff, qui échappe à la mitaine de Tim Thomas (1-2). La dynamique redevient finlandaise, les Américains ont un temps de retard. Le capitaine Miller part également en prison pour une crosse retenue, et la sanction est appliquée à l'identique avec un lancer lointain d'un défenseur : un slap axial cette fois, signé Kimmo Timonen (2-2).

Les Américains continuent d'enchaîner les pénalités, de plus en plus à l'agonie : obstruction de Donato, cross-check de Chorske, brutalité de Hedican dans le dos de Koivu... Mais ils se sortent de deux minutes de bombardement à 3 contre 5, avec un bel arrêt-mitaine de Thomas sur un tir à faible hauteur de Timonen. Est-ce un nouveau tournant ? À une minute de la fin du deuxième tiers-temps, Tim Thomas sauve encore juste avant la ligne un palet de Tomi Kallio qui l'avait transpercé entre ses jambières. Néanmoins, Donato a accroché l'attaquant finlandais sur l'action... et la Finlande convertit encore l'avantage numérique : un tir de Timonen contré par la jambe de Hedican arrive sur la crosse de Saku Koivu placé entre les cercles (3-2). Après 31 tirs finlandais en vingt minutes (!), il fallait s'y attendre.

Les États-Unis égalisent dès le début de la troisième période sur une contre-attaque rapide : Legwand attire Berg sur l'aile et sert en direction de la cage Craig Johnson, dont le tir raté se transforme en passe au second poteau pour Tom Chorske (3-3). Les Américains se replient ensuite pour concéder de moins en moins d'espaces face à la poussée finlandaise. Mais après un échange de pénalités, il leur faut subir encore énormément pendant une quarantaine de secondes à 4 contre 5. Le grand buteur Teemu Selänne rate de peu la cage ouverte sur un rebond au poteau gauche : un signe ? C'est mal connaître le bonhomme. Il se venge quatre minutes plus tard sur un rebond offert par la crosse de Thomas (4-3). La Finlande contrôle ensuite le palet en zone offensive et semble jouer à sa main, mais Jokinen accroche Legwand sur la première incursion adverse. Le powerplay américain ne va tout de même pas s'améliorer subitement : c'est même Selänne qui a la meilleure occasion en infériorité après une mise en échec "récupératrice" de Karalahti. Les Américains pressent plus fort en sortant leur gardien, mais Sulander arrête un slap de Matt Cullen à la dernière seconde sous l'ovation des supporters finlandais qui mettent une belle ambiance.

La Finlande s'est montrée logiquement au-dessus de son adversaire, mais elle ne l'a pas démontré de manière assez constante à 5 contre 5, semblant perdre son plan de jeu après le premier but américain. Avoir renversé le score, après sa remontée contre la Russie, illustre cependant ses ressources mentales. Les Américains, quant à eux, devront jouer leur qualification face au Canada.

Désignés joueurs du match : Saku Koivu pour la Finlande et Trent Klatt pour les États-Unis.

Marc Branchu

 

Finlande - États-Unis 4-3 (0-1, 3-1, 1-1)
Vendredi 7 mai 1999 à 20h00 à la Olympiske Amfi de Hamar. 2436 spectateurs.
Arbitrage d'Ulf Rådbjer (SUE) assisté de Vaclav Cesky (TCH) et Rudolf Lauff (SVK).
Pénalités : Finlande 10' (6', 0', 4') ; États-Unis 22' (8', 12', 2').
Tirs : Finlande 57 (14, 31, 12) ; États-Unis 25 (9, 7, 9).

Évolution du score :
0-1 à 05'52" : Klatt assisté de Johnson
0-2 à 20'18" : Klatt
1-2 à 24'37" : Jokinen assisté de Kiprusoff et Selänne (sup. num.)
2-2 à 27'49" : Timonen assisté de Koivu (sup. num.)
3-2 à 39'33" : Koivu assisté de Selänne et Karalahti (sup. num.)
3-3 à 41'53" : Chorske assisté de Johnson et Legwand
4-3 à 52'21" : Selänne assisté de Koivu
 

Finlande (2' de banc mineur)

Attaquants :
Marko Tuomainen (-1, 2') - Saku Koivu (C, -1) - Teemu Selänne (A, -1)
Ville Peltonen - Raimo Helminen - Antti Törmänen (2')
Kimmo Rintanen (-1) - Olli Jokinen (-1, 2') - Mikko Eloranta (-1)
Juha Lind - Toni Sihvonen - Tomi Kallio

Défenseurs :
Kimmo Timonen (-1) - Jere Karalahti (-1)
Marko Kiprusoff - Petteri Nummelin (A)
Aki-Petteri Berg (-1) - Kari Martikainen (-1, 2')
Toni Lydman - Antti-Jussi Niemi

Gardien :
Ari Sulander

Remplaçant : Miikka Kiprusoff (G). Non aligné : Vesa Toskala (G).

États-Unis

Attaquants :
Dave Emma - Bryan Smolinski (+1) - Mike Knuble (2')
Ted Donato (-1, 6') - Matt Cullen (-1) - Tom Bissett (-1)
Kelly Miller (C, +1, 2') - Darby Hendrickson (+1) - Trent Klatt (+2)
Tom Chorske (+1, 2') - David Legwand (+1, 2') - Craig Johnson (+2)

Défenseurs :
Bret Hedican (A, +1, 4') - Barry Richter (+1)
Eric Weinrich (A, 2') - Scott Lachance (2')
Chris Tamer - Dan Keczmer (+1)
Mike Mottau (+1)

Gardien :
Tim Thomas

Remplaçant : Parris Duffus (G). Non aligné : Chris Rogles (G, déclaré juste avant ce dernier match).

 

Les championnats du monde 1999