Suisse - France (29 décembre 2001)

 

Match comptant pour le championnat du monde junior 2001/2002.

Dernière chance d'éviter le barrage de maintien pour l'équipe de France : il lui faut battre les Suisses et espérer qu'ils perdent ensuite contre les Russes. Mais encore une fois, elle se met immédiatement en difficulté par une pénalité précoce, un accrocher de Simon Petit, que Beat Gerber exploite pour ouvrir le score. Exactement ce qu'il fallait éviter si l'on voulait que les Suisses soient obligés de faire le jeu et de s'exposer. Au lieu de ça, les Français sont obligés de marquer, et c'est encore aux deux mêmes que revient la tâche de donner l'impulsion offensive : du coin de la zone, Mickaël Brodin cherche une déviation dans les airs de Thomas Gueguen, malheureusement non cadrée. La rencontre se déroule à un tempo assez faible, ce qui convient aux Suisses qui anesthésient les Bleuets pour conclure un 2 contre 1 de Camenzind et Monnet. Côté français, on s'en remet toujours à la première ligne, et à un tir en pivot de Kevorkian au centre de la zone offensive, pour produire un peu d'attaque. Même s'ils tirent de nombreuses fois sur Macrez, les Suisses continuent d'imposer un faux rythme (à des années-lumière de ce que les Bleuets avaient subi contre la Finlande) dans lequel ils se sentent parfaitement à l'aise, et Thomas Nüssli signe un fort joli troisième but dans la lucarne.

Nouveau départ-catastrophe en deuxième période : pénalisés d'entrée pour un retenir de leur capitaine Molmy, les Bleuets encaissent un quatrième but sur un tir de Raffainer qui glisse sur le gant de Macrez. C'est au tour des Français d'être en supériorité, mais ils se font prendre en contre, et c'est du gâteau pour Camenzind tout seul devant le but. Les Bleuets sont alors acculés dans leur zone pendant cinq minutes et perdent Bessard du Parc qui sort en boitant, mais rentrera un peu plus tard. De son côté, Frédéric Bastian, qui était revenu en tenue hier, a beaucoup de temps de jeu et essaie de retrouver ses sensations au cours de cette période qui fait figure de test. Landry Macrez, qui a été sauvé deux fois par son poteau, doit essayer de réparer les dégâts lorsque les Français désireux de bien faire en attaque négligent leurs tâches défensives : il arrête un premier 2 contre 1 de Fabian Sutter et Deny Bärtschi, mais pas le second de Raffainer avec ce même Bärtschi. La défense française est ouverte à tous vents, ses charges sont inoffensives et son placement hasardeux. De nouveau, les Suisses marquent en infériorité quand Nüssli part dans le dos de Sébastien Rousselin pour le 7-0.

Comme hier, Plumejeau remplace Macrez pour le troisième tiers-temps, mais il aura à faire face à bien moins de tirs dans la mesure où les Français vont de nouveau s'appliquer en priorité à leur travail défensif. L'attraction vient du banc suisse où Beat Gerber pique une crise et se met à jeter sa crosse vers ses coéquipiers interloqués. On le traite avec indifférence et incompréhension, et, après son retour sur la glace, plus rien n'y paraît. Quand à son morceau de crosse, il ne fera pas le bonheur d'un enfant tchèque, à qui le responsable de l'équipement suisse fait non de la main. Il ne perd pas au change, puisqu'il récupère un peu plus tard la crosse abîmée du gardien suisse Schoder lorsqu'elle est remplacée et jetée dans les tribunes. Sous les encouragements en faveur... d'Ambrì, chantés par une joyeuse bande de supporters tessinois, le match se poursuit avec quelques bonnes occasions suisses, notamment pour Nüssli qui peut se mordre les doigts d'avoir raté le triplé alors qu'il était seul devant la cage. Le huitième but ira donc dans la besace de Patrik Bärtschi. Brodin ne cessera d'y croire, mais ses contre-attaques solitaires se heurteront jusqu'au bout à Schoder.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Commentaires d'après-match :

Jakob Kölliker (entraîneur de la Suisse) : "Le début était important pour nous, on a pu marquer rapidement. Je suis très satisfait de nos deux premières périodes."

Thibaut Monnet (élu meilleur joueur de la Suisse) : "On a bien commencé et, en ayant marqué trois fois au premier tiers, le jeu français s'est ouvert et on a eu plus d'espaces."

Dave Henderson (entraîneur de la France) : "On savait qu'il fallait jouer défensif, au deuxième tiers on a essayé d'ouvrir le jeu mais les Suisses avaient un excellent jeu de transition. Au troisième tiers, on est revenu à un jeu défensif, c'est ce qu'il faudra faire contre le Belarus."

Mickaël Brodin (élu meilleur joueur de la France) : "On a bien travaillé mais on a manqué de rigueur défensive. Le score est pesant." Interview.

 

Suisse - France 8-0 (3-0, 4-0, 1-0)

Le 29 décembre 2001 à 19h00 à Hradec Králové. 856 spectateurs.

Arbitrage de Rick Looker (USA) assisté de Jaromir Blaha (TCH) et Peter Feola (USA).

Pénalités : Suisse 14' (2', 4', 8'), France 10' (4', 2', 4').

Tirs : Suisse 47 (17, 20, 10), France 11 (2, 5, 4).

Évolution du score :

1-0 à 02'32" : B. Gerber assisté de Monnet et Forster (sup. num.).

2-0 à 08'43" : Monnet assisté de Camenzind et Helfenstein.

3-0 à 19'16" : Nüssli assisté de P. Bärtschi et Ramholt.

4-0 à 21'44" : Raffainer assisté de Sutter et B. Gerber (sup.num.).

5-0 à 23'44" : Camenzind assisté de Monnet et Back (inf. num.).

6-0 à 37'19" : Raffainer assisté de D. Bärtschi et B. Gerber.

7-0 à 37'52" : Nüssli assisté d'Ambuhl (inf. num.).

8-0 à 53'30" : P. Bärtschi assisté d'Ambuhl et Nüssli.

 

Suisse

Gardien : Matthias Schoder.

Défenseurs : René Back - Beat Forster ; Tim Ramholt - Severin Blindenbacher ; Lukas Gerber - Beat Gerber ; Lukas Baumgartner - Jürg Dällenbach.

Attaquants : Thibaut Monnet - Andreas Camenzind - Sven Helfenstein ; Patrik Bärtschi - Andrei Ambühl - Thomas Nüssli ; Deny Bärtschi - Fabian Sutter - Raeto Raffainer ; Thomas Déruns - Emanuel Peter - Raffaele Sannitz.

France

Gardien : Landry Macrez (puis Jérôme Plumejeau à 40'00").

Défenseurs : Timo Bayon - Wilfried Molmy ; Sébastien Rousselin - Geoffroy Bessard du Parc ; Ghislain Folcke - Julien Thiery ; Frédéric Bastian - Mathieu Jestin.

Attaquants : Thomas Gueguen - Mickaël Brodin - Aram Kevorkian ; Matthieu Bécuwe - Yannick Maillot - Mickaël Bardet ; Pierre-Yves Albert - Elie Marcos - Simon Petit ; Francis Ballet - Romain Masson - Gaël Guilhem.

 

 

Retour aux Championnats du monde juniors