Colmar - Montpellier (16 février 2002)

 

Match comptant pour la sixième journée de la phase finale (zone est) du championnat de division 3 2001/2002

Après une défaite peu glorieuse à la maison contre Valenciennes, Colmar devait de se racheter pour espérer accéder à cette deuxième place qualificative pour le tour final. Face à un autre prétendant, les Krakens de Montpellier... cocassement vêtus des shorts des Scorpions de Mulhouse (repérés par des sponsors aux noms sonnants plus alsaciens que méridionaux !).

Le match commence tambour battant : au bout de six minutes de jeu, on en est déjà à 2-2 ! D'abord, sur le premier tir de Montpellier, la défense colmarienne laisse Facchini seul devant Goetz. Première colère du portier local. Apaisée par l'égalisation de Herpin. Hélas, Colmar pousse en zone montpelliéraine, mais les deux défenseurs à la bleue se gênent pour récupérer le palet, Levasseur et Moreau partent en contre, et le pauvre Goetz de s'incliner pour la deuxième fois en deux actions. Quintard ramène son équipe à la hauteur des Krakens en concluant un bon essai de Rousselot. Dès lors, le jeu devient de plus en plus approximatif, notamment du côté colmarien, avec des relances catastrophiques, des placements qui ne le sont pas moins... s'ils existent ! Montpellier paraît un peu mieux dans le jeu, mais fait aussi preuve d'un sens élevé de la provocation. Pour le moment, Colmar essaie d'élever un peu son niveau de jeu, mais Montpellier augmente progressivement son pressing. Un bon travail de Bellemare derrière puis devant la cage, permet de servir idéalement Boitel pour un 3-2 mérité. Puis 4-2 quand, en infériorité, Montpellier se paie le luxe d'installer son jeu en zone colmarienne avec Mettler à la conclusion. Sur l'engagement, Tin récupère mal le palet, et Nilsson d'en profiter pour partir seul face à Goetz. 5-2, le match semble tué, tant Colmar est vraiment à côté de la plaque.

Pourtant, on note un net mieux au retour des vestiaires. Il est vrai que Colmar joue en supériorité, mais les actions sont un peu plus propres, Muret est à l'ouvrage, mais il ne pourra rien sur un tir d'Herbrecht, renvoyé mais exploité à nouveau par Quintard. Colmar va un peu mieux, mais se laisse piéger par les nombreuses intimidations, et provocations des Montpelliérains. L'arbitre choisit d'ailleurs, à chaque accrochage, d'envoyer les deux protagonistes en prison. Si bien que l'on finit par se retrouver à trois contre trois ! Une belle action offre à Herpin un face-à-face contre Muret, mais le jeune colmarien bute sur l'ancien portier gapençais, qui s'illustre avec un beau lancer de jambières.

Montpellier remonte alors vers les buts adverses, et Bellemare redonne trois longueurs d'avance à ses coéquipiers. Fini alors le match de hockey, l'on va assister à des moments mémorables... Tout commence par un gros chambrage de Bellemare face à ses adversaires, suite à son but. Le petit Kraken est un excellent joueur, très teigneux, mais aussi un gros provocateur. En face, Quintard, qui depuis quelques moments monte en pression, se lance dans un gros pugilat avec lui. Pour la petite histoire, on dira que le Colmarien a eu son maillot relevé plus haut que son adversaire, donc qu'il aura reçu plus de coups... et il y en aura eu de donnés ! Les deux joueurs vont péniblement en prison, puis dans les vestiaires... Bellemare d'abord, suivi quelques instants après par le même Quintard, bien pressé de rentrer ! Il est stoppé de façon musclée par le personnel de la patinoire. Mais voici que des Montpelliérains traversent rapidement la glace pour... s'assurer que leur coéquipier n'ait rien, évidemment ! S'ensuit une grosse cohue le long de la bande entre personnel de la patinoire et Montpelliérains. Triste épisode d'une période très hachée par les pénalités, par les contestations de l'entraîneur montpelliérain (Pascal Ryser), et de nombreuses bourdes arbitrales. Notons quand même que le but des Montpelliérains n'a toujours pas été annoncé lorsque les pénalités de match sont révélées, ainsi qu'une nouvelle pénalité de Colmar pour banc mineur. L'arbitre n'a sûrement pas vu le n°4 de Montpellier (Jessin) se précipiter sur la glace, puis vers les vestiaires, lors des échauffourées, alors qu'il n'aura pas mis les pieds sur la glace du match. Le tiers se finit péniblement, il aura duré environ 45-50 minutes.

Colmar attaque encore en ce début de troisième tiers, et se relance par un rebond exploité de Delahaye. On y croit encore plus fort quand Muret s'incline encore, alors que les Krakens sont en double infériorité. Mais le but est refusé, fort justement car le rebond semble exploité par un Colmarien stationné en zone interdite. Fornaguera redonne alors de l'avance à ses coéquipiers en partant de la rouge, le défenseur colmarien le suit mais est trop passif pour le contrer. Kerstenne relance les Titans, en supériorité, sur un beau slap. Mais Montpellier repart, par Hennequin, en contre. Tin, un peu en retard, parvient à contrer le palet mais déséquilibre maladroitement l'Héraultais en même temps. Tir de pénalité accordé un peu généreusement, et transformé par Moreau. Rageant de voir Colmar se faire remonter à chaque fois, car Montpellier se contente, depuis la deuxième période, de garder son avantage de trois buts, et rien de plus. Les provocations sont moins nombreuses, mais toujours aussi gratuites.

Rénier clôture le score de manière confuse. Pourtant, sa montée est bien exécutée, suivie d'une belle feinte, le tir est tendu et semble capté par Muret. Mais Wucher, derrière le but, lève le bras, tout comme les supporters situés devant les buts visiteurs. En fait, le palet est passé sous les jambières. L'arbitre refuse le but dans un premier temps pour ensuite l'accorder. Plus rien ne sera marqué et c'est laborieusement que se finit cette partie.

Franchement déçu de cet ersatz de match. Trop d'erreurs de placement, de mauvaises relances, d'approximations, d'énervement du côté colmarien. Pourtant, certaines actions étaient bien amenées, mais le jeu est bien trop inégal pour espérer gagner.

Franchement déçu aussi de la prestation de Montpellier. Autant la victoire de Valenciennes à Colmar ne souffrait d'aucune contestation, sportivement parlant, mais aussi du côté mentalité. Autant Montpellier n'a pas montré grand-chose pour un leader : une première période dominée au niveau jeu, avec beaucoup d'opportunisme aussi. Puis après, on attend, on provoque, et on compte les points. Et le banc était fourni, donc pas d'excuse de sous-effectif. Pas de grosse capacité à imposer le jeu, mais des automatismes un peu mieux aiguisés... Et puis cet épisode-pugilat qui en dit long sur la mentalité de certains joueurs (A signaler que Bellemare a quitté la glace sans aucune provocation envers le public).

Compte-rendu signé Stéphane Rault

 

Colmar - Montpellier 6-8 (2-5, 1-1, 3-2)

Pénalités : Colmar 45' (6', 39' dont 5'+20' pour Quintard, 0'), Montpellier 59' (12', 37' dont 5'+20' pour Bellemare, 10').

Tirs : Colmar 34 (8, 11, 15) ; Montpellier 35 (9, 16, 10).

Evolution du score :

0-1 à 01'12" : Facchini assisté de Moreau.

1-1 à 01'59" : J. Herpin assisté de Quintard.

1-2 à 02'29" : Levasseur.

2-2 à 05'53" : Quintard assisté de Rousselot et Kerstenne (sup. num.).

2-3 à 15'04" : Boitel assisté de Bellemare et Facchini.

2-4 à 17'32" : Mettler assisté de Facchini et Moreau (inf. num.).

2-5 à 17'43" : Nilsson.

3-5 à 23'42" : Quintard assisté de Herbrecht.

3-6 à 34'35" : Bellemare assisté de Barnay.

4-6 à 41'21" : Delahaye assisté de Kerstenne.

4-7 à 46'50" : Fornaguera.

 

Colmar

Gardien : Goetz

Défenseurs : Kerstenne - Pignalosa ; Rénier - Tin.

Attaquants : Herbrecht - Rousselot - Delahaye ; C. Wucher - Quintard - J. Herpin ; Abbey - Morand - Robert (puis Mesteirmann).

Remplaçant : Garand (G).

Absents : Heintz, P. Wucher, F. Herpin, Jager, Maturana, Nagy.

Montpellier

Gardien : Muret

Défenseurs : : Batardière - Caron ; Boitel - Bellemare ; Humbert.

Attaquants : Facchini - Moreau - Mettler ; Nilsson - Hennequin - Fornaguera ; Barnay - Levasseur - Hellstrom.

Remplaçants : Chabbert (G), Domingo, Bouslama, Jessin.

 

Retour au Championnat de France de division 3