Villach - Linz (7 avril 2002)

 

Quatrième manche de la finale du championnat d'Autriche 2001/2002.

Pour la première fois depuis bien longtemps, la patinoire de Villach fait à nouveau salle comble. C'est que l'enjeu est de taille puisque le VSV a l'occasion de devenir champion d'Autriche dès ce soir après avoir remporté aisément les trois premières manches. Mais les joueurs de Linz, qui semblaient avoir perdu tout espoir, ont été piqués dans leur orgueil. Ils savent que la fédération a envoyé des documents expliquant le déroulement de la cérémonie de remise du titre et que Villach a déjà réservé la grand-place de la ville pour fêter ses champions mercredi. Ils aimeraient donc bouleverser ces plans un peu vite établis. Cependant, la volonté ne pourrait suffire si les principaux joueurs ne sont pas à 100%. Or, Nasheim, Szücs et Peintner sont annoncés fiévreux, et Perthaler, bien que de retour, n'est pas complètement remis des suites de sa bronchite. L'entraîneur Stanislav Barda change encore ses lignes. Il sanctionne notamment Patrik Hucko de son mauvais troisième match et fait jouer la paire tchèque Hucko-Kuchyna sur sa troisième ligne, derrière les appariements Alekhin - R. Lukas et Ro. Divis - Klimbacher.

Philipp Lukas et Sven Klimbacher proposent les premiers tirs lointains, mais les premières bonnes actions sont pour Villach, avec Andreas Pusnik et surtout Rod Hinks, qui perce la défense avant de buter sur Nestak. À la quatrième minuite, Mana perd le palet dans sa propre zone et Setzinger libère ainsi Szücs qui marque d'un revers dans la lucarne. Les visiteurs, qui sont venus accompagnés de 700 de leurs supporters, prennent l'avantage. Linz réussit enfin à répondre à Villach dans le domaine physique et attend les erreurs adverses en zone neutre pour lancer des contres par Philipp Lukas ou encore par Eichberger, tellement étonné de se retrouver tout seul qu'il en rate la finition. Les attaques de Villach sont beaucoup mieux contrôlées, comme le prouve un retour de Robert Lukas sur une échappée de Wolfgang Kromp. Marc Szücs, qui s'est parfaitement adapté à son passage en troisième ligne aux côtés de Puschnik et Setzinger, contraint Prohaska à une bonne parade de la jambière. Une première pénalité contre Hucko n'amène rien de dangereux pour Villach, mais le match commence à s'envenimer. D'abord, Kent Salfi réagit à plusieurs charges avec la crosse de Roland Divis dans son dos et les deux joueurs sont pénalisés. Puis un début d'échauffourée éclate autour de Pavel Nestak et quatre joueurs sont envoyés en prison, dont le gardien tchèque pour 2'+2'.

A u retour sur la glace, Mike Stewart loupe le palet à sa bleue et Philipp Lukas surgit pour tromper Prohaska en un contre un. Mené de deux buts, Villach ne paraît pas dans son assiette et commet même un surnombre. Toutefois, pendant l'infériorité, Kromp prend le palet à Hucko à la bleue et s'échappe une nouvelle fois, mais échoue à deux fois sur Nestak. La persévérance de 'Wolfi' Kromp est d'ailleurs la seule lueur d'espoir de Villach, continuellement mis sous pression dans sa zone et qui finit par craquer. Wild perd le palet derrière son but, Eichberger s'en saisit, le remet à Peintner, et Raimund Divis suit le rebond pour le 3-0. Sans surprise, c'est le moment choisi par Ron Kennedy pour demander un temps mort. Mais s'il avait su éviter le pire dans les matches précédents en plaçant soigneusement ses interventions, le sélectionneur national est cette fois confronté à une situation déjà fortement compromise. Le relief de la rencontre ne subit d'ailleurs que peu de variations, Villach multiplie toujours les erreurs techniques en zone neutre et subit les coups de boutoir adverses : contre de Markus Peintner finalement rattrapé par un défenseur, reprise de Raimund Divis qui bute sur Prohaska... Seule une supériorité numérique pour une nouvelle pénalité contre Husko donne un peu d'air à Villach. Mais les locaux sont eux aussi sanctionnés et terminent la période à trois.

Linz en profite dès la reprise et Nasheim exploita tranquillement la double supériorité numérique en attendant l'ouverture pour viser la lucarne. Les jeux semblent faits, mais moins de deux minutes plus tard, Kromp est récompensé de ses efforts : il reçoit le palet dos au but et surprend Nestak d'un tir en pivot. La patinoire reprend vie et les joueurs de Linz doivent désormais tous s'employer en défense face une équipe de Villach retrouvée. Puschnik et Hucko sont poussés à la faute et, réduits à trois, leurs partenaires ne peuvent pas empêcher un but de Hohenberger. Plus que 4-2, et il reste plus d'un quart d'heure de jeu : tout est donc encore jouable ! Barda ne le sait que trop et demande un temps mort, mais celui-ci ne parvient pas à briser l'euphorie. Linz ne peut plus réagir que par des contres, notamment de Szücs, mais une pénalité de Peintner les place à nouveau en difficulté, et il faut que Nestak sorte le grand jeu devant Kromp et Hinks. À mi-période, Floriantschitz rate une énorme occasion du revers. Puis, à cinq minutes de la fin, le retour de Villach semble devoir prendre fin sur une erreur du gardien Gert Prohaska : sorti de son but, il relance directement sur l'attaquant adverse Eichberger... Mais celui-ci ne trouve pas la cage vide mais seulement le patin d'un coéquipier qui passait malencontreusement par là. C'est ainsi que Kromp peut finalement ramener son équipe à un but après avoir contourné la cage d'un Nestak dont la vue était bouchée par un attroupement. Prohaska quitte sa cage à cinquante secondes de la fin et on se dit que Linz va encore laisser échapper son avance comme au premier match. Mais les derniers tirs de Villach trouvent toujours un défenseur sur la trajectoire.

Il faudra donc prolonger la finale, mais malheureusement certains décident de prolonger également cette rencontre et une bagarre générale éclate après la sirène, ce qui aboutit à quatre pénalités de 2'+2'+10' contre Mike Stewart et Robert Steinwender à Villach et contre Marc Szücs et Christian Perthaler à Villach. Epilogue dommageable à un match encore une fois très riche en émotion. Linz a répondu présent physiquement et a gagné en équilibre avec la nouvelle répartition de ses lignes. Ils ont donc mérité le droit de jouer une fois de plus devant leur public.

 

Commentaires d'après-match :

Herbert Höhenberger (capitaine de Villach) : "La série continue, et mardi le même mot d'ordre prévaudra : concentration à 100% !"

Oliver Setzinger (Linz) : "Pour nous, tout est maintenant ouvert. Nous n'avions rien à perdre avant ce match. Nous sommes revenus à notre système habituel et tout marche à nouveau !"

Philipp Lukas (Linz) : "Je suis content que nous ayons quand même fini par gagner ce match malgré ce dernier tiers. Nous l'avions pourtant également bien commencé, mais avec les buts adverses et les nombreuses pénalités, nous avons perdu le contrôle."

 

Villach - Linz 3-4 (0-1, 0-2, 3-1)

Dimanche 7 avril 2002 à 18h15 à la patinoire municipale de Villach. 4500 spectateurs.

Arbitrage de M. Carlsson assisté de MM. Neuwirth et Mandler.

Tirs : Villach 29, Linz 26.

Pénalités : Villach 50', Linz 56'.

Évolution du score :

0-1 à 03'37" : Szücs assisté de Setzinger.

0-2 à 20'42" : P. Lukas assisté de Perthaler et Nasheim.

0-3 à 25'50" : Ra. Divis assisté de Eichberger et Peintner.

0-4 à 40'18" : Nasheim assisté de P. Lukas et Perthaler.

1-4 à 42'02" : Kromp assisté de Pusnik et Rac.

2-4 à 44'40" : Hohenberger assisté de Pusnik et Kromp.

3-4 à 55'47" : Kromp assisté de Hohenberger et Pusnik.

 

Retour au Championnat d'Autriche 2001/02