Allemagne - Suède (7 avril 2005)

 

Match amical.

L'équipe d'Allemagne sillonne toujours le pays en représentation, mais elle a cette fois pris son bâton de pèlerin avec elle. Le lieu choisi, Riesa, une ville de l'ex-RDA sur les rives de l'Elbe, a de quoi surprendre. Le hockey sur glace n'a aucun passé ici, et c'est la promotion de ce sport dans cet "est" économiquement toujours sinistré qui est en jeu. La DEB, la fédération allemande, a convaincu son homologue suédoise de la qualité des conditions d'entraînement afin qu'elle accepte cette invitation. On sait qu'il est de plus en plus difficile de rencontrer les grandes équipes, et les spectateurs saxons ont donc de la chance. Ce qui n'a pas été dit aux Suédois, en revanche, c'est que les Allemands ont fait installer ici une piste de 56 mètres sur 26 (et non d'une taille olympique de 60 sur 30, une requête du sélectionneur Greg Poss qui voulait tester les possibilités physiques de ses joueurs.

Sur cette petite glace, les Allemands réalisent d'entrée une belle prestation collective, alors que les Suédois sont gênés et accumulent les gestes de frustration et les fautes. Le polyvalent Jan Benda (ailier droit de formation qui a souvent aidé en défense et qui joue maintenant au centre, aussi bien en club avec Cherepovets qu'en sélection) fait une magnifique passe de quinze mètres pour ouvrir la voie du premier but à Tomas Martinec. En fin de deuxième période, Sebastian Furchner, vite devenu chouchou de Poss grâce entre autres à sa vitesse, double la mise sur un très joli but. Et pendant ce temps, le gardien Alexander Jung garde ses cages inviolées. En l'absence de Kölzig, quoi va se faire opérer, les places de n1 et n2 semblent acquises pour Müller et Jonas, les seuls Allemands à avoir un statut de titulaire en DEL. Doublure à Düsseldorf, Jung a reçu cette saison les louanges de l'entraîneur rival de Cologne, l'ex-sélectionneur Hans Zach, qui a déclaré qu'il était meilleur que Trefilov et mériterait de jouer plus souvent. Et mine de rien, il présente un bilan très appréciable en équipe nationale, avec quatre blanchissages en vingt-deux sélections.

Au final, l'Allemagne bat la Suède, ce qui ne lui était plus arrivé depuis treize ans (aux Mondiaux 1992 avec un doublé de Didi Hegen). Et si les Scandinaves ne sont pas au complet, puisqu'ils jouent encore sans les demi-finalistes de leur championnat, l'excuse ne tient pas car c'est aussi le cas des Allemands. Ceux-ci ont même réussi cet exploit avec dans leur effectif quatre joueurs qui faisaient leurs débuts internationaux : les défenseurs Colin Danielsmeier et Sasa Martinovic ainsi que les attaquants Patrick Reimer - élu espoir de l'année - et Björn Barta, le centre d'Augsbourg qui a la charge un peu lourde d'alimenter les expérimentés ailiers Kreutzer et Kathan. Ce n'est pas la Suède qui peut en dire autant, elle qui s'est très peu renouvelée cette année faute de temps de glace pour les jeunes dans une Elitserien obnubilée par le lock-out.

Dans toute la saison internationale, l'Allemagne n'avait obtenu qu'une seule victoire, et c'était contre un adversaire présumé bien plus faible, la Hongrie. Ce succès de prestige n'en est donc que plus étonnant. L'adaptation au nouveau système de jeu plus offensif de Greg Poss, qui était en question est peut-être en train de se faire. Comme quoi il faut attendre, car c'est aux championnats du monde qu'on jugera les résultats. Bengt-Åke Gustafsson ne dira pas autre chose, lui qui a inauguré son retour comme sélectionneur national par une défaite.

 

Commentaires d'après-match

Greg Poss (entraîneur de l'Allemagne) : "Que puis-je dire ? Je suis plus que satisfait. C'était du hockey de très haut niveau. La Suède était l'adversaire le plus fort que nous ayons rencontré depuis que je suis sélectionneur, et cela nous donne évidemment courage et confiance pour les championnats du monde. Avant ce premier match, nous avons eu quatre séances d'entraînement - soit plus que jamais auparavant - pour nous exercer à mon système de forechecking."

Bengt-Åke Gustafsson (entraîneur de la Suède) : "Nous avons été choqués en arrivant ici et en voyant la petite taille de la glace. Là-dessus, nous ne pouvons pas mettre en valeur nos qualités techniques autant que d'habitude."

 

Allemagne - Suède 2-0 (1-0, 1-0, 0-0)

Jeudi 7 avril 2005 à 19h30 à la Erdgas Arena de Riesa. 3200 spectateurs.

Pénalités : Allemagne 34' (6', 12'+10', 6'), Suède 26' (8', 10', 8').

Tirs : Allemagne 24 (10, 8, 6), Suède 30 (5, 11, 14).

Évolution du score :

1-0 à 08'41" : Martinec assisté de Benda

2-0 à 36'05" : Furchner assisté de Lewandowski

 

Allemagne

Gardien : Alexander Jung.

Défenseurs : Stefan Schauer - Sasa Martinovic (2') ; Andreas Renz (2') - Alexander Sulzer (2') ; Lasse Kopitz (2') - Stephan Retzer (4') ; Felix Petermann (8'+10') - Collin Danielsmeier.

Attaquants : Petr Fical - Jan Benda - Tomas Martinec ; Sebastian Furchner - Tino Boos - Eduard Lewandowski ; Daniel Kreutzer (2') - Björn Barta - Klaus Kathan ; Andreas Morczinietz - Ronny Arendt - Christian Hommel (2') ; Patrick Reimer.

Remplaçant : Robert Müller (G).

Suède

Gardien : Stefan Liv (2').

Défenseurs : Magnus Johansson - Sanny Lindström ; Thomas Rhodin (4') - Johnny Oduya (2') ; Daniel Fernholm - Mattias Norström ; Lars Jonsson.

Attaquants : Mattias Weinhandl (2') - Henrik Zetterberg - Jonathan Hedström (4') ; Mathias Tjärnqvist (2') - Henrik Sedin (2') - Daniel Sedin ; Mikael Samuelsson (4') - Yared Hagos (2') - Johan Franzén ; Niklas Nordgren (2').

Remplaçant : Magnus Åkerlund (G).

 

Retour aux matches internationaux