Anglet, un retour apprécié

 

L'Hormadi est de retour dans l'élite ! La nouvelle ne peut que réjouir tous les amateurs de hockey sur glace, tant ce club apporte un cachet unique dans le championnat. Sa patinoire située sur la plage le rend atypique mais également attractif pour les joueurs étrangers, qui se plaisent souvent à vivre au Pays Basque et y restent. La passion du hockey sur glace reste intacte, et les places se sont vendues en un quart d'heure pour le cinquième match décisif de la finale de division 1 contre Brest. La mairie avait installé un écran géant sur la plage.

Onze ans après être reparti du bas de l'échelle, Anglet revient donc au sommet. Après deux finales perdues puis une troisième place, l'Hormadi aura mis le temps pour concrétiser. Les dirigeants avaient déclaré ne surtout pas vouloir d'une éventuelle montée sur dossier (hypothèse qui ne s'est jamais présentée) pour ne plus reproduire la même erreur que dans sa première accession à l'élite en 1997 : cette fois, les Basques ont attendu d'être champions de D1 pour franchir le pas. Durant cette période de reconstruction, le club a surtout rebâti ses structures de formation, qui avaient été les premières à décliner, comme un signe avant-coureur, avant la relégation sportive (2007), suivie d'une liquidation due aux arriérés financiers et fiscaux. L'Hormadi n'a donc pas besoin d'aller "acheter" des JFL pour faire bouche-trou, les jeunes se développent progressivement sur place.

Cette priorité à la formation avait été énoncée par le président Grégoire Delage dès le redémarrage en 2007. Or, à l'intersaison, il y a eu quelques désaccords entre les deux co-présidents, qui défendaient chacun une nouvelle organisation. C'est finalement Germain Gouranton qui a annoncé sa démission, mais en se montrant rassurant : "Il y a des cycles dans la vie et je pense qu’il est utile d’en entamer un nouveau avec une équipe dirigeante élargie. Plus en prise avec les enjeux économiques et politiques. Je resterai supporter et serai partenaire. Il n'y a ni crise ni discontinuité. Les dirigeants passent et ne sont pas détenteurs du club. Si chacun le laisse en meilleur état que le prédécesseur, on peut aller loin." L'organisation retenue par Grégoire Delage, désormais unique président, c'est la nomination de Jean-Jacques Vénutier comme directeur général chargé de la structuration du club, assisté par un directeur délégué, Patrick Frémond. L'Hormadi s'appuie toujours sur un large conseil d'administration où de nombreux anciens joueurs - dont le plus connu est l'ex-capitaine et ex-international Jean-Christophe Filippin - s'assurent du respect de l'héritage et de l'identité du club.

L'autre changement marquant, mais attendu, est l'arrêt de Xavier Daramy, capitaine de l'équipe depuis quatorze ans. Le joueur-symbole, fidèle à travers toutes les divisions, a été mis à disposition à mi-temps par la mairie - son employeur - pour être le directeur sportif, poste tenu jusqu'ici - bénévolement - par son frère aîné Éric, lui aussi membre du conseil d'admnistration. La mission qui est assignée à "Zaza" est de professionnaliser le club pour la Ligue Magnus, tant dans la gestion du matériel et de l'accompagnement médical que de la boutique. Il doit être une vitrine commerciale, car il incarne le club comme personne. Saluons au passage l'arrêt d'un autre grand ancien, Benoît Ladonne, celui qui portait sur son maillot le numéro du département des Pyrénées-Atlantiques (n°64) : il jouait encore un rôle important en troisième ligne, et a tiré sa révérence de la meilleure des façons, en marquant le but gagnant pour la promotion en Magnus.

Si quelques joueurs n'ont pas pu accompagner l'aventure professionnelle, Anglet s'appuie évidemment sur une continuité. Le budget, de 900 000 euros, approchait déjà celui des plus petits clubs de la Ligue Magnus. Le club a été validé sans difficultés en prévoyant une augmentation modérée, qui lui a permis de cibler les renforts.

Deux vieilles connaissances dans les cages

La recrue la plus importante dans une équipe de hockey, c'est souvent le gardien. Anglet a commencé son recrutement en embauchant Sebastian Ylönen, actuel troisième gardien de l'équipe de France, qui a vécu une dernière saison difficile en Finlande en jouant trop peu. Celui qui a accompagné la montée en élite de Bordeaux ne pouvait pas y retourner (puisque Fouquerel était toujours sous contrat), et il arrive donc dans l'autre grand club aquitain. Cette arrivée assure l'Hormadi d'un bon duo puisque Léo Bertein, qui a déjà connu la Ligue Magnus comme titulaire à Brest et à Angers, est toujours présent. Bertein a joué de malchance en début d'année en étant victime d'une déchirure au niveau d’un tendon et d'un déchirement osseux sur l'antenne pubienne. Une blessure au pire moment qui lui a fait manquer les play-offs et le titre (le club a pris un joker médical slovaque, Dusan Sidor, non sans avoir déjà contacté Ylönen).

Nés la même année en 1991, Sebastian Ylönen et Léo Bertein se sont évidemment côtoyés en équipe de France junior, et le Dunkerquois s'est donc habitué à être plutôt le numéro 2. Il a même souvent pris la place libérée par son collègue au fil de leurs pérégrinations de carrière : Bertein était arrivé à 16 ans à Rouen (pour une seule saison) pour remplacer Ylönen parti à Amiens (et alors devenu champion en cadet), puis, après un passage à Reims, il était arrivé à Amiens où il avait joué ses premiers matchs en Magnus, pour remplacer Ylönen rentré à Rouen... et champion en Magnus et en espoirs. C'est donc souvent le fils de Petri qui a récolté les honneurs. À Anglet, ils seront coéquipiers et gagneront ou perdront donc ensemble, même s'ils seront évidemment concurrents.

Deux changements peu spectaculaires en défense

Anglet n'était pas réputé pour sa défense en division 1, même si elle s'est montrée capable d'élever son niveau de jeu lors des derniers play-offs pour ne pas rater l'enjeu. Le principal point d'interrogation quant à la capacité de l'Hormadi à tenir le choc en Ligue Magnus concerne donc ces lignes arrières, qui ont été conservées dans leur grande majorité.

Le leader de cette défense restera Dominic Jalbert, qui a même été le meilleur marqueur de l'équipe en saison régulière l'an passé. Très bien connu en Ligue Magnus par ses passages à Grenoble et Chamonix, le Canadien fait souvent le bon choix grâce à son excellente vision du jeu et est donc très précieux dans l'organisation. Anglet doit profiter de sa présence car il a déjà annoncé que ce serait sa dernière saison professionnelle avant une reconversion assez précoce à moins de 30 ans. Un autre défenseur bien connu dans notre championnat est Dave Grenier. Même s'il a toujours compensé son petit gabarit, il commence à accuser son âge à bientôt 35 ans et n'est plus tout à fait aussi virevoltant.

Aux côtés de ces deux défenseurs offensifs, Riku Silvennoinen amène de la sécurité défensive. Après s'être remis d'une hernie discale, il a stabilisé la défense basque en fin de saison dernière par son positionnement et ses relances propres. Lui aussi a déjà connu la Magnus pendant cinq années à Chamonuix et à Dijon, ce qui limite les risques.

Deux Français conservent les postes de sixième et septième défenseur. Ils méritent bien une chance de revenir dans cette Ligue Magnus qu'ils avaient connue dans leur prime jeunesse. Mathieu Pons a démontré un tempérament de guerrier et a signé des fiches solides pendant plusieurs saisons consécutives en division 1. Pour franchir la marche haute, Kevin Maso fait preuve de concentration et de sérieux.

Seuls deux défenseurs champions de D1 ne sont donc plus là : Thomas Baubriau (qui raccroche les patins pour s'occuper des jeunes du club) et le joker arrivé en cours de saison dernière Charles-Olivier Roussel (pour des motifs professionnels de couple). Ils sont remplacés par Joona Kunnas et Ales Sova.

Le Finlandais Joona Kunnas est un défenseur solide, doté d'un bon physique sans pour autant être spécialement agressif. Durant sa saison à Grenoble, Edo Terglav l'a certes relégué en septième défenseur en play-offs, mais il avait démontré de bonnes capacités pour la Magnus, même s'il a été rejeté du camp de Mulhouse cet été avant d'aboutir à l'autre bout de la France. Son grand gabarit, un peu lourd à déplacer, est parfois débordé par l'extérieur par des attaquants rapides, mais la petite glace de La Barre devrait atténuer cette faiblesse.

Formé à Ústí nad Labem, le Tchèque Ales Sova a de bonnes bases de patinage. Lui aussi avait connu un essai infructueux dans l'est, à Épinal où il avait débarqué en même temps que Klimicek en 2015. Il avait tardivement rejoint Asiago et disputé la finale de Coupe Continentale à Rouen. Ce n'est pas un joueur spectaculaire, mais ses choix de jeu sont assurés. L'entraîneur Mario Simioni, également présent à l'île Lacroix avec son équipe de Herning, l'avait suffisamment apprécié pour le recruter deux fois au Danemark avec deux clubs différents. Entre-temps, il a souhaité se frotter au hockey nord-américain. Il a pris le risque d'attendre un contrat jusqu'à fin août mais a vite découvert le peu de valeur que cela avait. Il a dû se faire une place à un camp parmi 13 défenseurs et s'est finalement trimbalé entre trois équipes d'ECHL en quelques mois. Affligé de voir les joueurs se réjouir quand un de leurs coéquipiers se faisait renvoyer et laissait une place en moins, il a dressé un portrait sans concession de cette expérience dans la presse tchèque : "On se passe le mot dans le vestiaire comme si on allait à la guerre, mais ensuite ils montent sur la glace et c'est chacun pour soi." Il en appréciera d'autant plus l'atmosphère basque.

Des recrues physiques pour se frotter à la Ligue Magnus

L'attaque d'Anglet a conservé cinq de ses six meilleurs marqueurs. Elle comporte deux joueurs canadiens qui ont déjà largement démontré leur valeur en Ligue Magnus. Yanick Riendeau y a toujours tourné au-dessus d'un point par match, c'est un joueur capable de se créer des occasions par son très haut niveau technique même s'il a toujours tendance à commettre trop de fautes. Le centre Sébastien Gauthier est quant à lui un pur passeur avec un profil plus collectif.

Les trois autres piliers offensifs qui accompagnent la montée sont le petit gabarit Loïk Poudrier, le fils de Serge, jeune joueur qui a encore un potentiel de progression, le capitaine Thomas Decock, qui abat un très grand travail de fore-checking avec une intensité physique exemplaire, et Alexander Olsson. Le Suédois a déjà passé dix ans en France, six à Lyon en D2 et D1 et quatre à Anglet, et découvre seulement maintenant la Ligue Magnus, à 33 ans. Ses qualités de passe et sa protection de palet en font un joueur précieux pour le collectif..

Deux recrues offensives de premier plan "retrouvent" le Pays Basque. Pour le buteur saint-pierrais Nicolas Arrossamena, dont le patronyme témoigne des origines basques fréquent sur l'archipel au large de Terre-Neuve, c'est un "retour aux sources" différé de nombreux siècles et de plusieurs dizaines de génération. Pour Luc-Olivier Blain, passé au club entre 2013 et 2015, il s'agit plutôt d'un pays d'adoption. Les supporters se souviennent avec nostalgie de sa rubrique "Le coin de Blain" sur le site du club. Sa dernière chronique, amprès être devenu meilleur marqueur de D1, s'achevait sur cette phrase : "Comme je l'ai répété à plusieurs reprises, ce n'est pas un au revoir, mais bien un à bientot, car je sais qu'un jour, nos chemins se recroiseront." À l'époque, cela pouvait passer pour des paroles convenues : il a démontré qu'il était sincère ! Entre-temps, il est parti en ECHL où il a évolué à près d'un demi-point par match de moyenne. Revenant d'une blessure à l'épaule, il a même été surpris en cours de saison dernière de recevoir - et surtou de voir se prolonger - un contrat d'essai en AHL, la meilleure ligue mineure américaine. Il ne pensait plus forcément avoir sa chance à ce niveau quand il avait refusé des offres d'AHL pour accepter une bourse universitaire à McGill et suivre des études d'économie... Son retour sur la côte basque pour l'arrivée en Ligue Magnus rappelle qu'Anglet est un endroit où il fait bon revenir.

Un dernier renfort étranger est arrivé en la personne de Saku Salminen, un ancien international junior finlandais. Il a goûté au plus haut niveau en participant à la KHL (avec Jokerit) et à la CHL (avec SaiPa). C'est un grand gabarit au jeu très direct qui peut faire office de bon troisième centre. Ses forces sont le jeu physique et la détermination, mais son tir n'est pas de très grande qualité et surtout son patinage laisse un peu à désirer et a limité son développement au pays. Auparavant, Anglet avait déjà embauché un profil de troisième ligne avec Lionel Tarantino, qui n'est pas non plus le plus rapide mais qui effectue un gros travail de l'ombre, dans le défi physique et pour bloquer les tirs.

La quatrième ligne pourra se cimenter autour d'une autre recrue, Robin Lamboley. Il a connu une année difficile à Chamonix après une blessure en début de saison, mais c'est un joueur physique et tenace dans les duels.

Ce quatrième trio effectuait un beau travail de pressing la saison passée en utilisant des jeunes jambes comme celles de Victor Ranger, avec la présence plus expérimentée de Florent Neyens. Celui-ci se serait trouvé le seul joueur formé au club si une nouvelle génération n'arrivait pas, emmenée par le revenant Clément Razat, qui avait quitté le club en benjamins. Il avait rejoint Rouen en minimes pour deux ans avant de passer cinq ans en Suisse et maintenant de rentrer à la maison.

Anglet n'est pas en manque de profondeur de banc car trois joueurs de la génération de 2000 entretiennent la concurrence et peuvent servir d'alternative : le meilleur marqueur de l'équipe U20 Louis Vitou et... deux internationaux juniors espagnols. C'est une longue tradition à l'Hormadi, qui alignait déjà plusieurs Espagnols lors de sa première montée en élite à la fin du siècle dernier. Et il ne s'agit pas toujours de "cousins" basques : Mikel Mendizabal l'est, mais pas du tout Alejandro Burgos, un Madrilène qui a commencé le hockey à Boadilla. Le hockey espagnol n'est pas la panacée, on l'avait vu la saison dernière avec Adrian Ubieto, un des meilleurs joueurs de l'équipe nationale qui avait montré ses limites en D1. Néanmoins, Burgos et Mendizabal se sont développés depuis de longues années à Anglet. Le fait d'avoir le statut de "JFL" (Joueur Formé Localement) leur permet d'avoir le temps de faire leur trou en France et d'aider par ricochet à la progression de la sélection ibérique, qui peine à décoller mais dispose de jeunes générations intéressantes.

L'Hormadi a préservé l'essentiel de son équipe championne de D1 et a réalisé un recrutement ciblé sur les points à améliorer : la sécurisation défensive et une densité physique supérieure en attaque. Le contexte d'une Ligue Magnus "calmée" de la tentation d'excès financiers est favorable à la montée d'un club raisonnable. Anglet sait avoir deux adversaires à sa portée, Chamonix et Strasbourg, sans craindre de viser plus haut afin d'assurer le maintien le plus tôt possible. L'expérience est présente dans l'effectif, et celui pour qui la découverte sera la plus importante, c'est l'entraîneur Olivier Dimet. Il est capable de mettre en place une stratégie défensive prudente adaptée à un promu, mais l'effet de surprise n'a qu'un temps. Il lui faudra sans cesse s'adapter à des adversaires plus récurrents qu'en division 1, en particulier aux concurrents directs pour le maintien. Comme cette année chaque point compte et sera conservé pour la poule de relégation, c'est une bataille de longue haleine qui attend Anglet en Ligue Magnus.

Marc Branchu

 

 

Effectif :

Gardiens

N°                      Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Chpt 2017/18  MJ   Min   Moy.    %
37 YLÖNEN Sebastian     03/07/1991  186  84  Rouen             Lukko Rauma  FIN-1    3   121   1,48   94,7%
                                                               KeuPa/Jokip. FIN-2   19         1,80   89,8%
38 BERTEIN Léo          03/07/1991  182  75  Dunkerque         Anglet       FRA-1   17   951   2,65   90,4%

Défenseurs

N°                      Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Chpt 2017/18  MJ   B   A Pts   +/-   Pén
 2 SILVENNOINEN Riku    03/05/1984  180  83      (Finlandais)  Anglet       FRA-2   19   1   6   7   +17   24'
 5 PONS Mathieu         09/06/1994  180  75  Grenoble          Anglet       FRA-2   37   0   6   6   +11   40'
 7 KUNNAS Joona         08/01/1993  193  93      (Finlandais)  Grenoble     FRA-1   61   5   8  13   +18   51'
10 CAUBET Théo          17/05/1999  178  72  Bordeaux          Anglet       FRA-2    7   0   0   0   +1     0'
19 SOVA Ales            24/09/1991  184  90         (Tchèque)  QC/KC/Green. ECHL    28   0   1   1   -22    8'
                                                               Fred'havn    DAN-1    7   0   2   2   +5     0'
21 GRENIER Dave         11/10/1983  171  78    (Fra/Canadien)  Anglet       FRA-2   37   4  20  24   +6    26'
22 PALAT Andréa         05/04/2000  173  72  Bordeaux          Anglet U20   FRAjr   28   9   9  18         36'
29 MASO Kevin           29/03/1995  179  78  Megève            Anglet       FRA-2   34   1   2   3   +6    16'
71 JALBERT Dominic      02/08/1989  180  86        (Canadien)  Anglet       FRA-2   37  12  34  46   +26   46'

Attaquants

N°                      Naissance    cm  kg  Club formateur    Club & Chpt 2017/18  MJ   B   A Pts   +/-   Pén
 8 RAZAT Clément        24/08/1998  165  65  Anglet            Ambrì U20    SUIjr   53   4   8  12         10'
10 ARROSSAMENA Nicolas  09/01/1990  182  87  Saint-Pierre      Angers       FRA-1   49  15  13  28   -7    42'
11 DECOCK Thomas        10/08/1986  180  83  Tours             Anglet       FRA-2   36  18  20  38   +9    61'
12 GAUTHIER Sébastien   06/08/1986  182  90        (Canadien)  Anglet       FRA-2   32  12  24  36   +9    26'
13 LAMBOLEY Robin       07/11/1995  186  89  Grenoble          Chamonix     FRA-1   34   1   1   2   -16    8'
14 RIENDEAU Yanick      25/10/1984  176  80        (Canadien)  Anglet       FRA-2   36  24  25  49   +16  107'
15 VITOU Louis          21/05/2000  180  69  Nice              Anglet U20   FRAjr   28  25  33  58         24'
16 NEYENS Florent       15/03/1991  170  76  Anglet            Anglet       FRA-2   37   2   3   5   +1    12'
18 RANGER Victor        05/05/1999  176  72  Nantes            Anglet       FRA-2   35   1   4   5   -1     2'
23 TARANTINO Lionel     14/04/1988  179  88  Toulouse          Bordeaux     FRA-1   51   6   2   8   -3    42'
25 MENDIZABAL Mikel     26/01/2000  170  70  JFL   (Espagnol)  Anglet U20   FRAjr   21  15  20  35         34'
27 POUDRIER Loïk        07/07/1992  174  75        (Canadien)  Anglet       FRA-2   31  18  22  40   +20   29'
41 OLSSON Alexander     21/12/1984  183  86         (Suédois)  Anglet       FRA-2   37  17  20  37   +15   18'
48 BURGOS Alejandro     27/10/2000  180  80  JFL   (Espagnol)  Anglet U20   FRAjr   23  12  32  44         10'
                                                               Anglet       FRA-2   10   0   0   0   -2     2'
68 SALMINEN Saku        20/10/1994  192  93      (Finlandais)  SaiPa Lapp.  FIN-1   54   2   4   6   -9    14'
89 BLAIN Luc-Olivier    16/11/1989  191  88        (Canadien)  Brampton     ECHL    41   9  15  24   -2    18'
                                                               Laval         AHL    12   2   2   4   +1     2'

Entraîneur : Olivier Dimet (47 ans).

Partis : Dusan Sidor (G, 14MJ), Quentin Kello (G, 7MJ), Louis Wery (G, 1MJ, Wanimaki, CPJHL), Charles-Olivier Roussel (D, 7+12), Thomas Baubriau (D, 1+10, arrêt), Adrian Ubieto (D, 0+1), Alban Rodriguez (D, 0+0, Annecy, FRA-3), Christian Ouellet (A, 16+21, Weiden, ALL-3), Mathieu Cyr (A, 12+19, arrêt), Xavier Daramy (A, 7+9, arrêt), Benoît Ladonne (A, 8+9, arrêt), Nicolas Thos (A, 3+3, Brest, FRA-2), Matthieu Vissio (A, 0+4, Dunkerque, FRA-2), Paul-Nassim Bonnet (A, 0+0, Bordeaux 2, FRA-4).

 

Revoir la présentation 2017/18 (en D1)

 

 

Retour à la rubrique articles