Bordeaux - Tours (18 novembre 1989)

 

Match comptant pour la quinzième journée du championnat de France N1A 1990.

Trente-trois secondes de jeu et déjà la première pénalité pour Roger Dubé. Mais cette infériorité numérique bordelaise est surtout marquée par une contre-attaque dans les dernières secondes de Causlovsqui et Goicoechea, qui tire de peu à côté. Aussitôt, Tours réagit par un bon lancer de la bleue de Leblanc. Ce sont les Bordelais qui dominent et se retrouvent dans des situations de surnombre offensif pas toujours bien exploitées. À la dixième minute de jeu, Roger Dubé finit quand même par trouver la faille face à Daniel Maric. Une minute plus tard, le défenseur bordelais Lahiton se fait contrer, mais Jean-François Sauvé manque de vitesse pour conclure son action. Bordeaux double la mise par Guy Dupuis et aurait pu encore creuser le score sur un débordement de Knoery ou sur une bonne action collective de la deuxième ligne.

Tous les blocs sont en action, et Frédéric Asselineau le prouve encore en marquant en deuxième période. Il est temps que les Tourangeaux réagissent. Après une action solitaire de Pierre-Yves Gerbeau, c'est finalement Bob Millette qui réduit le score à 3-1. Les Bordelais repassent tout de suite à l'attaque mais Didier Causlovsqui ne trouve que le poteau. Est-ce le signe que la chance tourne ? Yannick Goicoechea efface parfaitement Alain Bouchard en un contre un mais bute sur Merchan. C'est alors que Charles Thillien réalise des arrêts importants face à Bouchard et Sauvé.

Bordeaux a encore deux buts d'avance, et veut en finir dès le retour sur la glace. Lahiton servi par Goicoechea puis Jurek en solitaire portent l'estocade, et ce sont Goicoechea et Dupuis qui portent le coup de grâce en moins d'une minute. Après avoir muselé Sauvé, son vis-à-vis de grande réputation, Yannick Goicoechea s'est même permis le luxe de marquer un but. Le match est plié, et la suite est émaillée par une bagarre générale entre les deux équipes. Quarante joueurs sur la glace pour une interruption du jeu pendant un quart d'heure. À l'arrivée, cent minutes de pénalité et une ambiance qui fait disjoncter un supporter tourangeau auteur d'un geste complètement débile. Cet irresponsable a frappé d'un coup de poing une femme qui assistait au match. Révoltant. Heureusement, tout est rapidement rentré dans l'ordre sur la glace.

La victoire et la manière pour des Bordelais très inspirés. Impressionnants collectivement et physiquement, ils ont largement dominé les Tourangeaux grâce au travail de leurs trois lignes d'attaque et à leur présence défensive. Bordeaux rejoint ainsi Tours à la cinquième place du championnat avec dix-huit points.

Compte-rendu signé Laurent Bellet

 

Commentaire d'après-match (dans Sud Ouest)

André Saint-Laurent (entraîneur de Bordeaux) : "On a prouvé que l'on était capable de battre les meilleurs. Mais dans ce championnat, c'est la régularité qui paye. Samedi, nous jouerons à Tours et il est évident que c'est un virage important, mais pas décisif."

 

Bordeaux - Tours 5-1 (2-0, 1-1, 2-0)

Samedi 18 novembre 1989 à 19h30 à Mériadeck. 1700 spectateurs.

Arbitrage de M. Malletroit assisté de MM. Peyvert et Calamoneri.

Pénalités : Bordeaux 68', Tours 78'.

Tirs : Bordeaux 34 (13, 12, 9), Tours 23 (8, 8, 7).

Évolution du score :

1-0 à 09'36" : Dubé assisté de Lahiton

2-0 à 15'52" : Dupuis assisté de Baumann et Dubé (inf. num.)

3-0 à 23' : Asselineau

3-1 à 29'35" : Millette assisté de Leblanc

4-1 à 43' : Goicoechea

5-1 à 43' : Dupuis assisté de Dubé

 

Bordeaux

Gardien : Charles Thillien.

Défenseurs : Serge Poudrier - Michel Baumann ; Kazimierz Jurek - Henri Lahiton ; Marc-André Tapia - Jean-Yves Decock.

Attaquants : Arnaud Briand - Guy Dupuis - Roger Dubé ; Didier Causlovsqui - Yannick Goicoechea - André Svitac ; Jean-Michel Lutaud - Hervé Knoery - Frédéric Asselineau.

Tours

Gardiens : Daniel Maric puis Jean-François Merchan à 20'00".

Défenseurs : Michel Leblanc - Alain Bouchard ; Robert Boileau - Patrick Pommier ; Eugène Lévêque - Stéphane Messon.

Attaquants : Norbert Périnet - Jean-François Sauvé - Robert Millette ; Rodolphe Garnier - Pierre Aubry - Pierre-Yves Gerbeau ; Stéphane Arfi - Raphaël Marciano - Jérôme Campiglia.

 

Retour au Championnat de France