États-Unis - CEI (21 février 1992)

 

Jeux Olympiques d'Albertville 1992, demi-finale.

Depuis le miracle de 1980, chaque affrontement olympique américano-soviétique a une saveur particulière. Certes, ce n'est plus l'URSS, seulement la "Communauté des États Indépendants", et le fond politique de l'affrontement s'est éteint avec la disparition du régime communiste. Mais du point de vue sportif, l'antagonisme reste, l'envie d'exploit également, et les Américains sont très motivés avant cette première confrontation à élimination directe de l'histoire face aux Russes.

Les États-Unis appuient leurs premières charges et pratiquent un jeu très direct qui oblige le gardien Shtalenkov et la défense à rester concentrés. Les plus anciens de l'équipe de CEI déstabilisent leurs adversaires dès qu'ils tentent des passes inhabituelles, mais les jeunes, eux, essaient plutôt de faire la différence individuellement. Aleksei Kovalev exagère ainsi dans ses dribbles et fait trébucher Donato juste après avoir perdu le palet (5'21"). L'infériorité russe donne lieu à une géniale passe du revers de Khomutov en zone neutre pour Bykov dans son dos : c'est l'échappée que les Américains n'ont pas vu venir. Le capitaine de la CEI prend le temps d'ajuster son tir du poignet... sur la transversale.

Le remuant Kovalev ne se perd plus en complications et fait plus simple : il utilise Petrenko comme relais en zone neutre pour prendre de la vitesse et, sitôt la ligne bleue franchie, envoie un slap puissant au-dessus de la botte droite de Ray Leblanc (0-1, 11'08").

Ce but n'entame en rien la détermination des Américains qui réagissent aussitôt. Il suffit de voir comment Shawn McEachern se plante dans l'enclave. Dmitri Mironov essaie vainement de le déloger, et il en finira à terre, battu physiquement et impuissant, au moment o¨ son adversaire pousse dans le but un rebond après un tour de cage de Sean Hill (1-1, 12'09"). Il faut dire que le gardien russe Shtalenkov n'est pas très rassurant dans sa gestion des palets bas qui ont tendance à ricocher au petit bonheur.

Donato se fait dribbler en zone neutre par Kovalenko et l'accroche. Pendant qu'il est en prison, le synthétiseur de la patinoire de Méribel diffuse un grand aperçu de la culture française en déroulant la mélodie de "Il est des nôtres, il a bu son verre comme les autres" avant de faire honneur aux champions olympiques sortants avec "Kalinka". Un encouragement qui ne porte pas bonheur aux Russes. Emma contre un lancer de Kasparaitis et les dernières secondes de la pénalité sont reprises par le public qui salue ainsi la résistance américaine.

L'échéance n'est cependant retardée que de quelques instants. Hedican et Sweeney serrent le même joueur, Sergei Petrenko, qui décale alors Vyacheslav Bykov. Le centre de Fribourg-Gottéron efface son échec un peu plus tôt et nettoie cette fois la lucarne avec une précision d'horloger (1-2, 15'36"). La CEI s'est rassurée, à l'instar de Shtalenkov qui apprend à devancer le danger McEachern en exécutant un bon poke-check face au centre du Massachussets, servi entre les défenseurs par une passe dans le bon timing de Joe Sacco.

Une faute de Maklakhov en début de deuxième période soulage des états-Unis qui commençaient à subir beaucoup : les dynamiques Heinze et McEachern mettent le feu dans l'enclave pendant les deux minutes. Malakhov part creuser le score en sortant de prison, mais l'arbitre a sifflé un "deux-lignes" sur le dégagement de Kovalenko.

La CEI ne lâche plus rien. Kovalev contre Sacco en zone offensive, et le tir rasant de Zhamnov est dévié de justesse par la jambière gauche de Leblanc. Cette quatrième ligne russe est intenable et les feintes virevoltantes de Kovalev continuent d'enchanter le public. Il n'y en a plus que pour Ray Leblanc, le gardien américain sollicité de toutes parts. Il signe un bel arrêt-réflexe devant Borshchevski sur centre de Boldin, et même une parade volontaire du casque sur un lancer d'Evgeni Davydov ! La pénalité de Tkachuk pour un coup loin du jeu est tuée.

Sur leur première attaque depuis de longues minutes, les Américains provoquent une faute de Zhamnov. Pendant la supériorité numérique, Shtalenkov repousse difficilement un lancer bas de Greg Brown de la ligne bleue. Kasparaitis joue trop l'homme et pas assez le palet qui lui arrive au niveau du cou et retombe à ses pieds. Libre de ses mouvements, Keith Tkachuk, qui avait d'abord trébuché sur le gardien, se relève et conclut dans la cage ouverte (2-2, 38'28"). Alors que la CEI paraissait largement dominatrice, les états-Unis peuvent encore croire au miracle.

La patinoire résonne de "USA, USA" et envisage l'exploit avec délectation. La délégation américaine est venue en force et les athlètes venues encourager leurs collègues hockeyeurs ne sont pas les plus avares en démonstration.

Leurs favoris reprennent le jeu en infériorité car Donato a fait trébucher Prokhorov avant la pause. Le gardien Leblanc s'interpose encore devant Bykov et Zubov. McEachern est ensuite sanctionné pour un cinglage commis a priori par Scott Young : la CEI attend l'ouverture et Igor Boldin la trouve par une passe transversale vers Aleksandr Kravchuk : le défenseur monté sur l'aile gauche reprend ce palet en or... dans le petit filet.

La pénalité de trop est celle de Moe Mantha qui fait trébucher Kovalev parti en contre-attaque. Le slap de la bleue de Vladimir Malakhov est suivi au rebond par Khmylev puis par Khomutov, seul face au but pour glisser le palet du revers le long du gardien (2-3, 50'55").

Les Américains essaient bien de réagir, mais le rêve est terminé. Dmitri Mironov fait avorter une attaque de Scott Young et relance vers le trio Khomutov-Bykov-Khmylev qui exécute un mouvement offensif de toute beauté (2-4, 54'08").

Battus, les joueurs à la bannière étoilée laissent encore éclater leur frustration en fin de match, par des coups de crosse de C.J. Young puis du gardien Leblanc dans la jambe de Boldin. Evgeni Davydov, qui a été retiré de la première ligne au profit de Khmylev, trouve lui aussi le chemin des filets sur une passe de derrière la cage de Kovalenko (2-5, 57'09").

Étoiles Hockey Archives : *** Aleksei Kovalev (CEI), ** Shawn McEachern (USA), * Vyacheslav Bykov (CEI).

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

États-Unis - CEI 2-5 (1-2, 1-0, 0-3)
Vendredi 21 février 1992 à Méribel.
Arbitrage de Svein Erik Sold (SUE) assisté de XXX et J. Enestedt (SUE).
Pénalités : États-Unis 16' (2', 6', 8'), CEI 6' (2', 4', 0').
Tirs : États-Unis 18, CEI 55.

Évolution du score :
0-1 Ó 11'08" : Kovalev assistÚ de Petrenko
1-1 Ó 12'09" : McEachern assistÚ de Hill
1-2 Ó 15'36" : Bykov assistÚ de Petrenko et Yushkevich
2-2 Ó 38'28" : Tkachuk assistÚ de Brown (sup. num.)
2-3 Ó 50'55" : Khomutov (sup. num.)
2-4 Ó 54'08" : Khymlev assistÚ de Bykov et Khomutov
2-5 Ó 57'09" : Davydov assistÚ de Kovalenko (sup. num.)

 

États-Unis

Attaquants :
14 Joe Sacco - 15 Shawn McEachern (2') - 19 Scott Young
21 Tim Sweeney (-1) - 27 Carl J. Young (-1, 2') - 44 Clark Donatelli (C, -1)
28 Marty McInnis (-1) - 6 Ted Donato (-1, 4') - 11 Steve Heinze (-1)
17 Keith Tkachuk (2') - 20 Jim Johannson - 10 David Emma
18 Ted Drury.

Défenseurs :
25 Sean Hill (2') - 4 Scott Lachance
24 Bret Hedican (-2) - 3 Dave Tretowicz (-1)
5 Guy Gosselin (A) - 2 Greg Brown
22 Moe Mantha (A, -1, 2').

Gardien :
Ray Leblanc (2').

Remplaçant : Scott Gordon (G). Absent : Mike Dunham (G).

CEI

Attaquants :
13 Yuri Khmylev - 27 Vyacheslav Bykov (C, +1) - 15 Andrei Khomutov
11 Evgeni Davydov - 22 Vyacheslav Butsaev - 29 Andrei Kovalenko
24 Vitali Prokhorov - 8 Igor Boldin - 12 Nikolaï Borshchevski
10 Sergei Petrenko (+2) - 26 Aleksei Zhamnov (+1, 2') - 14 Aleksei Kovalev (+2, 2')

Défenseurs :
55 Dmitri Mironov - 6 Darius Kasparaitis (-1)
7 Sergei Bautin - 3 Igor Kravchuk
16 Sergei Zubov - 4 Vladimir Malakhov (2')
23 Aleksei Zhitnik (+2) - 2 Dmitri Yushkevich (+3)

Gardien :
20 Mikhaïl Shtalenkov.

Remplaçant : Andrei Trefilov (G).

 

Retour aux Jeux olympiques