République Tchèque - France (27 avril 1996)

 

Championnats du monde 1996, premier tour, poule B.

Ville et Pajonkowski sont préservés aujourd'hui et doivent faire leur rentrée lors du match décisif pour le maintien contre la Norvège. Les Français n'ont donc que onze attaquants pour se frotter à une République Tchèque encore invaincue. Et pourtant, Juhani Tamminen les a convaincus que le score serait plus serré que face à la Norvège, et qu'ils ont moins de craintes à avoir face à des adversaires moins explosifs.

Ses joueurs s'en sont persuadés et tiennent tête. Ils ne prennent le premier but que parce que Christian Pouget a été sanctionné pour une charge pas si méchante sur Kadlec alors qu'il y avait déjà un joueur en prison de chaque côté. À quatre contre trois, Frantisek Kaberle peut s'avancer un peu de la ligne bleue (1-0, 10'43"). Mais quand les Bleus sont à leur tour en supériorité numérique, Tamminen aligne quatre attaquants sur son jeu de puissance, dont Roger Dubé à la ligne bleue aux côtés de l'autre canonnier Poudrier. Le lancer de Dubé passe au ras du poteau de Roman Turek, masqué par Vykoukal (1-1, 13'43"). Le coup paraît encore jouable. Seulement, les Tchèques font la démonstration qu'ils savent être rapides au contre. Une relance du gardien Turek trouve Viktor Ujcik qui déborde mais est bien bloqué à l'approche de la cage par Jean-Philippe Lemoine qui joue son rôle en jouant l'homme et en laissant le palet libre... Sauf que Jiri Kucera a suivi et devance Poudrier pour mettre ledit palet dans le haut du filet (2-1, 16'53").

Dès le début du deuxième tiers-temps, les Bleus sont crucifiés par un but très chanceux. Le palet envoyé derrière la cage par Robert Lang ricoche sur le patin de Pat Dunn (3-1, 21'08"). Dans la foulée, sur un mauvais changement défensif, Taras Zytynsky est en retard et Pavel Patera tout seul fusille Michel Vallière (4-1, 21'30").

La France n'a pas tout à fait abdiqué... Jiri Vykoukal contrôle moyennement le palet du gant en zone neutre, alors Bob Ouellet s'en saisit et fonce tout droit, emportant gardien et cage sur son passage. L'arbitre demande la vidéo. Turek a arrêté le tir entre ses jambières avant d'être balayé dans ses filets, par contre les images montrent aussi que Ouellet a clairement été accroché par-derrière par Sykora. L'arbitre signale donc un tir de pénalité. Le lancer de Philippe Bozon est cueilli très bas par la mitaine de Turek. Rien ne sourit pour la France : une relance ratée de Steven Woodburn est interceptée par David Vyborny qui tire deux fois avant que Jiri Dopita ne marque pour de bon (5-1, 22'57"). Vallière en a vu assez et casse sa crosse sur le banc.

Petri Ylönen ne fera pas mieux puisqu'il offrira d'abord un but à l'adversaire, relançant directement sur Otakar Vejvoda qui n'a qu'à le contourner pour conclure tranquillement dans les filets déserts (6-1, 29'58"). Le calvaire du gardien de Rouen n'est pas terminé car il prend un lancer de Robert Kysela entre les bottes (7-1, 30'59"). Ne pouvant pas compter sur une défense aux abonnés absents, Ylönen n'a d'autre choix que se reprendre, et il le fait, à partir d'une belle parade de la jambière gauche sur un tir à bout portant de Lang, arrivé à son tour seul devant la cage. En fin de période, Serge Poudrier essaie un gri-gri impossible sur Vykoukal et commet une crosse haute après avoir perdu le palet. Pendant la pénalité, Vejvoda prend un rebond du revers sur un lancer de la bleue de Kaberle (8-1, 38'38"). Ainsi s'achève le plus mauvais tiers-temps de la France depuis son entrée dans le Mondial A : un 0-6 qui rappelle l'époque des JO de Calgary et qui sanctionne une accumulation de maladresses et une totale démission.

Il y a pourtant encore vingt minutes à jouer. Breistroff charge Lang contre la bande, et c'est un nouveau but en supériorité numérique, une reprise de volée de Pavel Patera sur une passe de son "jumeau" Martin Prochazka (9-1, 52'50"). La France adoucit vaguement la pilule sur un but chanceux. Un centre de François Rozenthal est dévié par le patin de Vykoukal vers Turek. Le gardien tchèque essaie d'écarter le palet avec la crosse mais le rate et le voit passer entre ses jambières (9-2, 59'02").

La France devra maintenant surmonter cette gifle pour aborder son match contre la Norvège, en espérant que celle-ci ne réussisse pas un troisième nul ce soir contre la Suède. Car si c'est le cas, les Bleus joueront pour du beurre et n'auront déjà plus qu'à se préparer pour le barrage de relégation.

Désignés joueurs du match : Otakar Vejvoda pour la République Tchèque et Petri Ylönen pour la France.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Commentaires d'après-match (dans L'Équipe)

Juhani Tamminen (entraîneur de la France) : "Ceux qui disent que le résultat contre les Tchèques est catastrophique ne connaissent rien au hockey. On a payé dans le deuxième tiers-temps l'énergie dépensée dans les trois premiers matches. J'ai remplacé Vallière pour le préserver. Contre la Norvège, vous allez voir le vrai visage de la France. Une équipe avec un cœur énorme."

Philippe Bozon (attaquant de la France) : "À ce niveau, on ne peut pas se permettre de faire les choses à moitié."

 

République Tchèque - France 9-2 (2-1, 6-0, 1-1)

Samedi 27 avril 1996 à 16h00 à la Albert-Schütz Halle de Vienne. 2000 spectateurs.

Arbitrage de Leonid Vaisfeld (RUS).

Pénalités : République Tchèque 12', France 16'.

Tirs : République Tchèque 46 (14, 19, 13), France 29 (6, 15, 8).

Évolution du score :

1-0 à 10'43" : Kaberle assisté de Patera et Prochazka (sup. num.)

1-1 à 13'43" : Dubé assisté de Zytynsky et F. Rozenthal (sup. num.)

2-1 à 16'53" : Kucera assisté d'Ujcik et Turek

3-1 à 21'08" : Lang

4-1 à 21'30" : Patera assisté de Vejvoda et Kadlec

5-1 à 22'57" : Dopita assisté de Vyborny

6-1 à 29'58" : Vejvoda

7-1 à 30'59" : Kysela assisté de Reichel et Sykora

8-1 à 38'38" : Vejvoda assisté de Kaberle et Patera (sup. num.)

9-1 à 57'45" : Peltonen assisté de Nurminen et Nieminen (sup. num.)

9-2 à 59'02" : F. Rozenthal assisté de M. Rozenthal

 

République Tchèque

Gardien : Roman Turek.

Défenseurs : Jiri Veber - Antonin Stavjana ; Stanislav Neckar - Michal Sykora ; Frantisek Kaberle - Drahomir Kadlec ; Jiri Vykoukal.

Attaquants : David Vyborny - Jiri Dopita - Radek Bonk ; Robert Lang (A) - Robert Reichel (C) - Daniel Kysela ; Martin Prochazka - Pavel Patera - Otakar Vejvoda ; Roman Meluzin - Jiri Kucera - Viktor Ujcik ; Radek Belohlav.

Remplaçant : Roman Cechmanek (G).

France

Gardiens : Michel Vallière puis Petri Ylönen à 22'57".

Défenseurs : Jean-Philippe Lemoine - Serge Poudrier ; Steven Woodburn - Denis Perez (A) ; Taras Zytynsky - [Poudrier] ; Michel Breistroff - Serge Djelloul.

Attaquants : Christian Pouget (A) - Robert Ouellet - Philippe Bozon ; Patrick Dunn - Antoine Richer (C) - Stéphane Barin ; Maurice Rozenthal - Arnaud Briand - François Rozenthal ; Roger Dubé - Pierre Pousse - [poste tournant].

Absents : Christophe Ville (épaule), Franck Pajonkowski (muscle abdominal déchiré).

 

Retour aux championnats du monde