États-Unis - Finlande (9 mai 1997)

 

Championnats du monde 1997, poule finale.

L'enjeu de ce dernier match de poule est très simple : si les Américains arrivent à prendre un point, ils accèdent au match pour la médaille de bronze face aux Russes. Dans le cas contraire, ils laissent cette place aux Russes. Pour les Finlandais, la route s'achève ici quoi qu'il arrive. Mais c'est une raison supplémentaire pour terminer leur tournoi à domicile sur une bonne note.

Après ses énormes erreurs défensives d'avant-hier, la Finlande réalise une prestation sans tache. Malgré son titre de l'an passé, elle semble toujours avoir du mal à gérer la pression. Maintenant qu'il n'y a plus d'enjeu, elle déroule son jeu avec aisance. Son gardien Ari Sulander est peu inquiété, sinon par des lancers en angle fermé. Chris Terreri de son côté doit multiplier les arrêts décisifs. En début de deuxième période, Antti Aalto donne logiquement l'avantage à l'équipe locale.

Même tarif, encore plus rapide, au troisième tiers-temps. Ville Peltonen entre en zone mais se fait contrer pendant son dribble en pivot au milieu de deux défenseurs. Teppo Numminen arrive à fond pour transformer ce palet traînant à la bleue en missile. À 2-0, on voit mal comment les Américains pourraient revenir. Ils arrivent certes à envoyer quelques rondelles dans le slot, mais elles y sont mal contrôlées, à l'instar de Klee qui s'y reprend à trois fois et laisse tout le temps à Aalto de contrer son tir. Si le score n'est pas plus lourd, c'est juste parce que Peltonen n'a pas son réalisme habituel. Il a deux belles occasions dans la troisième période. D'abord il vole le palet à Eric Weinrich dans la zone américaine, sans conclure. Puis une merveille de petite passe lobée en sortie de zone l'envoie tout seul dans le dos de la défense. Peltonen dribble le gardien mais ne cadre pas son revers. La première ligne finlandaise aura eu des occasions à chacune de ses présences sur la glace - c'est-à-dire souvent avec une rotation à trois lignes.

Ce n'est qu'à cinq minutes de la fin que les Américains sont enfin dangereux, avec un tir en bonne position, mais trop centré, de Paul Ranheim, puis avec une déviation sur la transversale de Donald Brashear sur centre de Mike Sullivan. Ils sortent leur gardien pour les deux dernières minutes, mais ils subissent le jeu même à six contre cinq. Petri Varis trouve le poteau de la cage vide (!), cible également ratée par Lind et Helminen.

Il y avait un monde d'écart entre les deux équipes techniquement, entre la facilité des montées de palet finlandaises et le jeu brouillon et laborieux des Américains. Ces derniers terminent logiquement sixièmes de la compétition, alors que la Finlande doit se contenter d'une cinquième place en deçà de ses espérances. Mais ce n'est pas du tout une atmosphère de déception qui règne dans la Hartwall Areena. Les tribunes sont parsemées de banderoles et de messages tels que "Kiitos Curre" : merci à Curt Lindström, l'entraîneur suédois qui quitte son poste à la tête de l'équipe finlandaise au bout de quatre ans. Et de ce mandat, le public ne retiendra qu'une chose : il est l'homme qui lui a donné son premier titre de champion du monde.

Désignés meilleurs joueurs du match : Chris Tancill pour les États-Unis et Ari Sulander pour la Finlande.

Meilleurs joueurs finlandais du tournoi selon leur coach : Jarmo Myllys, Saku Koivu, Raimo Helminen.

Meilleurs joueurs américains du tournoi selon leur coach : Chris Terreri, Ken Klee, Ted Donato.

Compte-rendu signé Marc Branchu

Commentaires d'après-match

Andy Murray (entraîneur du Canada) : "Vous ne pouvez pas imaginer la pression que j'ai ressentie ces dernières 48 heures. Cet incident arrive, et que vous puissiez le contrôler ou non, vous devez en prendre la responsabilité en tant que coach. Dans la nuit de mercredi à jeudi, j'étais au téléphone jusqu'à six heures du matin pour répondre aux appels de tous les talk shows. Certains ont même appelé la nuit dernière. Ce match a été un réel accomplissement. Nous avons joué à la canadienne, avec tout le monde qui tirait sur la corde."

Travis Green (attaquant du Canada) : "Je pense qu'il n'y a jamais eu de doute sur la bonne décision à prendre : je ne devais pas être suspendu. C'est toujours un sentiment spécial de jouer contre la Russie, surtout quand il y a une médaille d'or au bout du chemin. Ils ont une équipe très offensive, comme toujours avec les Russes. Mais nous nous sommes adaptés au style européen pendant ce tournoi et nous faisons en sorte d'avoir toujours un attaquant en retrait pour aider la défense. Cela paie. Nous essayons de pratiquer un jeu défensif et d'attendre les buts quand ils viennent. Notre équipe n'a pas encore atteint son sommet. Je pense que nous pouvons amener notre jeu à un autre niveau contre la Suède."

Alekseï Yashin (attaquant de la Russie) : "Le Canada a très bien joué et a eu beaucoup d'occasions avant ce but décisif. J'ai vu une action du même genre se produire en play-offs NHL avec Ottawa, quand j'ai mis un palet dans ma propre cage sur une mise au jeu, et ce n'est pas un sentiment agréable. Je souhaite bonne chance aux Canadiens pour la finale. Je pense qu'ils ont une bonne équipe."

 

États-Unis - Finlande 0-2 (0-0, 0-1, 0-1)

Vendredi 9 mai 1997 à 20h00 à la Hartwall Arena de Helsinki. 13230 spectateurs.

Arbitrage de Gerhard Müller (USA) assisté d'Ulf Rönnmark (SUE) et Jensen (NOR).

Pénalités : États-Unis 8', Finlande 6'+10'.

Tirs : États-Unis 22 (4, 6, 12), Finlande 30 (8, 13, 9).

Évolution du score :
0-1 à 02'47" : Aalto assisté de Törmänen et Lumme
0-2 à 40'49" : Numminen assisté de Peltonen et Jutila

 

États-Unis

Attaquants :
Donald Brashear - Mike Sullivan (A) - Bob Beers
Ted Donato - Marty MacInnis (C) - Chris Tancill
Todd Krygier - James Campbell - Paul Ranheim
Chris Marinucci - Darby Hendrickson - Derek Plante.

Défenseurs :
Scott Lachance - Ken Klee
Bret Hedican (A) - Jon Rohloff
Matt Martin - Eric Weinrich.

Gardien :
Christopher Terreri.

Remplaçants : Tom Askey (G), Chris Drury. Absent : Bryan Berard (pouce).

Finlande

Attaquants :
Ville Peltonen (A) - Saku Koivu - Marko Jantunen
Antti Aalto - Mika Nieminen - Petri Varis
Juha Lind - Raimo Helminen - Antti Törmänen
Olli Jokinen.

Défenseurs :
Marko Kiprusoff - Hannu Virta (A)
Petteri Nummelin - Timo Jutila (C)
Mika Strömberg - Jyrki Lumme.

Gardien :
Ari Sulander.

Remplaçants : Jani Hurme (G), Janne Ojanen, Petteri Nummelin, Jarkko Varvio. Absents : Jarmo Myllys (G), Kai Nurminen.

 

Retour aux championnats du monde