Canada - Suède (14 mai 1997)

 

Finale des championnats du monde 1997, troisième et dernière manche.

Surprise dans l'effectif canadien : non, Andy Murray n'a pas changé ses lignes, et pourtant, il y a un numéro intrus, le mystérieux n27. En fait, il s'agit de Chris Gratton, dont le maillot portant le 77 a mystérieusement disparu dans la laverie de la Hartwall Arena.

Le Canada met son adversaire sous pression en première période, essentiellement pendant les pénalités de Johansson, Norström et Sundblad. Les meilleures chances viennent de tirs de Geoff Friesen de l'enclave ou de Chris Pronger du cercle droit. La Suède réplique essentiellement sur une superbe action du rapide Niklas Andersson qui déborde Chris Pronger mais échoue sur Burke.

C'est à l'avant-dernière minute de ce premier tiers que les joueurs à la feuille d'érable concrétisent leur domination. Bob Errey envoie le palet au fond de la zone, Owen Nolan fait le tour de la cage, et c'est Dean Evason qui exploite avec beaucoup d'expérience le rebond (1-1, 18'39"). Un joli symbole pour Evason : c'est le seul joueur à avoir été membre à plein du Team Canada durant la saison (hormis une pige suisse à Zoug le temps de remplacer un étranger blessé), après avoir quitté la NHL où joue encore ses coéquipiers, et c'est ce qui lui a valu sa nomination comme capitaine.

Le vétéran Evason avait été nominé comme joueur de l'année en junior majeur en 1983, mais avait été logiquement devancé par Pat LaFontaine, alors un super-espoir. Destiné à un rôle de l'ombre, utile aux engagements et en infériorité numérique, Dean Evason entre dans la lumière avec cette ouverture du score dans ce match décisif, son deuxième but du tournoi.

L'efficacité d'une équipe se mesure à sa capacité à scorer aux meilleurs moments. Après avoir ouvert la marque, le Canada a tué une pénalité pour retenir de Shean Donovan, coupée en deux entre les deux périodes. Et juste après, Owen Nolan a conclu un superbe jeu en triangle avec Travis Green et Mark Recchi (2-0, 21'56"). Déjà impliqué dans le premier but, Nolan a évolué aussi sur cette autre ligne en guise de substitut temporaire, car Geoff Sanderson avait été blessé à l'oreille en deuxième période. Il rentre en jeu dans les minutes qui suivent.

Au pied du mur, la Suède se montre alors enfin plus offensive, mais Sean Burke sort le grand jeu face à Michael Nylander ou Niklas Sundblad. De son côté, les Canadiens se créent encore des occasions avec un breakaway de Recchi. En troisième période, les attaques suédoises se font de plus en plus intenses, et à l'avant-dernière minute, Pronger est sanctionné pour un coup de coude alors qu'Evason et Johansson s'étaient déjà échangé des pénalités. À quatre contre trois, la Suède a enfin l'espace voulu, et Nylander réduit le score (2-1, 58'43").

C'est seulement la deuxième victoire canadienne aux Mondiaux depuis trente-cinq ans. Lors de la première, il y a trois ans en Italie, les hommes de George Kingston avaient un peu volé la finale aux tirs au but face à de séduisants Finlandais qui méritaient mieux. Rien de tel aujourd'hui. Bien sûr, la Suède avait été bien meilleure que le Canada en début du tournoi, et leur confrontation en poule avait tourné à la démonstration. Mais aujourd'hui, lorsque ça comptait vraiment, la Suède a abordé le match de manière bien trop passive, et elle a été justement punie. Lorsqu'elle s'est réveillée, il était trop tard, face à des Canadiens prêts à tout donner défensivement, y compris en infériorité numérique.

Désignés joueurs du match : Owen Nolan pour le Canada et Michael Nylander pour la Suède.

Désignés trois meilleurs Canadiens du tournoi par leur coach : Rob Blake, Keith Primeau, Dean Evason.

Désignés trois meilleurs Suédois du tournoi par leur coach : Tommy Salo, Tommy Albelin, Michael Nylander.

Commentaires d'après-match

Robert Errey (attaquant du Canada) : "Nous avons gagné beaucoup de matches durs et battu six ou sept équipes pour être champions du monde. On met tout sur table ici, en jouant avec un groupe de gars qui ont pris du temps loin de leurs familles pour faire le sacrifice de venir ici. On ne veut laisser tomber personne."

Sean Burke (gardien du Canada) : "J'ai eu beaucoup de d'opportunités de représenter mon pays mais je n'avais jamais remporté de médaille d'or. J'ai attendu un long moment de vivre ce moment."

Dean Evason (capitaine du Canada) : "C'est ma Coupe Stanley. Je n'avais jamais eu l'opportunité de la décrocher chez nous. C'est une merveilleuse expérience de mettre ce maillot."

Anson Carter (attaquant du Canada) : "Nous avons fait un long chemin en quatre semaines. Nous nous sommes battus de la façon dont les Canadiens savent se battre."

 

Canada - Suède 2-3 (1-1, 0-1, 1-1)

Mercredi 14 mai 1997 à 19h00 à la Hartwall Arena de Helsinki. 13181 spectateurs.

Arbitrage de Don Adam (USA) assisté de Panu Bruun et Janne Rautavuori (FIN).

Pénalités : Canada 14' (4', 4', 6'), Suède 12' (6', 2', 4').

Tirs : Canada 29 (15, 7, 7), Suède 32 (8, 9, 15).

Évolution du score :
1-0 à 18'39" : Evason assisté de Nolan
2-0 à 21'56" : Nolan assisté de Green et Recchi
2-1 à 58'43" : Nylander assisté de Svensson et Höglund (sup. num.)

 

Canada

Attaquants :
Rob Zamuner - Keith Primeau - Jarome Iginla
Robert Errey - Dean Evason - Owen Nolan
Geoff Sanderson - Travis Green - Mark Recchi
Jeff Friesen - Chris Gratton - Anson Carter
Shean Donovan

Défenseurs :
Don Sweeney - Chris Pronger
Bryan McCabe - Rob Blake
Cory Cross - Steve Chiasson
Joël Bouchard

Gardien :
Sean Burke

Remplaçant : Rick Tabaracci (G).

Suède

Attaquants :
Jonas Höglund - Michael Nylander - Nichlas Falk
Per Eklund - Stefan Nilsson - Magnus Arvedson
Johan Lindbom - Anders Carlsson - Niklas Andersson
Niklas Sundblad - Marcus Thuresson - Jörgen Jönsson

Défenseurs :
Roger Johansson - Tommy Albelin
Marcus Ragnarsson - Magnus Svensson
Mattias Norström - Mattias Öhlund

Gardien :
Tommy Salo

Remplaçants : Johan Hedberg (G), Ronnie Sundin, Per Svartvadet.

 

Retour aux championnats du monde