Epinal - Dijon (31 octobre 2000)

 

Match comptant pour la huitième journée de la poule nord du Championnat de France de division 1.

Depuis leur lourde défaite en Bourgogne pour la première journée de championnat, les Dauphins flirtent avec les victoires et en alignent cinq à leur actif. Mais les challenges ne manquaient pas ce soir. Et pour peu, les Dijonnais trônent à la deuxième place pour... un but d'avance sur les Dauphins, une peau de chagrin !

Autant dire que l'enjeu était de taille. Cette rencontre a réveillé les curs des supporters d'antan. Et oui, souvenez vous, il y a 19 ans, Epinal s'était imposé à Dijon devant 2000 personnes ! Et ce 26 décembre 1981, le match retour Epinal - Dijon était explosif. Le jeune Raphaël Marciano, âgé de 20 ans alors, est originaire de Dijon. Un certain Rodolphe Marciano jouait dans l'équipe première des Ducs. 2000 personnes s'étaient rassemblées à Poissompré dans une ambiance électrique et surchauffée ! Imaginez, les joueurs entendaient à peine l'arbitre siffler ! Quand Normand Pépin trouve la faille après seulement 37 secondes de jeu, c'est du délire ! Les Spinaliens s'imposeront 8-3.

Revenons au 31 octobre 2000, Féfé est toujours là, mais à Epinal cette fois ! Mais les Spinaliens, Pépin, Durand, Campiglia ou encore Pete Laliberté ont raccroché leurs patins de joueur.

Les deux équipes "mythiques" se retrouvent de nouveau pour réveiller les folles ambiances d'antan ! Et ce mardi soir, le public n'a pas voulu manquer ce retour au sources. Philippe Ranger, le gardien dijonnais, lui aussi était heureux de retrouver la patinoire qu'il foulait encore au début de l'année.

La rencontre débute enfin. Les Dijonnais ne sont pas habitués à évoluer sur une grande glace. Voilà pourquoi ils passeront une bonne partie du match à rester sur leurs arrières. Et ce sont les Spinaliens qui feront le jeu en ce début de partie.

Rapidement, on s'aperçoit que les Dauphins sont dominateurs, mais ne concrétisent pas immédiatement. Mais il ne faudra pas attendre longtemps pour voir Mysicka s'en aller tromper son ex-équipier d'un but sublime alors que les Dijonnais étaient en supériorité.1-0.

Le public est aux anges. Le camouflet du match aller n'est déjà plus qu'un mauvais souvenir. De nouveau Mysicka part (Epinal est en supériorité), mais le palet est déjà à Ranger qui cherche le un à un, puis dégage la rondelle sur le côté vers un de ses défenseurs. Manque de chance, Haapasaari est le plus prompt à récupérer et redonne à Mysicka qui ne se prive pas de la mettre au fond. 2-0. Le public l'acclame. Cette fois, les Dijonnais doivent jouer et se montre plus offensifs. Zitouni, qui se fait crocheter, perd le palet qu'un Dijonnais met à profit pour tromper Bock. 2-1.

C'est bien parti pour les locaux. Le reste de la rencontre (les deux derniers tiers) se résumera à un duel de gardiens ponctué par quelques dominations dijonnaises. Mais les Ducs pour la fin de la rencontre feront sortir Ranger pour accentuer encore la pression afin de ramener au moins le nul... Les Dauphins ne craquent pas et remporte une belle victoire de prestige sur un adversaire remarquable. Philippe Ranger de son côté était déçu, se sentant certainement responsable du second but.

Les Dauphins sont enfin à leur place au classement (deuxièmes avec 12 points) derrière Mulhouse (15 points). Mais qui arrivera à stopper la marche en avant des deux équipes ? Pour les Bourguignons, la donne change aussi, puisque Nantes revient fort à la quatrième place avec le même nombre de points. La seconde partie de championnat va s'avérer passionnante, déjà !

Compte-rendu signé Frédéric Lalevée

 

Retour au Championnat de France Elite

Retour au sommaire