Epinal - Nantes (2 décembre 2000)

 

Match comptant pour la treizième journée de la poule nord du Championnat de France de division 1.

En cette St Nicolas, la rencontre avait été retardée d'une demi-heure. Les Corsaires, habitués, étaient déjà présents à Poissompré l'année passée pour la même occasion. Les Nantais, privés de Gustin et Fortin payaient la débauche d'énergie due au coup de cravache pour recoller au peloton de tête. Il semblerait même qu'un Slovaque pallie à la blessure du Canadien et meilleur compteur du championnat, Dany Fortin. Il faut en effet noter que depuis la défaite infligée par les Spinaliens sur la glace nantaise, les hockeyeurs de la Loire Atlantique n'ont plus perdu depuis

A première vue, l'enjeu est inexistant, si ce n'est la place de Dauphin de Mulhouse au championnat. Ceci dit, d'ex-Spinaliens, tel le gardien Franck Laurès et le défenseur Reynald Bataillie, auront à cœur de se rappeler aux bons souvenirs du public. Un public qui s'est déplacé pour l'occasion, puisque cette affiche est déjà au programme des play-offs. Les Nantais veulent aussi effacer la contre-performance de l'aller. Côté vosgien, Féfé Marciano ne pouvait pas compter sur deux défenseurs, Tommi Ackerlund et Frédéric Pierre. Qualifié pour les play-offs, l'entraîneur des Vosgiens décidait même de titulariser le second gardien, Jérôme Calatrava, pour le lancer dans le grand bain, je cite.

La rencontre débute donc sur une intéressante opposition qui verra aussi les juniors y prendre part. Intelligemment, les Nantais ne foncent pas sur le but adverse, même s'ils tentent d'impressionner Calatrava par une série de shoots, la plupart de la ligne bleue. Le match est équilibré, mais les Corsaires vont ouvrir la marque sur un cafouillage défensif. Le gardien local plonge le long de sa cage, mais trop tard. Les Nantais confirment. C'est alors que le rouleau compresseur spinalien se met en marche. On assiste alors à un gala offensif, ponctué par un arbitrage toujours contestable. Le festival de ce premier tiers atteint son apothéose par la troisième ligne composée de Féfé, Papelier et Chassard. Ce même Chassard, après plusieurs tentatives de ses compères, transperce Laurès pour l'égalisation juste dans les dernières minutes. Une récompense pour un joueur qui se donne au maximum sans toujours avoir un retour. Bravo ! 1-1

Le jeu reprend de plus belle et l'inévitable Tchèque, Tomas Mysicka s'en va provoquer Laurès pour donner l'avantage à ses couleur. 2-1. Mais le joueur du Sparta de Prague hérite d'une pénalité de méconduite de 2'+10' qui l'écartera de la rencontre pour le reste du tiers. L'arbitrage ne favorisera pas les locaux et profitera même aux Corsaires qui égaliseront. 2-2.

Les Dauphins voient alors le vent tourner, puisque les Nantais héritent d'une double pénalité. Peu fructueux sur les supériorités à l'habitude, St Nicolas donnera un coup de pouce aux Spinaliens qui s'en iront tripler la mise par Féfé lui-même. Pour finir le tiers-temps, toujours en supériorité, par le quatrième but des Dauphins sur un tir de Domin dévié dans le but par Haapasaari. 4-2.

Beaucoup pensent alors voir la rencontre jouée. Mais les Nantais verront le troisième tiers jouer en leur faveur. Une pluie de pénalités s'abattant de chaque côté et les Corsaires prenant leur mal en patience, ils vont progressivement revenir dans la partie. Et ce pour égaliser à 2 minutes de la fin alors que les 2 équipes jouaient à 3 contre 3. 4-4. Ce sera la score final. Les Nantais sont heureux d'arracher ce point du nul à des Dauphins qui ont mal joué le coup en plus de jouer de malchance. On ne compte pas les poteaux qui ont sauvé Laurès, malgré un grand match de sa part. L'arbitrage était aussi incohérent.

Les deux équipes repartent donc avec le point du nul qui ne modifie pas le classement en faveur des Spinaliens. La St Nicolas a offert au nombreux public venu à Poissompré, une belle rencontre. Pas de déception, puisque ce match était autrement plus intéressant et passionnant que les ennuyeuses confrontations face à Cergy ou encore Dunkerque. Loin de nous, cette image d'un public blasé. Mais, hier soir, les joueurs nantais et spinaliens nous ont rassurés sur la qualité des rencontres à venir en 2001. Belle ambiance, donc hier soir. Enfin mention spéciale aux deux équipes et en particulier à Réhault, un joueur en devenir puisqu'il a régalé par son équilibre, sa vivacité et ses intentions, bravo au n°19 des Corsaires. De même bravo à la troisième ligne spinalienne qui progresse et devient ravageuse.

La dernière rencontre des Dauphins se jouera à Cholet. Cette quatorzième journée qui sera passionnante du côté bourguignon où la dernière place pour les play-offs sera jouée entre les Dijonnais qui se contenteront du nul et des Strasbourgeois condamnés à vaincre.

Compte-rendu signé Frédéric Lalevée

 

Retour au Championnat de France Elite

Retour au sommaire