Norvège - Grande-Bretagne (14 décembre 1999)

 

Match de barrage pour la qualification au championnat du monde 2000.

Les équipes classées troisièmes de leur groupe de qualification se retrouvent pour un match de la dernière chance sur glace neutre. Elles n'ont pas eu de difficulté à s'accorder sur le lieu, Eindhoven aux Pays-Bas, à mi-chemin entre les deux pays. Le sélectionneur de la Grande-Bretagne, Peter Woods, a entraîné à Trondheim il y a cinq ans. Il connaît donc le hockey norvégien où il a gardé des contacts et un "espion" avait été envoyé à Amiens pour le tournoi de qualification olympique. La Norvège est logiquement favorite. Même sa star Espen Knutsen a exceptionnellement mis de côté ses récriminations contre le sélectionneur pour aider son pays à sauver sa place dans l'élite.

Une petite interrogation subsiste sur le poste de gardien. Robert Schistad est sur le banc à Schwenningen et peut donc souffrir du manque de pratique. Le héros gallois du tournoi de qualification Stevie Lyle, qui a entre-temps fêté ses 20 ans, ne manque toujours pas de travail pour sa part. Après neuf minutes, il signe un double arrêt devant Espen Knutsen puis Per-Åge Skrøder. Lars Håkon Andersen trouve un trou béant dans la défense britannique mais bute sur Lyle, couché de tout son long. Un but est refusé à Marius Trygg parce qu'il a dévié un lancer de la bleue avec une crosse haute. Le jeu est à sens unique et Lyle dévie encore un tir de Trond Magnussen sur le poteau. Vince Boe, qui était absent au tournoi de Sheffield parce que son bébé était malade et qui fait son retour en équipe nationale, prend sa seconde pénalité du premier tiers pour une charge avec la crosse. Cette fois Knutsen se montre décisif sur une passe latérale de Mats Trygg.

En deuxième période, la Grande-Bretagne est vite en avantage numérique après un retenir d'Øystein Olsen, mais Tony Hand prend une pénalité pour le même motif en zone neutre en essayant de rattraper sa propre perte de palet. Lyle arrête encore un tir d'Andersen. Avant la mi-match, c'est à 5 contre 5 que le doyen de l'équipe norvégienne Petter Salsten s'avance pour recevoir dans le bon timing la bonne passe de Martin Knold et doubler la mise. La Norvège commet alors sa première erreur défensive en laissant un breakaway de Tony Hand, mais le gardien Robert Schistad remporte son face-à-face. La domination scandinave reprend, mais une pénalité d'Olsen - sa troisième du match - permet à la Grande-Bretagne de réduire le score : le gardien n'est plus sur ses appuis et la défense est aux abois quand Stephen Cooper sert Darren Durdle parfaitement placé (2-1).

Après 40 minutes, on compte 32 tirs à 12 pour la Norvège, comme si un fossé séparait les équipes du groupe A mondial et le prétendant venu du groupe B. Mais le troisième tiers-temps va totalement remettre en cause cette physionomie. Darren Hurley marque après seulement 14 secondes, mais les arbitres ont sifflé auparavant car la cage a bougé. Puis Schistad arrête un revers de Harding. Dès la reprise, les Britanniques ont donc donné le ton : ils imposent leur jeu dans cette dernière période en se montrant plus agressifs. Dans une superbe action, Scott Young perce avec puissance et maîtrise jusqu'au slot, mais son tir frôle le poteau. La Norvège n'a désormais plus que des contre-attaques, de plus en plus rares : celle de Svendsberget est rattrapée par un retour défensif d'un Young décidément très présent. Tony Hand retrouve soudain ses mains magiques et crée du danger à chaque présence. Dans l'occasion ultime de fin de match, le tir Paul Adey fait tinter le poteau gauche ! La Norvège reste dans l'élite.

Le hasard veut que les deux équipes se retrouvent dans la même salle de dîner à l'hôtel. Les ambiances sont très différentes selon les tables. Les Norvégiens sont détendus et souriants, les Britanniques frustrés mais aussi inquiets pour l'avenir. Beaucoup se disent qu'après ce long parcours de qualification raté, certains joueurs ne reviendront plus en équipe nationale et ne maintiendront plus leur engagement avec la sélection.

Commentaires d'après-match

Leif Boork (entraîneur de la Norvège) : "La Grande-Bretagne a été très proche de marquer en troisième période. Bien sûr je suis très heureux de la victoire, c'était extrêmement important pour le hockey norvégien, mais j'ai aussi un grand respect pour notre adversaire après un match aussi serré que celui de ce soir."

Espen Knutsen (attaquant de la Norvège) : "J'ai joué contre la Grande-Bretagne en 1994 et cette équipe est bien meilleure. Ils patinent beaucoup mieux et la défense est meilleure."

Peter Woods (entraîneur de la Grande-Bretagne) : "Nous n'avons pas appliqué notre plan de jeu - mettre le palet au fond et travailler dans les coins - qu'en troisième pérode. Nos meilleurs joueurs ont eu du mal à trouver le filet mais nous aurions été plus déšus si nous n'avions pas eu d'occasions. Nous avons joué quatre rencontres face à des équipes du groupe A, et nous n'en avons perdu qu'un... celui qui comptait vraiment. [...] Les joueurs qui participent à ce programme ne le font certainement pas pour l'argent. Ils le font pour l'amour du sport et veulent exceller au plus haut niveau. Si un joueur ne veut pas jouer, nous ne sommes pas le seul pays à en souffrir. Nous n'avons jamais critiqué un joueur qui décide de ne pas venir pour raisons personnelles."

Steve Moria (attaquant de la Grande-Bretagne) : "Je ne veux pas voir cet équipe se briser - nous avons une grande équipe. Chacun joue très bien et ce n'est qu'une affaire de temps avant d'atteindre l'élite. Nous sommes tout près du groupe A. Ce serait dommage si nous ne poouvons pas aligner notre meilleure équipe, car la Grande-Bretagne mérite d'être dans le groupe A."

Stevie Lyle (gardien de la Grande-Bretagne) : "Nous avons été malchanceux de ne pas saisir nos opportunités. Je sais que l'occasion se représentera, peut-être très bientôt. Au moins ce n'est pas tous les quatre ans, c'est tous les ans. Je n'ai que 20 ans, j'aurai au moins 15 occasions de monter dans le groupe A."

 

Norvège - Grande-Bretagne 2-1 (1-0, 1-1, 0-0)
Mardi 14 décembre 1999 à la Kunstijsbaan d'Eindhoven (HOL). 500 spectateurs.
Arbitrage de Wolfgang Hellwig (ALL) assisté de Gerhard Brodnicki et Thomas Gemeinhardt (ALL).
Pénalités : Norvège 10' (4', 6', 0'), Grande-Bretagne 12' (8', 4', 0').
Tirs : Norvège 38, Grande-Bretagne 20.

Évolution du score :
1-0 à 19'51" : Knutsen assisté de Mats Trygg (sup. num.)
2-0 à 29'03" : Salsten assisté de Knold et Skrøder
2-1 à 36'21" : Durdle assisté de S. Cooper (sup. num.)
 

Norvège

Attaquants :
Trond Magnussen (C) - Espen Knutsen - Per-Åge Skrøder (2')
Morten Fjeld - Øystein Olsen (6') - Marius Trygg
Lars Håkon Andersen - Pål Johnsen - Geir Svendsberget
Sjur Robert Nilsen - Mads Hansen

Défenseurs :
Martin Knold - Petter Salsten
Ketil Wold - Mats Trygg (2')
Jarle Næsset - Tommy Jakobsen
Svein Enok Nørstebø

Gardien :
Robert Schistad

Remplaçant : Vidar Wold (G).

Grande-Bretagne

Attaquants :
Merv Priest - Steve Moria (C) - Steve Thornton
Brent Bobyck - Ian Cooper - Tony Hand (2')
Jonathan Weaver (2') - Ashley Tait - Paul Adey
Mike Harding - Jeff Johnstone - Darren Hurley (2')

Défenseurs :
Matt Coté - Scott Young
Scott Campbell - Rick Strachan
André Malo - Vince Boe (4')
Stephen Cooper (2') - Darren Durdle

Gardien :
Stevie Lyle [sorti à 59'34"]

Remplaçant : Joe Watkins (G).

 

Retour aux qualifications pour les Mondiaux 2000