Épinal - Villard-de-Lans (1er avril 2000)

 

Match comptant pour la treizième journée de la poule finale du championnat de France de Nationale 1.

Est-ce l'importance de l'enjeu ? Toujours est-il que les Spinaliens n'abordent pas cette rencontre capitale la crosse entre les dents. Et si la première tentative est vosgienne, avec ce centre de Marciano dévié par Dehaëne mais repoussé de la botte gauche par Rolland (0'16), c'est Villard-de-Lans qui prend le match à son compte.

Plus rapides, plus précis, avec l'excellent Canadien Yan Turgeon à la baguette, les Ours du Vercors répliquent d'abord à Dehaëne par l'intermédiaire de Lapointe, qui trouve la mitaine de Ranger (0'35), avant d'ouvrir logiquement le score à 1'15. Logiquement mais avec la bénédiction, tout de même, de la défense spinalienne. Elle ne parvient pas à sortir, de sa zone, une rondelle que récupère Alexis Boccard, mais le tir de ce dernier est repoussé par Ranger. Repoussé vers Romain Carry qui contrôle tranquillement et lève sa rondelle pour éviter le portier spinalien et déflorer la marque.

Malvenu ce but... En tout cas, les hommes de Reindl accusent le coup. Et au lieu de mettre les bouchées doubles pour égaliser, ils subissent le jeu des Alpins, ne parviennent pas à effectuer des sorties et entrées de zone propres ; en un mot, laissent l'initiative à leurs rivaux. Heureusement, Ranger veille. Goncalves et consorts se cassent les dents, qui sur la crosse, qui sur la mitaine ou le bouclier de l'ultime rempart spinalien...

Guère à leur avantage en première période, on espérait voir les Dauphins animés de meilleurs sentiments dans le deuxième. On se trompait... Quasiment dans le même temps de jeu que dans le tiers initial, Yan Turgeon suit l'exemple de son petit camarade Carry et expédie la rondelle entre le poteau et la botte gauche de Ranger pour le deuxième but villardien (21'16). Ranger qui n'est pas au bout de ses peines puisqu'il s'incline une nouvelle fois, à 27'15, sur un essai d'Alexandre Goncalves.

Ça commence à sentir le roussi pour Épinal qui a tout de même une réaction salutaire par Tomas Mysicka, lequel place un missile fulgurant dans la lucarne de Rolland (28'08) sur un jeu de puissance. Mais Nicolas Favarin a tôt fait de refroidir l'enthousiasme des supporters vosgiens puisqu'une minute plus tard, il porte le score à 1-4 (29'13).

Curieusement, c'est à ce moment que RaphaMarciano et ses équipiers décident de se secouer. Mais devant le filet visiteur, il y a un certain Patrick Rolland. Un gardien de métier, qui se charge de calmer les ardeurs locales ; de Maurice tout d'abord (34'40), d'Akerlund ensuite, alors que le défenseur des Dauphins se présentait seul face à lui (38'45)...

Épinal poursuit sur sa lancée dès l'amorce de la période finale, mais Rolland est toujours là pour mettre un terme aux velléités offensives. Le temps, pour Carry, de venir inquiéter Ranger (44'01), et les Spinaliens repartent à l'assaut. Mais ne parviennent pas à résoudre le problème Rolland, qui se montre encore à son avantage devant Drzik, le défenseur habituellement si sobre qui a coûté deux buts aux siens ce soir (52'37). Les Dauphins, souvent pressés dans leur zone, obtiennent tout de même récompense à leurs efforts grâce à Dehaëne, dont le slap à ras de glace en coin surprend Rolland (54'16).

La réaction est intéressante mais tardive. Dès lors, les Ours du Vercors gèrent leur avance et s'imposent logiquement à Poissompré, face à une pâle équipe spinalienne qui a payé son inexpérience face à une équipe bien en place. Les Villardiens ont su faire parler leur vitesse de patinage et s'engouffrer dans les espaces laissés entre les lignes vosgiennes. Ils sont désormais certains d'affronter Mulhouse en demi-finale.

 

Commentaires d'après-match (dans La Liberté de l'Est et le Dauphiné Libéré)

Jan Reindl (entraîneur d'Épinal) : "Je suis déçu, on a perdu ce match dès le début en faisant trop d'erreurs. Ces fautes personnelles nous ont coûté cher. Malgré tout, Villard est une belle équipe, en particulier Martin Lapointe, qui est sans doute le meilleur joueur du championnat. Pour nous qualifier, il faudra réussir un exploit à Briançon."

Anthony Maurice (attaquant d'Épinal) : "On est tombé sur une super défense, nos petites erreurs nous ont coûté cher. Je crois aussi que l'on n'a pas su gérer l'enjeu, ce qui ne nous a pas permis de développer notre jeu habituel. Maintenant, il faut relever la tête, ce serait trop bête d'échouer si près du but."

Dennis Murphy (entraîneur de Villard-de-Lans) : "On était le dos contre le mur. Tout le monde a bien travaillé, notre collectif a été parfait. Nous sommes rapidement rentrés dans le match et nous avons su garder le rythme tout au long de la rencontre. L'équipe a fait trois tiers sur la même intensité sans connaître de passage à vide. Tout le monde avait envie et était discipliné. C'est un bon résultat. J'avais prévenu les joueurs qu'il fallait aller chercher notre qualification à Épinal plutôt qu'à Clermont-Ferrand. Pour cela, j'avais modifié les lignes d'attaque afin de les rendre plus efficaces devant le but adverse [Peyronnet-Negro-Billiéras, Bourgey-Turgeon-Goncalves, Boccard-Carry-Albano]. De plus, il fallait composer avec la blessure de Mickaël Pereira. Les joueurs sont bien lucides et ont tous envie de pousser dans le même sens. Tout est jouable contre Mulhouse, surtout si nous gardons le rythme que nous avons développé à Épinal."

 

Épinal - Villard-de-Lans 2-4 (0-1, 1-3, 1-0)

Arbitrage de M. Kattouche assisté de MM. Hurth et Rouèche. 900 spectateurs.

Pénalités : Épinal 8', Villard-de-Lans 12'.

Tirs cadrés : Épinal 25, Villard-de-Lans 30.

Évolution du score :

0-1 à 01'15" : Carry assisté de Boccard

0-2 à 21'16" : Turgeon assisté de Goncalves et Wilen

0-3 à 27'15" : Goncalves assisté de Turgeon

1-3 à 28'08" : Mysicka (sup. num.)

1-4 à 29'13" : Favarin assisté de Boccard

2-4 à 54'16" : Dehaëne

 

Retour au championnat de France de Nationale 1