Finlande - Slovaquie (12 mai 2000)

 

Demi-finale des Championnats du monde 2000 à Saint-Pétersbourg.

Bien qu'ils soient déjà assurés de leur meilleur résultat en championnats du monde, les Slovaques ne se comportent pas comme s'ils avaient été rassasiés une fois cet objectif atteint, et semblent au contraire ne pas vouloir s'arrêter en si bon chemin. Et c'est encore une erreur individuelle qui hypothèque les chances finlandaises : un palet perdu par Antti-Jussi Niemi permet à un Ján Pardavý opportuniste d'ouvrir le score. Vesa Toskala, qui était encore réticent à sortir sur cette première action, tente d'écarter le palet de l'enclave sur une supériorité numérique, mais le renvoie directement sur Miroslav Šatan, tranquillement placé pour viser la cage désertée et inscrire un deuxième but. Les Finlandais ne refont surface que dans les dernières minutes à la faveur d'un avantage numérique.

Ils parviennent pourtant à réduire le score en début de deuxième période sur un tir absolument pas convaincu de Toni Lydman, qui cherchait probablement plutôt une passe, mais qui troue Višnovský et Lašák. Le soulagement final ne dure que trente-trois secondes, le temps pour Richard Kapuš de dribbler Toskala en contre-attaque. Le quatrième n'est pas loin quand Hreus contourne la cage, mais, plaqué aux jambes par Esa Tikkanen, il tire de peu à côté. Les Finlandais manquent de conviction et d'allant, et même après une sévère pénalité sifflée contre Handzus pour une charge sur Hentunen qui lui faisait obstruction, ils se créent peu d'occasions sur la supériorité, puisqu'il n'y a guère qu'un tir de Rintanen rebondissant sur un patin slovaque, assez nettement hors du cadre, qui ressorte du lot.

Pas d'améliorations en vue dans le troisième tiers : à peine deux tirs poussifs de Tuomainen, pourtant en bonne position, et une intéressante déviation de Kapanen, détournée par Jan Lašák. Les Slovaques maintiennent à distance les Finlandais, qui ne parviennent pas à se dépêtrer de la nasse et restent cantonnés le long des bandes. Les minutes s'égrènent à toute allure dans ce tiers peu haché, et scellent le sort des Finlandais.

La victoire est logiquement revenue à l'équipe la plus motivée au coup d'envoi. À force de considérer que battre les Suédois constituent l'apothéose d'un championnat, les Finlandais manquaient de gnac en abordant cette demi-finale, et les Slovaques les ont rappelés à l'ordre de manière éclatante en dominant outrageusement le premier tiers-temps et en pliant le match. La Finlande n'a jamais pu refaire son retard initial, et Kapuš, en marquant dans la foulée de la réduction du score, a brisé sa dernière chance. Dans ce tournoi aux mille surprises, il était dit qu'un outsider devrait atteindre la finale, et c'est à la Slovaquie, qui n'avait jusqu'alors jamais dépassé la septième place, qu'a échu ce rôle.

Janne Niinimää pour la Finlande et Richard Kapuš pour la Slovaquie sont élus joueurs du match.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Commentaires d'après-match

Hannu Aravirta (entraîneur de la Finlande) : "Plus le temps passe, plus le pouvoir de celui qui mène au score augmente. La Slovaquie était remarquablement organisée défensivement. Il n'était pas facile d'accéder à la cage. Mais, dès avant les Championnats du monde, j'avais prévenu que la Slovaquie était un candidat sérieux."

Antti-Jussi Niemi (défenseur de la Finlande) : "Ils étaient meilleurs aujourd'hui [qu'en première phase, où les deux équipes avaient match nul 3-3]. Leur défense a excellemment joué. Nous n'avons pas pu gagner les palets dans les coins."

Ján Filc (entraîneur de la Slovaquie) : "Que voulez-vous que je vous dise ? Nous sommes déjà au paradis. Je vous rappelle qu'on n'avait jusqu'ici jamais fait mieux que septième. Mais on dispose désormais de joueurs de NHL expérimentés qui nous apportent beaucoup, comme Šatan, qui prend son rôle de capitaine très à cśur."

Jan Lasák (gardien de la Slovaquie) : "Je n'étais pas nerveux avant le match. J'aurais dû, mais je me sentais très calme. Je savais que nous ne perdrions pas."

Miroslav Šatan (attaquant de la Slovaquie) : "Le plus facile est derrière nous. Le meilleur reste à venir. Nous avons déjà accompli plus que ce pourquoi nous étions venus ici. Le match de ce soir était de 50% plus difficile que celui d'hier, et nous avons joué incroyablement bien. C'était le meilleur match de hockey que la Slovaquie ait jamais joué."

 

Finlande - Slovaquie 1-3 (0-2, 1-1, 0-0)

Vendredi 12 mai à 16h30 au Dvorets Sporta de Saint-Pétersbourg. 10800 spectateurs.

Arbitrage de Kevin Acheson (CAN) assisté de Serge Carpentier (CAN) et John Costello (USA).

Pénalités : Finlande 6' (4', 2', 0'), Slovaquie 8' (2', 4', 2').

Tirs : Finlande 14 (5, 6, 3), Slovaquie 20 (12, 5, 3).

Engagements : Finlande 25 (5, 12, 8), Slovaquie 25 (11, 10, 4).

Évolution du score :

0-1 à 06'38" : Pardavý assisté de Hurtaj

0-2 à 11'47" : Šatan assisté de Handzus (sup. num.)

1-2 à 24'22" : Lydman assisté de Virta et Peltonen

1-3 à 24'55" : Kapuš assisté de Podhradsky

 

Finlande

Gardien : Vesa Toskala.

Défenseurs : Antti-Jussi Niemi - Janne Niinimää ; Toni Lydman - Jyrki Lumme ; Aki-Petteri Berg - Petteri Nummelin ; Jere Karalahti.

Attaquants : Esa Tikkanen - Toni Sihvonen - Antti Aalto ; Ville Peltonen - Raimo Helminen - Tony Virta ; Kimmo Rintanen - Olli Jokinen - Tomi Kallio ; Juha Lind - Niko Kapanen - Jukka Hentunen ; Marko Tuomainen.

Slovaquie

Gardien : Jan Lašák.

Défenseurs : Martin Štrbak - Radoslav Suchy ; Zdeno Chára - Lubomír Višnovský ; Ivan Droppa - Peter Podhradský ; Lubomír Sekeráš - Stanislav Jasecko.

Attaquants : Luboš Bartecko - Michal Handzuš - Miroslav Šatan ; Lubomír Vaic - Richard Kapuš - Vlastimil Plavucha ; Miroslav Hlinka - Lubomír Hurtaj - Ján Pardavý ; Peter Bartos - Michal Hreus - Peter Pucher.

 

Retour aux Championnats du monde 2000