Suisse - Bélarus (30 avril 2001)

 

Championnats du monde 2001, premier tour, groupe A.

Le nul entre l'Allemagne et la République Tchèque a clarifié la situation dans le groupe et simplifié la situation des Suisses. Il leur faut battre le Belarus aujourd'hui pour ne pas connaître une désillusion prématurée. Mais cet adversaire n'est pas le plus facile : il ne faudrait pas oublier que, plus discrètement que les Suisses, les Biélorusses se sont également installés depuis plusieurs années dans les dix premières nations mondiales. De plus, ils n'ont jamais été battus en cinq confrontations, les Suisses n'accrochant qu'une fois le nul, lors de leur dernière confrontation en décembre dernier en Slovaquie. L'importance de l'enjeu permettra-t-elle aux Suisses de vaincre le signe indien ?

Pour dépasser ce complexe, rien de tel que de marquer d'entrée, et le but de Julien Vauclair, à qui parvient le palet face au but et qui fusille Mezin dès la deuxième minute, est à ce titre idéal. Mais, même après "l'erreur de poussins" de Salis et Gerber (néanmoins reconduit ce soir) sur le premier but allemand avant-hier, la Suisse n'a pas resserré les boulons en défense : l'attaquant d'Augsbourg Vassili Pankov, décalé par une passe devant le but, égalise d'un tir à bout portant, le premier des Biélorusses dans le match. Une minute plus tard, Dimitri Pankov, tout aussi seul que Vassili, a la cage également ouverte dans une action symétrique de la précédente et conclue à droite du but, mais tire sur le poteau. Malgré ces inquiétantes incertitudes défensives, la Suisse reprend sa domination en utilisant la présence physique d'un Demuth ou la rapidité d'un Plüss, mais son plan de marche est retardé par une accumulation de petites erreurs : Jenni qui glisse en essayant de pivoter derrière le but adverse, Crameri qui rate la fermeture de zone en jeu de puissance (Saleï avait accroché Demuth pour l'empêcher de s'imposer au rebond). Le salut helvétique vient du jeu dur des Biélorusses (et d'un arbitrage favorable). Erkovich est pénalisé pour avoir écarté sans ménagement Zeiter qui s'approchait un peu trop de son gardien, puis Romanov le rejoint pour une faute beaucoup plus indiscutable lorsqu'il charge avec la crosse dans le dos de Steinegger. Après quelques secondes de double supériorité, Salis donne l'avantage aux Suisses d'un tir de la bleue dévié par une crosse biélorusse. L'équipe helvétique obtient dans la foulée une nouvelle occasion de 5 contre 3 avec une obstruction de Khmyl, mais les Biélorusses s'en sortent indemnes. Revenus à égalité numérique, les Suisses creusent quand même l'écart en fin de tiers lorsque, reprenant une passe en retrait de Jeannin, Della Rossa tire dans l'enclave et vient prendre son propre rebond pour le but du 3-1. Les Suisses savent qu'ils ne sont pas pour autant à l'abri, car l'an dernier ils menaient sur le même score après la première période contre le Belarus avant de perdre 3-5.

Les Suisses ne tiennent pas à revivre le même scénario et assomment des Biélorusses amorphes à leur retour sur la glace. Conne ajoute un superbe quatrième but dont Mezin, entre Reichert qui se positionne juste devant lui et Plüss (à l'origine de l'action et déroutant encore la défense par sa vivacité) qui effectue un joli saut devant Conne pour lui faciliter le tir, ne voit pas grand-chose. Le Belarus est encore dangereux en contre-attaque, et finalement Dimitri Pankov déborde sur la droite et adresse une superbe passe à Antonenko, qui réduit le score. C'est Michel Riesen qui réveille son équipe un peu endormie en tirant d'abord sur le montant d'un angle trop fermé, puis en se décalant sur l'action suivante dans une bonne position de tir sans réussir à battre Mezin. Bien lui en a pris puisque c'est la ligne suivante qui finit le travail : Mezin relâche le palet sur un tir de la bleue et est assailli par les crosses suisses. Dans la confusion, c'est le patin du malchanceux Dimitri Pankov qui pousse la rondelle dans les filets. Les Biélorusses réclament auprès de l'arbitre une faute sur le gardien, mais celui-ci, sous la pression helvétique, n'a jamais définitivement capté le palet.

Abordant le dernier tiers avec un matelas confortable de trois buts d'écart, les Suisses sont enfin détendus. Ils obtiennent des rebonds intéressants qu'ils ne parviennent cependant pas à mettre à profit, et laissent au Bélarus l'essentiel des offensives sans jamais donner l'impression d'être inquiétés, d'autant que Gerber fait une bien meilleure impression. Aucun autre but n'est ainsi marqué, et la Suisse bat enfin le Bélarus, son ancienne bête noire dans le groupe B, dans un match à fort enjeu qui plus est. Tendue et parfois brouillonne en début de match, la Suisse a néanmoins dominé l'ensemble de la rencontre et mérité sa victoire. Elle se qualifie pour le deuxième tour et fait en même temps les affaires de l'Allemagne, assurée quoi qu'il arrive d'aborder la suite de la compétition avec déjà trois points dans sa besace.

Désignés meilleurs joueurs du match : Martin Gerber pour la Suisse et Andreï Skabelka pour le Bélarus.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Suisse - Belarus 5-2 (3-1, 2-1, 0-0)

Lundi 30 avril 2001 à 16h00 à la Kölnarena, Cologne. 4512 spectateurs.

Arbitrage de Rami Savolainen (FIN) assisté d'Antti Hämäläinen (FIN) et Derek Nansen (NOR)

Pénalités : Suisse 14' (2', 8', 4'), Belarus 12' (10', 0', 2').

Tirs : Suisse 31 (18, 10, 3), Belarus 30 (9, 8, 13).

Évolution du score :

1-0 à 01'17" : Vauclair

1-1 à 02'47" : V. Pankov assisté de Skabelka

2-1 à 14'36" : Salis assisté de Bezina et Crameri (double sup. num.)

3-1 à 17'45" : Della Rossa

4-1 à 26'35" : Conne assisté de Plüss

4-2 à 32'08" : Antonenko assisté de D. Pankov

5-2 à 37'43" : Plüss

 

Suisse

Gardien : Martin Gerber.

Défenseur : Mark Streit - Olivier Keller ; Martin Steinegger - Mathias Seger ; Goran Bezina - Julien Vauclair ; Edgar Salis - Patrick Sutter.

Attaquants : Marc Reichert - Martin Plüss - Flavien Conne ; Michel Riesen - Gian-Marco Crameri - Marcel Jenni ; Alain Demuth - Jean-Jacques Aeschlimann - Thomas Ziegler ; Patrick Della Rossa - Michel Zeiter - Sandy Jeannin.

Bélarus

Gardien : Andreï Mezin.

Défenseurs : Vladimir Kopat - Oleg Romanov ; Ruslan Saleï - Oleg Khmyl ; Sergei Erkovich - Aleksandr Zhurik ; Sergei Stas - Oleg Mikulchik.

Attaquants : Andreï Skabelka - Vassili Pankov - Aleksandr Andrievski ; Andreï Kovalev - Aleksei Kalyuzhny - Dmitri Starostenko ; Oleg Antonenko - Aleksandr Galchenyuk - Dmitri Pankov ; Vitali Valuj - Konstantin Koltsov.

 

Retour aux championnats du monde 2001