Italie - Norvège (1er mai 2001)

 

Championnats du monde 2001, premier tour, groupe D.

La Norvège peut compter sur la rentrée de Trond Magnussen pour ce match capital. Légèrement blessé, l'attaquant de Färjestad, capitaine de la sélection l'an passé, est rappelé pour tenter de maintenir son équipe. Les Italiens, qui étaient restés sur une bonne impression la veille face au Canada, avaient également réussi une excellente opération comptable : le but inscrit en fin de match, leur unique jusqu'ici, leur a permis de devancer les Norvégiens. Ainsi les Transalpins peuvent se contenter du match nul. Entre deux équipes aussi peu productives, les buts ne tardent toutefois pas à arriver.

Les Italiens retombent dans leurs vieux travers et concèdent d'emblée deux pénalités (la première pour surnombre et la deuxième pour une obstruction de Sacratini) en dix-sept secondes. Après plus d'une minute de jeu à 5 contre 3, Bard Sorlie marque enfin le premier but norvégien du tournoi, décidément bien long à venir. Les Scandinaves ne sont pas récompensés de ce dantesque effort puisque De Angelis égalise deux minutes plus tard, en jeu de puissance, à cause d'un nouveau surnombre. Les Norvégiens retiennent la leçon et ne sont plus pénalisés du tiers, ce qui leur permet de se créer les meilleurs occasions, notamment un jeu à deux de Vikingstad et Magnussen qui met Rosati hors de position avant de rater le plus facile devant la cage vide.

En deuxième période, l'Italie ne profite pas d'une pénalité adverse pour surnombre, mais prend ensuite l'avantage par Sacratini. Peu après, les Norvégiens sont sanctionnés pour surnombre pour la troisième fois du match ! Mais les Scandinaves réagissent en fin de tiers et prennent les cinq dernières minutes à leur compte. Rosati s'interpose sur une percée sur la gauche de Vikingstad, puis, lors d'une prison de Lorenzi, ne cède pas sur les tirs lointains des Norvégiens bien installés dans la zone.

L'Italie ne construit plus de jeu en troisième période mais gagne du temps pour faire passer les pénalités. Le match s'accélère à la quarante-septième minute lorsque les Norvégiens parviennent finalement à égaliser grâce à Sorlie. C'est alors que les Italiens assomment leurs adversaires par deux buts consécutifs, le premier de Iob après une percée sur la droite, le deuxième par Bartolone alors que les Norvégiens comptent deux hommes en prison pour des brutalités. Frustrés de voir leurs chances s'envoler, les Norvégiens se prennent au jeu italien et s'engagent dans une bataille de terrain où la lutte pour le palet laisse peu d'espaces. Cela fait l'affaire des Italiens qui voient le temps s'écouler, mais ils sentent le vent du boulet à cause d'un réveil tardif de leurs adversaires. Martinsen réduit en effet le score à 2'05" de la fin. Peu après, Brook fait sortir Norgren pour créer le surnombre et Vikingstad égalise. Le but est initialement refusé pour crosse haute mais M. Kurmann revient sur sa décision. Il reste alors 1'23", autant dire une éternité. Mais les Norvégiens ne pourront pas pousser leur exploit jusqu'au bout, et n'accrochent que le nul qui les condamne à la dernière place et à une poule de maintien très difficile où ils retrouveront par exemple le Belarus. Une nouvelle fois, les Italiens ont su gérer le match-couperet et se qualifier pour le tour intermédiaire où ils n'ont pas spécialement brillé l'an passé.

Désignés joueurs du match : Larry Rucchin pour l'Italie et Morten Ask pour la Norvège.

 

Commentaires d'après-match

Pat Cortina (entraîneur de l'Italie) : "Ça n'a assurément pas été la meilleure rencontre, mais ça a été sûrement été celle où ce qui devait être fait a été fait."

Leif Boork (entraîneur de la Norvège) : "C'est le but marqué par l'Italie contre le Canada qui a fait la différence, c'est à cause de lui que nous devons maintenant prendre la direction de Nuremberg."

Bruno Zarrillo (attaquant de l'Italie) : "Nous avons beaucoup appris de la partie avec la Russie, puis nous avons pris confiance dans le match contre le Canada, et nous avons ainsi pu donner notre meilleur contre la Norvège. Nous étions très fatigués après la rencontre contre les Canadiens, parce que nous avions tout donné, surtout dans le troisième tiers, mais au final ça en valait la peine puisque ce dernier but nous qualifie."

 

Italie - Norvège 4-4 (1-1, 1-0, 2-3)

Mardi 1er mai 2001 à 20h00 à la Preussag Arena de Hanovre. 2348 spectateurs.

Arbitrage de Danny Kurmann (SUI) assisté de Riku Peltonen (FIN) et Rudolf Lauff (SVK).

Pénalités : Italie 12' (6', 4', 2'), Norvège 12' (2', 4', 6').

Tirs : Italie 20 (6, 6, 8), Norvège 30 (9, 9, 12).

Évolution du score :

0-1 à 02'24" : Sorlie assisté de Ask et Johnsen (double sup. num.)

1-1 à 04'28" : De Angelis assisté de Beattie (sup. num.)

2-1 à 28'11" : Sacratini assisté de Bartolone et Felicetti

2-2 à 46'52" : Sorlie assisté de Nygard et Magnussen

3-2 à 47'48" : Iob assisté de Mansi

4-2 à 49'27" : Bartolone assisté de De Angelis (double sup. num.)

4-3 à 57'55" : Martinsen assisté de Mats Trygg

4-4 à 58'37" : Vikingstad assisté de Marius Trygg et Ask

 

Italie

Gardien : Mike Rosati.

Défenseurs : Christopher Bartolone - Maurizio Mansi ; Leo Insam - Mike De Angelis ; Armin Helfer - Michele Strazzabosco ; Carlo Lorenzi - Lawrence Rucchin.

Attaquants : Anthony Iob - Scott Beattie - Bruno Zarrillo ; Mario Chitarroni - Vezio Sacratini - Giuseppe Busillo ; Roland Ramoser - Armando Chelodi - Lino De Toni ; Stefano Margoni - Manuel De Toni - Dino Felicetti.

Norvège

Gardien : Jonas Norgren.

Défenseurs : Martin Knold - Svein Enok Norstebo ; Martin Sellgren - Mats Trygg ; Johnny Nilsen - Bard Sorlie ; Tommy Marthinsen - Ketil Wold.

Attaquants : Trond Magnussen - Tore Vikingstad - Marius Trygg ; Mads Hansen - Morten Ask - Kjell Richard Nygård ; Stig Vesterheim - Jan Morten Dahl - Geir Svendsberget ; Morten Fjeld - Pål Johnsen - Anders Fredriksen.

 

Retour aux championnats du monde 2001