Suède - Autriche (4 mai 2001)

 

Championnats du monde 2001, deuxième tour, groupe F.

La rencontre démarre tambour battant et Reinhard Divis doit sortir quatre parades consécutives dès la première minute. Ajoutez à cela Fredrik Modin qui se voit offrir un cadeau de la défense autrichienne avant de buter encore sur le gardien, et on pourrait croire que la rencontre est tout de suite à sens unique. Ce serait oublier que Salo a aussi sa part de travail, et que l'Autriche aurait largement pu marquer sur deux tirs déviés et sur deux contre-attaques. Les cinq premiers minutes ont ainsi été très débridées, ce qui n'est pas spécialement bon signe pour la Suède, qui n'a pas intérêt à ce que les Autrichiens s'enflamment.

Pour que l'équipe suédoise arrive enfin au niveau où on l'attend, Nilsson avait pourtant remanié ses lignes : Zetterberg a quitté les Sedin pour s'insérer dans le deuxième bloc, et Henrik, privé de son jumeau Daniel (qui a dû quitter l'équipe car il souffre d'une hernie discale), a deux nouveaux partenaires avec qui il s'entend rapidement. Il est en effet à l'origine du premier but, Salomonsson reprenant un centre pour ouvrir le score. Pour corser l'affaire, Jörgen Jönsson double la mise quarante secondes plus tard, contraignant les Autrichiens à demander un temps mort. Ils ne peuvent plus se permettre de jouer comme dans les premières minutes. Forcément démoralisés, moins saignants mais bien regroupés défensivement, ils gardent leur cage inviolée. Le troisième but suédois en supériorité numérique est refusé car Zetterberg est dans la zone du gardien et le gêne ostensiblement.

Mais la première ligne suédoise signe le 3-0 d'entrée en deuxième période. Andreas Salomonsson, le plus efficace des Suédois depuis le début de la compétition, inscrit le quatrième but. Mikael Renberg s'y reprend à trois fois pour battre Divis à une cinquième reprise. Et ce n'est pas fini...

De nouveau, on assiste à un but dès le retour sur la glace, par Kim Johnsson. L'Autriche tient encore à sauver l'honneur : Divis repousse du bout de la jambière un tir de Modin parti en solo, et Kromp part pour le dernier breakaway autrichien, mais Salo repousse son tir avec sa crosse. Divis craque sur un tir anodin d'Alfredsson qui lui passe dessous, et s'effondre, commençant à culpabiliser. Il faut attendre qu'il encaisse encore un but dans la minute qui suit (sur un 2 contre 1, Axelsson choisit de tirer et trouve la lucarne) pour que Ron Kennedy mette fin à son calvaire s'achève en faisant rentrer Michael Suttnig. Difficile baptême du feu, puisque Röhlin reprend une passe en retrait de Modin et lui tire entre les jambes. Mais il s'interpose face à deux tirs de près pour rattraper le coup. Cependant, alors qu'il sort derrière son but pour dégager, Axelsson prend le palet et contourne la cage. Son tir en angle fermé rebondit juste derrière le poteau opposé avant de ressortir et est donc accordé par la vidéo. Avec cet ultime coup de poignard sur leur cadavre agonisant, les Autrichiens encaissent un score à deux chiffres. Mais voilà qu'on retourne encore la lame dans la plaie : Suttnig réalise un magnifique sauvetage sur un tir à bout portant d'Alfredsson, mais Jönsson avait suivi.

Ceux qui ne citaient pas la Suède parmi les favoris doivent maintenant se rendre à l'évidence. Ce n'est pas maintenant que je renierai mes impressions sur la qualité de l'effectif suédois, mais si je dois donner un conseil à leurs adversaires, c'est d'oublier la balade finale face à un adversaire qui a vite rendu les armes pour se remémorer les cinq premières minutes où tout semblait pouvoir basculer. L'équipe qui aura le courage (et surtout les moyens) de mettre la même pression sur la défense suédoise pendant soixante minutes pourra les battre. L'Autriche a joué à quitte ou double, et avait déjà perdu sa mise en sept minutes. Mais, si on peut regretter qu'elle ait ensuite complètement abdiqué et déjoué, on ne peut pas lui reprocher de ne pas avoir essayé.

Désignés meilleurs joueurs du match : Gerald Ressmann pour l'Autriche et Andreas Salomonsson pour la Suède.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Commentaires d'après-match

Andreas Salomonsson (élu meilleur joueur suédois) : "C'était important pour la différence de buts, mais nous avons eu un match facile. Après que nous avons marqué assez tôt, j'ai l'impression qu'ils ont un peu laissé tomber."

Ron Kennedy (entraîneur de l'Autriche) : "C'était notre pire performance en quatre ans et demi et je dois m'en excuser. Nous devons en tirer des leçons et ne pas chercher d'excuses."

 

Suède - Autriche 11-0 (2-0, 3-0, 6-0)

Vendredi 4 mai 2001 à 20h00 à la Kölnarena, Cologne. 4511 spectateurs.

Arbitrage de Wilhelm Schimm (ALL) assisté de Sergei Kulakov (RUS) et Alfred Hascher (ALL).

Pénalités : Suède 4' (2', 0', 2'), Autriche 10' (6', 4', 0').

Tirs : Suède 59 (18, 22, 19), Autriche 16 (6, 2, 8).

Évolution du score :

1-0 à 06'21" : Salomonsson assisté d'Ottosson et Tjärnqvist.

2-0 à 07'02" : Jönsson assisté d'Öhlund

3-0 à 21'11" : Öhlund assisté de Renberg

4-0 à 28'39" : Salomonsson assisté d'Ottosson

5-0 à 35'58" : Renberg

6-0 à 40'31" : Johnsson assisté de Zetterberg et Huselius

7-0 à 48'23" : Alfredsson assisté de Renberg

8-0 à 48'39" : Axelsson assisté de Zetterberg

9-0 à 49'56" : Röhlin assisté de Modin et Alfredsson

10-0 à 56'36" : Axelsson (inf. num.)

11-0 à 58'52" : Jönsson assisté d'Alfredsson

 

Suède

Gardien : Tommy Salo.

Défenseurs : Leif Rohlin - Mattias Öhlund ; Daniel Tjärnqvist - Kim Johnsson ; Peter Andersson - Bjorn Nord ; Christer Olsson.

Attaquants : Andreas Johansson - Mikael Renberg - Jörgen Jönsson ; Kristian Huselius - Per-Johan Axelsson - Henrik Zetterberg ; Mathias Johansson - Fredrik Modin - Daniel Alfredsson ; Andreas Salomonsson - Kristofer Ottosson - Henrik Sedin.

Autriche

Gardiens : Reinhard Divis puis Michael Suttnig à 48'39".

Défenseurs : Gerhard Unterluggauer - Herbert Hohenberger ; Martin Ulrich - Peter Kasper ; Tom Searle - Dominic Lavoie.

Attaquants : Christoph Brandner - Simon Wheeldon - Dieter Kalt ; Christian Perthaler - Gerald Ressmann - Andreas Puschnik ; Patrick Pilloni - Mario Schaden - Wolfgang Kromp ; Günther Lanzinger - Matthias Trattnig - Philipp Lukas.

 

Retour aux championnats du monde 2001