États-Unis - Autriche (6 mai 2001)

 

Championnats du monde 2001, deuxième tour, groupe F.

L'Autriche sait depuis la victoire américaine contre la Finlande qu'elle est éliminée, mais veut se remettre de sa sévère déculottée encaissée contre la Suède. Quant aux Américains, ils ont montré qu'ils étaient capables de surprendre les favoris, mais doivent maintenant confirmer face à des nations présumées plus faibles. En position d'outsider, leur adversaire n'a rien à perdre et les supporters de Cologne et de l'Autriche contribuent à décontracter l'atmosphère en applaudissant à chaque passe autrichienne... en zone défensive. Ils auraient tort de sous-estimer leurs favoris, qui ne restent pas retranchés dans leur camp. Ils prennent au contraire quelques bons lancers, par Brandner, Perthaler ou encore Kalt. Les Américains ont une chance en or quand Connolly évite Divis qui se couche, mais ne peut armer son tir. Mais c'est encore Gerald Ressmann qui se crée la dernière occasion dans les dernières secondes du tiers-temps.

Les Américains entament la deuxième période du bon pied, par un rebond de Knuble sur un tir de Halpern. Ils mènent une superbe action quand, après une succession de petites passes rapides, Connolly voit Quint partir vers le but, mais la reprise de ce dernier n'est pas cadrée. Les Autrichiens emballent le match en profitant du manque d'habitude des Américains de la suppression de la ligne rouge. Placé à côté de son but, Gerhard Unterluggauer voit Brandner prêt à la bleue et lui adresse une magnifique longue passe, mais Rich DiPietro met fin à l'échappée solitaire en mettent ses jambières en opposition. Sur l'action suivante, Wilson peut tirer à bout portant sur Divis. Ce n'est que le hors d'œuvre d'une série d'arrêts que le gardien autrichien doit faire alors que Unterluggauer est en prison (sa troisième...) pour accrocher. Dave Tanabe, sur le papier septième défenseur américain mais qui a dans les faits beaucoup de temps de jeu, brise sa crosse sur la glace en voulant dégager le palet et la conserve quelques instants de trop. Lors de la pénalité pour équipement non conforme qui s'ensuit, les Autrichiens ne parviennent à s'installer que dans les quarante dernières secondes, mais c'est suffisant pour que DiPietro doive sortir le grand jeu devant Unterluggauer et Lanzinger. Legwand s'essaie lui aussi à la position d'attente à la ligne bleue, mais la passe est mal réglée et il glisse en tentant de la réceptionner. À deux minutes de la fin de la période, Housley est pénalisé pour obstruction, et les Américains passent près de la correctionnelle. Le palet glisse sous les jambes de DiPietro et poursuit sa course ralentie jusqu'à la ligne, mais Eric Weinrich revient en catastrophe le sauver à dix centimètres de la terre promise.

En début de troisième tiers, Dominic Lavoie est envoyé à son tour en prison, mais les Autrichiens en infériorité partent en contre-attaque à deux contre un. Christian Perthaler attire le défenseur et libère Peter Kasper, dont le tir ne fait qu'effleurer l'épaule de DiPietro avant d'atterrir dans la lucarne. Menant 1-0, les Autrichiens sont à leur tour en supériorité, mais leur fermeture de zone défaillante les empêche d'en profiter. Après une explication entre Campbell et Ulrich, la domination autrichienne continue à quatre contre quatre, et un lancer de Searle frappe la transversale. Ce n'est que partie remise car les Autrichiens passent la fin de rencontre sur un petit nuage alors qu'un groupe de supporters finlandais fait le spectacle en imitant les pom-pom girls. Dieter Kalt, qui joue à Cologne, fait exploser "sa" patinoire en feintant Tanabe avant de fusiller DiPietro.

Pour le troisième but, suivons à la trace Gerald Ressmann : accroché dans la zone américaine, il en perd sa crosse, la ramasse non sans avoir poussé une gueulante parce qu'il n'a pas obtenu de faute, et revient dans son camp avec retard. La défense autrichienne a alors dégagé, et il récupère le palet contre la bande en zone neutre. Tournant la tête, il voit Günther Lanzinger à peine rentré sur la glace qui fonce vers la bleue et le lance alors vers le but, comme quoi il était bon de persévérer. Le triomphe aurait même pu être ponctué d'un quatrième but, par Wheeldon s'il avait pu reprendre un centre d'Unterluggauer, ou par Perthaler dans les ultimes secondes sur un centre de Ressmann.

Les Autrichiens ont bien mérité cette victoire, eux qui, même échaudés face aux Suédois, sont rentrés dans la partie avec le même bon esprit et ont essayé de produire du jeu, cette fois jusqu'au bout. Et quelle belle récompense que ce blanchissage pour Reinhard Divis, qui avait dû deux fois être remplacé en cours de match dans ce tournoi alors que la défense autrichienne prenait l'eau, et dont le chemin de croix est enfin terminé. Comme symbole de leur domination (ponctuée, rappelons-le, d'une barre et d'un palet sauvé de peu avant la ligne), DiPietro est élu meilleur homme du match côté américain.

Désignés meilleurs joueurs du match : Richard DiPietro pour les États-Unis et Peter Kasper pour l'Autriche.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

États-Unis - Autriche 0-3 (0-0, 0-0, 0-3)

Dimanche 6 mai 2001 à 16h00 à la Kölnarena, Cologne. 4278 spectateurs.

Arbitrage de Leonid Vaisfeld (RUS) assisté de Paul David Staniforth (GBR) et Alfred Hascher (ALL).

Pénalités : États-Unis 10' (2', 4', 4'), Autriche 14' (4', 2', 4').

Tirs : États-Unis 40 (13, 14, 13), Autriche 30 (8, 11, 11).

Évolution du score :

0-1 à 44'56" : Kasper assisté de Perthaler et Ressmann (inf. num.)

0-2 à 57'31" : Kalt assisté de Brandner et Wheeldon

0-3 à 58'31" : Lanzinger assisté de Ressmann

 

États-Unis

Gardien : Rich DiPietro.

Défenseurs : Phil Housley - Hal Gill ; Mark Eaton - Deron Quint ; Bret Hedican - Eric Weinrich ; David Tanabe.

Attaquants : Jim Campbell - Derek Plante - Landon Wilson ; Brian Gionta - Darby Hendrickson - Ryan Kraft ; Craig Darby - David Legwand - Tim Connolly ; Doug Brown - Jeff Halpern - Mike Knuble.

Autriche

Gardien : Reinhard Divis.

Défenseurs : Martin Ulrich - Peter Kasper ; Tom Searle - Dominic Lavoie ; Gerhard Unterluggauer - Herbert Hohenberger ;

Attaquants : Matthias Trattnig - Gerald Ressmann - Christian Perthaler ; Christoph Brandner - Simon Wheeldon - Dieter Kalt ; Patrick Pilloni - Oliver Setzinger - Mario Schaden ; Wolfgang Kromp - Günther Lanzinger - Philipp Lukas.

 

Retour aux championnats du monde 2001