République Tchèque - Finlande (13 mai 2001)

 

Finale des championnats du monde de hockey sur glace 2001.

L'entraîneur finlandais se veut prudent, estimant que l'équipe actuelle ne vaut pas celle de 1999, qui avait perdu en finale contre ces mêmes Tchèques. Ceux-ci, qui espèrent réaliser une historique passe de trois, partent en effet favoris et font figure de puissance dominante du hockey international.

Si la première occasion est pour Jirí Dopita, qui rate le coche, les Finlandais appliquent une bonne pression physique pour prendre le jeu à leur compte. Les Tchèques sont mis à la faute, mais l'excellent jeu de puissance finlandais trouve à deux reprises à qui parler. À la dixième minute, Petr Cajánek tire, récupère le rebond, passe derrière la cage et remet le palet dans l'enclave d'une passe levée du revers vers son compère Viktor Ujcík qui bute sur Nurminen. A trois minutes de la pause, Ylönen se glisse le long de la bande et donne en retrait à Lind pour une ouverture du score entachée selon les Tchèques d'un hors-jeu à retardement au début de l'action. Hnilicka fait pourtant de nombreux arrêts de grande classe, dont un à cinq secondes de la sirène devant Sami Kapanen, servi par Ylönen en deux contre un.

Les Tchèques ne tiennent pas à revoir une domination finlandaise aussi totale, mais laissent pourtant la meilleure chance à Ruutu devant la cage vide, qui ne put suffisamment dévier la passe. À la trente-sixième minute, Nurminen sort au devant de Ujcík en train de s'échapper le long de la bande. Le gardien finlandais arrive en retard mettre en échec l'ailier tchèque, dont les coéquipiers réclament un penalty, mais n'obtiennent qu'une pénalité mineure. Dans la foulée, Väänänen, toujours aussi indiscipliné, s'en prend à Reichel et écope lui aussi de deux minutes de prison. Une minute et demie à cinq contre trois : il ne faut pas chercher bien loin pour voir là le tournant du match. Mais le jeu de puissance tchèque est toujours aussi inefficace. Pire, dans les dernières secondes de la deuxième pénalité, Prochazka est sanctionné à son tour pour avoir légèrement accroché Berg. C'est donc à l'avantage des Finlandais que le match bascule : sur un lancer de Salo, Juha Ylönen s'arrache au rebond et inscrit le deuxième but.

Mais les Tchèques ont acquis ces dernières saisons un moral à toute épreuve et ne s'avouent jamais vaincus, même après une pénalité de Kubina qu'ils parviennent à tuer. Sur une passe de Patera derrière le but, Procházka réduit le score. Peu après, Reichel s'échappe et Nurminen effectue un sauvetage déterminant. La rencontre peut se décider à tout moment, par exemple sur deux énormes occasions coup sur coup de Ujcík et Lind. Il reste six minutes quand Dopita dévie un lancer de Cajánek. Le palet roule sur l'épaule de Nurminen et retombe dans les filets. Tout est à refaire pour les Finlandais. Laaksonen esseulé a une chance en or, mais son revers effleure l'épaule de Hentunen et passe au ras de la transversale. Hnilicka réussit une série d'arrêts décisifs, notamment face à Ylönen encore bien placé dans l'enclave. Au total, il stoppera pas moins de 47 tirs dans ce match. Les Tchèques n'ont jamais cessé d'y croire et sont revenus dans la partie.

Après deux minutes de prolongation, les Finlandais mettent une grosse pression sur les buts tchèques, devant lesquels une forêt de crosses s'agite. Les champions du monde en titre, acculés, n'ont pas pu changer depuis bien longtemps, et Cajánek doit se coucher sur le palet, aussitôt sanctionné de deux minutes pour retard de jeu. Mais la République Tchèque sort indemne de cette nouvelle épreuve. Au bout de dix minutes, Pavel Patera prend le palet à Sihvonen lorsque celui-ci essaie d'entrer dans la zone. Les Tchèques sont lancés à trois contre deux, Patera trouve David Moravec qui glisse le palet du revers sous Nurminen.

Le capitaine Robert Reichel brandit la coupe sous les sifflets des supporters finlandais, sous le coup de la déception. La Finlande avait paru jusqu'ici plus efficace que le voisin suédois, mais cette équipe tchèque a le don de frustrer les attaques les plus performantes. Seule le Canada et l'URSS de la grande époque avaient été championnes du monde trois fois de suite : la République Tchèque établit une nouvelle dynastie sur ce sport alors que son école de hockey est devenue une référence. Ses victoires ont beau parfois ne tenir qu'à un fil, seule les titres comptent, les Finlandais ne le savent que trop bien.

Désignés meilleurs joueurs du match : Petr Cajánek et Juha Ylönen.

Meilleurs joueurs tchèques du tournoi : Milan Hnilicka, Robert Reichel et Martin Rucinský.

Meilleurs joueurs finlandais du tournoi : Pasi Nurminen, Juha Ylönen et Sami Kapanen.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Commentaires d'après-match

Pavel Augusta (entraîneur de la République Tchèque) : "Les deux meilleures équipes de ce championnat du monde se sont retrouvées en finale et ont joué là aussi un hockey vraiment merveilleux. Les deux formations ont agi très offensivement et ont offert un grand spectacle aux spectateurs. Nous étions forts collectivement, et avions également des individualités tout aussi fortes. Finalement, les étoiles étaient de notre côté."

Hannu Aravirta (entraîneur de la Finlande) : "Nous avions le match en main et l'avons vraiment très longtemps contrôlé. À 2-1 en notre faveur, nous avons eu quelques bonnes chances de contre, que nous n'avons cependant pas exploitées. C'était aussi la raison pour laquelle nous avons finalement perdu cette rencontre. L'équipe tchèque a tout tenté et tout risqué dans le dernier tiers et a aussi eu la part de chance nécessaire."

Juha Ylönen (meilleur marqueur du tournoi) : "Nous avons eu au cours du match beaucoup d'occasions de but, nous n'avons malheureusement pas su en profiter. C'est pourquoi je ne dirais pas que la victoire tchèque était chanceuse, car elle était méritée au final. Cependant, je suis fier de notre équipe et de notre performance, car nous avons tout donné ici."

 

République Tchèque - Finlande 3-2 a.p. (0-1, 0-1, 2-0, 1-0)

Dimanche 13 mai 2001 à 19 h 00, à la Preussag Arena de Hanovre. 10500 spectateurs.

Arbitrage d'Ulf Rådbjer (SUE) assisté de Derek Hansen et Johan Norrman.

Pénalités : République Tchèque 16' (4', 8', 2', 2'), Finlande 10' (2', 8', 0', 0')

Tirs : République Tchèque 35 (8, 9, 15, 3), Finlande 49 (19, 10, 14, 6)

Évolution du score :

0-1 à 17'20" : Lind assisté de Ylönen et S. Kapanen

0-2 à 31'32" : Ylönen assisté de Salo (sup. num.)

1-2 à 45'03" : Procházka assisté de Patera et Moravec

2-2 à 54'05" : Dopita assisté de Cajánek et Ujcík

3-2 à 70'38" : Moravec assisté de Patera

 

République Tchèque

Gardien : Milan Hnilicka

Défenseurs : Jaroslav Špacek - Pavel Kubina ; Radek Martínek - Karel Pilar ; František Kaberle - Filip Kuba ; Martin Richter

Attaquants : Martin Rucinský - Robert Reichel - Radek Dvorák ; Jaroslav Hlinka - Jirí Dopita - David Výborný ; Martin Procházka - Pavel Patera - David Moravec ; TomᚠVlasák - Petr Cajánek - Viktor Ujcík ; Jan Tomajko.

Finlande

Gardien : Pasi Nurminen

Défenseurs : Ossi Väänänen - Sami Salo ; Aki-Petteri Berg - Petteri Nummelin ; Marko Kiprusoff - Kimmo Timonen ; Antti-Jussi Niemi

Attaquants : Juha Lind - Juha Ylönen - Sami Kapanen ; Timo Pärssinen - Niko Kapanen - Jukka Hentunen ; Jarkko Ruutu - Raimo Helminen - Tomi Kallio ; Antti Laaksonen - Toni Sihvonen - Tony Virta ; Kimmo Rintanen.

 

Retour aux championnats du monde 2001