Mulhouse - Anglet (10 octobre 2001)

 

Match comptant pour la neuvième journée du championnat Elite 2001/2002

Un bon petit match, où le score reflète relativement bien la physionomie du match. D'abord un premier tiers qui commence prudemment, mais le round d'observation ne va pas durer longtemps. Bilbao déboîte dans la zone adverse et donne à Vaillant excentré sur la droite de Raymond, qui va loger la rondelle dans un petit trou de souris. Pas trop le temps de rêvasser car Anglet remonte vers le but adverse, par l'intermédiaire de Smidriak - photo - qui tire sur Lhenry, Maréchal reprend immédiatement le rebond laissé. Anglet va alors, et durant tout le reste du tiers, maîtriser l'équipe locale, un peu recroquevillée sur elle-même, notamment pendant une phase d'environ 5-6 minutes consécutives où elle jouera en infériorité, pour des fautes un peu gratuites (charges sur un joueur n'ayant pas le palet par exemple). Lhenry tient bon, sa défense... un peu plus difficilement, jusqu'au moment où Ducharme dévie un slap de Lahtinen, lui même bien servi par "Bob" Ouellet, le but de supériorité par excellence ! Il va être temps de rentrer aux vestiaires, du côté des Scorpions.

La sortie des vestiaires laisse d'ailleurs imaginer ce que Christer Eriksson a dû leur dire, puisque ce deuxième tiers va être essentiellement mulhousien. Une curieuse domination car l'on va voir des locaux dominer, mais pas d'aussi outrageuse façon qu'Anglet au premier tiers, et Anglet carrément... dormir, incapable de porter le danger durant les dix premières minutes, cherchant (déjà) à préserver le score. Un bel enchaînement de la première ligne, conclu par Faith va redonner encore plus de tonus à Mulhouse, qui va alors pousser, Anglet est alors contraint de s'y prendre "durement" (selon les nouvelles règles de l'arbitrage !) pour repousser l'échéance, mais commence à se réveiller, comme cette échappée de Maréchal qui se retrouve (presque) seul devant Lhenry, pour finir dans Lhenry ! Et sur une double supériorité, Karlsson slappe puissamment entre les jambières de Raymond : un but en powerplay qui fait réponse au précédent des Angloys.

Le troisième tiers va être bien plus débridé que les deux précédents : Anglet va pousser pour remonter, et Mulhouse... pousser pour se mettre à l'abri. Une seule pénalité sera sifflée, c'est dire la vitesse et l'enchaînement d'actions qu'il va y avoir. Tout d'abord, un bon grattage de palet de Solaux, en zone adverse, qui subtilise le palet pour le transmettre à Dubois qui passe à Maréchal. Et d'un. Puis une relance de Karlsson qui remonte la moitié de la patinoire, pour Coqueux, qui trompe Raymond d'un tir entre le poteau et sa jambière (avec aussi un petit ricochet sur le patin de Filippin). On se dit que Mulhouse a fait le plus dur, surtout qu'il fait mieux que tenir le choc, avec de bonnes incursions de Bilbao, Croz, Bringuet ou Pazak. De l'autre côté, Daramy, Dostal ou Courally ne sont pas en reste. Hélas, lors d'une des dernières mises au jeu dans le camp des Mulhousiens, le palet est transmis à un défenseur angloy qui tire sur Lhenry, s'ensuit quelques rebonds, un peu de cafouillis devant la cage, puis une crosse, celle de Filippin, qui envoie le palet pour une égalisation. Les deux dernières minutes sont jouées un peu différemment : Anglet assure le point, Mulhouse essaie, mais les jambes sont coupées.

Et la prolongation ne va pas durer longtemps : le temps pour Mulhouse d'ouvrir les hostilités, que Smidriak récupère le palet, le remonte à Solaux, qui transmet idéalement pour Maréchal, à qui l'on a laissé un espace en trop... Le jeune Angloy laisse éclater sa joie en lançant en l'air ses gants.

Pas trop de regrets, le match fût très plaisant à regarder. Chaque équipe a eu sa chance, et a bien joué le coup. Anglet revient de loin quand on regarde leur deuxième période. Mulhouse peut avoir des regrets, d'avoir mené, et gagné, jusqu'à deux minutes de la fin. Mais ils ont joué plus "hardiment" que d'habitude, ils ont pris le jeu à leur compte pendant qu'ils perdaient, et ont continué quand ils gagnaient... Il manquait un peu de concentration, de lucidité (ils ont joué à deux lignes de défense tout le match... comme Anglet). Anglet était un peu plus percutant, tirait dès qu'il pouvait alors que Mulhouse cherchait des actions un peu plus finies.

En fait, le match s'est joué à peu de choses... Le nul ou la victoire de Mulhouse n'aurait pas été plus volés que cela. Une chose qui prouve que ce championnat n'a pas vraiment, pour le moment, d'équipe qui survole les autres, et cela est rassurant : Mulhouse, en tout dernier promu, fait mieux que tenir le choc, et Anglet en bon dernier, n'est pas vraiment à la ramasse... de quoi augurer encore pas mal de suspense.

J'ai bien aimé :

Pour Mulhouse : L'omniprésence défensive, et offensive, de Karlsson, le boulot défensif de Lehmusvuori et la rigueur de Dumenil

Pour Anglet : Le match "monstrueux" de Gillet (relances, présence défensive), l'assurance de Dubois et Maréchal, constamment dangereux en pointe.

Compte-rendu signé Stéphane Rault

 

Mulhouse - Anglet 4-5 a.p. (1-2, 2-0, 1-2, 0-1)
Arbitrage de M. Mendlowicz. 600 spectateurs.
Pénalités : Mulhouse 22' (8', 2'+10', 2'), Anglet 20' (2'+10', 8', 0').
Tirs : Mulhouse 28 (7, 11, 10), Anglet 39 (19, 10, 10).

Évolution du score :
1-0 à 04'06" : Vaillant assisté de Bilbao
1-1 à 05'06" : Maréchal assisté de Smidriak (sup.num.)
1-2 à 1?'??" : Ducharme assisté de Lahtinen et Ouellet (sup.num.)
2-2 à 27'37" : Faith assisté de Coqueux et Pazak
3-2 à 37'34" : Karlsson assisté de Ruokonen et Pazak (double sup.num.)
3-3 à 43'43" : Maréchal assisté de Dubois et Solaux
4-3 à 54'54" : Coqueux assisté de Karlsson
4-4 à 57'28" : Filippin assisté de Garbocz
4-5 à 60'54" : Maréchal assisté de Solaux et Smidriak
 

Mulhouse

Attaquants :
Juraj Faith - Olivier Coqueux - Miroslav Pazak
Tuomo Määttä - Lionel Bilbao (C) - Arnaud Vaillant
Vincent Bringuet - Étienne Croz - Julien Aubry puis Maximilien Lageard

Défenseurs :
Mika Ruokonen - Ari Lehmusvuori
Andreas Karlsson - Julien Hitze puis Thomas Dumenil
Xavier Rénier

Gardien :
Fabrice Lhenry

Remplašant : Édouard Denis (G).

Anglet

Attaquants :
Dominic Ducharme - Robert Ouellet (C) - David Dostal
Stanislas Solaux - Michal Garbocz - Géraud Maréchal
Antoine Amsellem - Xavier Daramy - Nicolas Courally
Pierre-Hervé Coulombeix

Défenseurs :
Grégory Dubois - Miroslav Smidriak
Jean-Christophe Filippin (A) - Vesa Lahtinen
puis Aymeric Gillet

Gardien :
Éric Raymond

Remplaçant : Guillaume Drouot (G). Absents : Mickaël Wiart, Jérôme Patard, Raphaël Larrieu, Xavier Lasalle

 

Retour au Championnat de France Elite