Suisse - Autriche (14 février 2002)

 

Match pour la onzième place des Jeux Olympiques 2002.

Divis est très rapidement à l'ouvrage : il repousse un premier tir à la deuxième minute, et personne n'est là pour reprendre le rebond offert. Il s'interpose deux minutes plus tard devant Aeschlimann, avant que les Autrichiens ne commencent leur domination, par une passe transversale de Brandner pour Kalt puis par un lancer lointain d'Unterluggauer. Mais l'Autriche ne maintient plus la même pression physique et le rythme descend, ce dont ne profitent les Suisses que par des tentatives individuelles. En fin de tiers, Steinegger est pénalisé pour retenir et Sutter pour crosse haute, mais même avec deux hommes de plus, les Autrichiens ne parviennent pas à percer la muraille Gerber.

Le gardien de Färjestad est l'une des rares satisfactions suisses du tournoi, avec Jean-Jacques Aeschlimann. Et comme par hasard, c'est ce dernier qui ouvre la marque contre le cours du jeu alors que les Autrichiens multiplient les tirs sur la cage suisse sans succès. Ces derniers s'impatientent et oublient le repli défensif, ce qui ne pardonne pas face à un joueur aussi rapide que Martin Plüss qui ponctue sa contre-attaque par un tir dans la lucarne opposée. Après deux tiers-temps, les Autrichiens ont certes enregistré trente-huit tirs contre quinze à leurs adversaires, mais ils sont menés 0-2.

Ils arrivent enfin à vaincre le signe indien à la quarante-cinquième minute grâce à un lancer de la bleue de Tom Searle. Les Autrichiens se compliquent la vie et sont vulnérables aux contre-attaques. L'avertissement reste pourtant sans effet et ils se font prendre en contre alors qu'ils sont en supériorité. Un bon travail d'Aeschlimann envoie Julien Vauclair inscrire le 3-1. L'Autriche ne réagit plus dès lors que par des initiatives individuelles, comme celle de Trattnig à trois minutes du terme, et la sortie de Divis n'a d'autre effet que de permettre à Plüss de signer un doublé dans la cage vide.

Les Suisses a réussi l'objectif que leur avait assigné Ralph Krueger pendant que Jenni et Von Arx faisaient leur petite virée dans Salt Lake City : il ont remporté ses deux derniers matches. Ils le doivent à un impeccable Martin Gerber, qui a bouclé la partie du jour avec un ahurissant total de cinquante-cinq arrêts. Dramatiquement inefficaces, les Autrichiens ont aussi commis trop d'erreurs individuelles qui ont ouvert des brèches dans lesquelles n'ont pas manqué de s'engouffrer l'équipe suisse.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Suisse - Autriche 4-1 (0-0, 2-0, 2-1)

Jeudi 14 février 2002 à 15h00 au E-Center de Salt Lake City.

Arbitrage de Vladimír Mihalík (SVK) assisté de Petr Blumel (TCH) et Sergueï Shelyanin (RUS). 7986 spectateurs.

Pénalités : Suisse 10' (8', 0', 2'), Autriche 8' (2', 4', 2').

Tirs : Suisse 27 (9, 6, 12), Autriche 55 (22, 16, 17).

Évolution du score :

1-0 à 30'25" : Aeschlimann.

2-0 à 36'39" : Plüss assisté de Rüthemann.

2-1 à 44'33" : Searle assisté de Perthaler et Kromp.

3-1 à 50'30" : Vauclair assisté d'Aeschlimann (inf. num.).

4-1 à 59'20" : Plüss assisté de Seger (cage vide).

 

Suisse

Gardien : Martin Gerber.

Défenseurs : Olivier Keller - Mark Streit ; Mathias Seger - Martin Steinegger ; Patrick Sutter - Julien Vauclair ; Martin Höhener.

Attaquants : Björn Christen - Ivo Rüthemann - Martin Plüss ; Patrick Fischer - Gian-Marco Crameri - Patric Della Rossa ; Sandy Jeannin - Jean-Jacques Aeschlimann - André Rötheli.

Entraîneur : Ralph Krueger.

Autriche

Gardien : Reinhard Divis (sorti de sa cage de 58'35" à 59'20").

Défenseurs : André Lakos - Gerhard Unterluggauer ; Thomas Searle - Dominic Lavoie ; Peter Kasper - Martin Ulrich ; Robert Lukas.

Attaquants : Dieter Kalt - Simon Wheeldon - Christoph Brandner ; Kent Salfi - Thomas Pöck - Oliver Setzinger ; Gunther Lanzinger - Matthias Trattnig - Gerald Ressmann ; Christian Perthaler - Wolfgang Kromp - Martin Hohenberger ; Mario Schaden.

Entraîneur : Ron Kennedy.

 

Retour aux Jeux Olympiques