Slovaquie - France (14 février 2002)

 

Match pour la treizième place des Jeux Olympiques 2002.

Ce que l'on retiendra de cette rencontre, ce ne sera pas le score ou la présence de la quasi-totalité des stars NHL de la Slovaquie (sauf Palffy), c'est surtout le dernier match international de deux grands monuments du hockey sur glace en France, Philippe Bozon et Denis Perez. Ces deux joueurs présents lors de tous les grands rendez-vous ont toujours tiré l'équipe vers le haut, que le vide sera grand après leur départ ! Ce match revêt une certaine importance pour les Slovaques au vu du nombre de renforts NHL enregistrés pour cette ultime rencontre (la veille ils n'étaient que treize en tout et pour tout face aux Autrichiens), espérant sur un match laver le camouflet subi lors du tournoi de qualification. On peut en effet lors de ces rencontres de classement, comme pour le tour final, changer l'effectif et intégrer tous les nouveaux joueurs que l'on souhaite. La surprise pour la France vient du gardien, en effet Patrick Rolland remplace Cristobal Huet pourtant impeccable depuis le début du tournoi, Arnaud Briand est aussi absent, ressentant une douleur au poignet et à l'épaule, c'est donc Philippe Bozon qui est nommé capitaine. Du côté slovaque, c'est Rastislav Stana qui gardera les buts.

Lors de la première période, les Français résisteront face au jeu développé par les stars de la Slovaquie, mais alors que Michal Handzus se repose en prison et que les Français installent leur jeu de puissance, Laurent Meunier se fait chiper le palet par Marian Hossa qui va tromper en tête-à-tête Patrick Rolland. La domination des Slovaques lors de ce tiers se traduit très bien dans les chiffres : 22 tirs sur Patrick Rolland contre 5 sur Rastislav Stana.

Les Slovaques continuent de hausser leur niveau de jeu au deuxième tiers, forçant les Bleus à se débarrasser vite d'un palet qui devient brûlant dès qu'il franchit la zone de défense. Ils finissent par trouver pas le fond des filets de Patrick Rolland sur une magnifique combinaison en triangle entre Hossa et Satan conclue par Stumpel, qui se débarrasse aisément de Bonnard, le tout en supériorité numérique. Les coéquipiers de Philippe Bozon ne baissent pas les bras et continuent à jouer crânement toutes leur chances, Barin manquant de peu le cadre sur une bonne action. Plus tard, sur un contre mené par l'intenable Bozon, Anthony Mortas reçoit un bon palet et adresse un tir en direction du portier slovaque. Les Français jouent bien mais manquent d'efficacité, et leurs adversaires ne laissent pas passer leur chance : sur un contre, Lubos Bartecko hérite d'une passe de Pavol Demitra, il prend de vitesse la défense française, fait le tour de la cage et passe à Michal Handzuš démarqué qui trompe aisément Rolland.

Sur l'engagement de la troisième et dernière période, Maurice Rozenthal récupère un palet en zone d'attaque, tente de faire une passe, mais se fait reprendre par les Slovaques. Sur la même phase de jeu, alors qu'ils remontent le palet, Jonathan Zwikel chipe le palet puis après quelques passes est également à la conclusion de l'action qu'il avait démarré en proposant un bon tir sur Stana. Ces deux premières actions de la période sont à l'image de ce que les Français tentèrent de proposer durant toute cette rencontre, mais face à la hargne et la volonté de ceux-ci, les Slovaques opposèrent la classe et la maîtrise de joueurs tels que Josef Stumpel, Marián Hossa, Miroslav Šatan ou Pavol Demitra.

Alors que les Français étaient encore en zone d'attaque, Hossa récupère une passe à la limite de sa zone, traverse la patinoire, se débarrasse de Patrick Rolland, puis loge tranquillement le palet dans le but vide. Malgré les bonnes actions de Philippe Bozon ou Maurice Rozenthal, les Slovaques marquent un cinquième but par Jan Pardavy qui dévie de la jambière un tir de Dušan Mulo. Les Slovaques intensifient leur pressing et les coéquipiers de Denis Perez, visiblement fatigués, encaissent dans les cinq dernières minutes deux buts supplémentaires par Rastislav Pavlikovský puis par un Marián Hossa très facile, qui d'un superbe revers dans le dos trompe à nouveau le cerbère tricolore. Dans la dernière minute de jeu, Philippe Bozon, le futur retraité de l'équipe de France, récupère un palet dans sa zone de défense, remonte toute la patinoire puis sert magnifiquement Maurice Rozenthal qui trompe le gardien slovaque, tout un symbole.

L'équipe de France finit quatorzième et dernière du tournoi olympique, mais surtout tourne une page de son histoire car on ne le répétera jamais assez, deux grands messieurs du hockey sur glace arrêtent leur carrière internationale, alors merci beaucoup Philippe Bozon et Denis Perez. Le relais sera dur a prendre car ce n'est pas en France que mûriront de grands talents à l'étroit dans un championnat de plus en plus pauvre, mais l'espoir est là avec des joueurs comme Maurice Rozenthal, Cristobal Huet, Yorick Treille, Laurent Meunier, François Rozenthal.

Il ne faut pas se leurrer, la France est à sa place, malgré la hargne qu'ils ont su démontrer tout au long du tournoi. Certes face à une équipe comme le Belarus il s'en est fallu de peu, mais l'équipe s'est écroulée face à l'Ukraine. Les Bleus ont fait deux très bonnes premières rencontres qui avec un peu plus de réussite auraient pu changer bien des choses, mais avec des si... Le chemin vers le groupe A est encore long, et l'équipe aura tout à gagner à progresser dans l'ombre avant de pouvoir y monter.

Compte-rendu signé Thierry Duvignau

 

Slovaquie - France 7-1 (1-0, 2-0, 4-1)

Le 14 février 2002 à 21h00 à la Seven Peaks Ice Arena de Provo.

Arbitres : M. Vladimír Mihalík assisté de MM. Sergueï Kulakov et Rudolf Lauff. 5956 spectateurs.

Pénalités : Slovaquie 10' (2', 6', 2'), France 12' (6', 6', 0').

Tirs : Slovaquie 49 (22, 9, 18), France 19 (5, 10, 4).

Évolution du score :

1-0 à 08'02" : Hossa (inf. num.).

2-0 à 28'04" : Stumpel assisté de Šatan et Hossa (sup. num.).

3-0 à 39'02" : Handzuš assisté de Bartecko et Demitra.

4-0 à 47'22" : Hossa assisté de Visnovský.

5-0 à 50'47" : Pardavý assisté de Milo et Ra. Pavlikovský.

6-0 à 55'55" : Ra. Pavlikovský assisté de Milo.

7-0 à 58'50" : Hossa assisté de Ra. Pavlikovský.

7-1 à 59'19" : M. Rozenthal assisté de Bozon et Mortas.

 

Slovaquie

Gardien : Rastislav Stana.

Défenseurs : Jaroslav Obsut - Petr Smrek ; Richard Lintner - Lubomír Visnovský ; Dušan Milo - Richard Pavlikovský ; Ivan Majeský.

Attaquants : Lubos Bartecko - Michal Handzuš - Pavol Demitra ; Marián Hossa - Josef Stumpel - Miroslav Šatan ; Robert Petrovický - Rastislav Pavlikovsky - Ján Pardavý ; Richard Kapuš - Richard Sechný - Jaroslav Török.

Entraîneur : Ján Filc.

France

Gardiens : Cristobal Huet.

Défenseurs : Denis Perez - Allan Carriou ; Baptiste Amar - Vincent Bachet ; Benoît Pourtanel - Jean-François Bonnard ; Karl Dewolf.

Attaquants : Philippe Bozon - Anthony Mortas - Maurice Rozenthal ; Stéphane Barin - Jonathan Zwikel - François Rozenthal ; Guillaume Besse - Laurent Meunier - Yorick Treille ; Benoît Bachelet - Laurent Gras - Richard Aimonetto.

Entraîneur : Heikki Leime.

 

Retour aux Jeux Olympiques