Strasbourg - Tours (6 avril 2002)

 

Quart de finale aller du championnat de division 1 2001/2002.

Bien peu de monde au Wacken en cette fin d'après midi ensoleillée. Pressentait-on déjà d'avance le résultat du match entre une Etoile Noire un peu pâlotte et des Diables Noirs... diablement pressants et efficaces ?

Et d'ailleurs, l'entame du match, quoiqu'un peu imprécise, présente des Tourangeaux très pressants, montant très haut, grattant tout ce qui peut ressembler à un palet. Picha, Stastny, Fayault, autant d'actions de plus en plus chaudes qui laissent à Äikää le soin de se rappeler aux bons souvenirs des visiteurs, mais aussi de ses coéquipiers, franchement timorés et acculés dans leur zone.

Les Alsaciens ne se réveillent qu'au cours de leur première supériorité, très bien négociée : le palet tourne bien, on remet dès que l'on peut vers les canonniers Saarinen ou Flinck, mais Hiadlovsky veille, notamment sur une ouverture pour Medeiros, qui passe à côté. Jusqu'à ce travail de Desrosiers derrière la cage, d'un côté puis de l'autre, le défenseur tourangeau n'est pas très tenace, et le jeune Canadien de centrer vers Saarinen, à mi-distance, qui fusille le portier visiteur. Un peu de couleur pour les locaux, qui peu de temps après, bénéficient d'un deuxième but, un peu confus car les Tourangeaux ont vu le rebond du tir de MacLennan échouer sur le patin de son coéquipier Saarinen... 2-0, score franchement sévère pour Tours, qui se met à douter. Les passes, bien pensées, manquent un peu de finition. Heureusement, ils bénéficient de quatre minutes de supériorité, suite à une réponse disproportionnée de Bazany face à un chambrage de Lefrançois. Leurs automatismes se retrouvent progressivement, comme cette belle transversale de Pulscak pour Picha qui reprend automatiquement. But. Dès lors, la fin du tiers voit de nouveau le but d'Äikää assiégé, ses coéquipiers attendant (vainement) l'ouverture pour contrer.

Le deuxième tiers commence par un contre de Sevcik, en deux contre un, mais le tir passe à côté. Les contre-attaques partent d'un côté puis de l'autre, Picha frappe même la base du poteau. Puis la partie connaît une bonne baisse d'intensité, les passes deviennent plus brouillonnes, malgré quelques belles percées comme ce face-à-face de Skokan contre Äikää : tout le monde voit la rondelle dedans, hélas, le Tourangeau tergiverse de trop et se retrouve enfermé derrière la cage. Puis Strasbourg aurait pu aggraver la marque mais le but est logiquement refusé : sur le premier tir, Hiadlovsky subit une charge avec la crosse, et ne peut alors revenir pour contrer le deuxième essai strasbourgeois. Encore à Tours d'essayer, avec un bel enchaînement Fayault-Gleize, mais Äikää ferme la porte.

Strasbourg pousse alors un peu plus, profitant des fréquentes "absences" des visiteurs (passes, placements complètement ratés). Tours devient fébrile, et nerveux dès que l'on s'approche trop de leur gardien, qui ne fait pas non plus preuve de beaucoup de sérénité, notamment sur de nombreux rebonds et dégagements. Quelques échauffourées... Puis, surprise, à un moment que l'on n'attendait plus, Fayault profite d'une énorme bévue d'un défenseur alsacien, qui laisse le palet filer vers le petit attaquant tourangeau. Celui-ci part à toute allure, et décoche un missile qui fusille le pauvre Äikää. Cette remontée au score, un peu contre le sens du jeu, a le mérite de remonter les visiteurs, qui retrouvent un peu plus de sérénité pour finir en trombe cette deuxième période, avec des essais de Stastny notamment.

Le troisième tiers est un peu plus timide : commencé de manière volontaire, par Tours d'abord, puis Strasbourg, il s'enlise dans un schéma où les deux équipes attendent l'erreur de l'autre pour placer le contre.

Tours bénéficie d'une supériorité, mais les Alsaciens mettent beaucoup de cur à contrebalancer la tactique hésitante et imprécise des visiteurs. Puis MacLennan part en contre, mais le tir passe au dessus. Le Canadien est à l'origine du troisième but : une première erreur de relance de Supuka, que le Tourangeau reprend tant bien que mal. Hélas, la deuxième relance est captée par le Strasbourgeois qui transmet transversalement à Sevcik : Hiadlovsky s'incline, logiquement, une troisième fois. Dès lors, il reste pourtant encore douze bonnes minutes, mais Tours ne réussit pas vraiment à remonter : trop peu de passes aboutissent, les organismes semblent bien fatigués, et les regards sur le banc sont bien consternés, comparativement au banc strasbourgeois, où l'on apprécie cette victoire, méritée, à sa juste valeur.

Dommage pour Tours qu'ils n'aient pu jouer toute la partie au rythme du premier tiers. On pouvait alors s'attendre à un jeu plus enthousiasmant, au niveau passes, rapidité. Curieux changement de cap, quand même, à partir du deuxième tiers pour les Diables Noirs, qui sont devenus bien plus fébriles et attentistes... il va falloir sortir son vrai hockey, samedi prochain en Touraine, pour espérer accéder aux demi-finales, et ainsi justifier leur classement.

Car Strasbourg, sans avoir fait le match de l'année, possède un but d'avance. Autant dire qu'ils vont se déplacer avec sûrement l'ambition d'attendre la moindre occasion pour planter l'adversaire sur place. Moins brouillons que les Tourangeaux, les Alsaciens se sont bien battus, dans tous les sens du terme. Pas mal de ménage en défense, des actions simples (beaucoup de contres surtout) mais dangereuses, et puis l'inusable Äikää derrière pour rassurer tout le monde. Tours n'est pas encore qualifié !

J'ai bien aimé :

- Gleize et Fayault (beaucoup de cur à l'ouvrage), Pulscak (pas mal en relance et en présence défensive) pour Tours

- Äikää, Bazany et Flinck (vraiment bien derrière) pour Strasbourg

Compte-rendu signé Stéphane Rault

 

Strasbourg - Tours 3-2 (2-1, 0-1, 1-0)

Arbitrage de M. Jean-Christophe Benoist.

Pénalités : Strasbourg 16' (2' Medeiros, 2'+2' Bazany, 2' Besseyre / 2' Besseyre, 2' MacLennan / 2' D. Mehl, 2' Flinck) ; Tours 16' (2' Supuka, 2' Pulscak, 2' Goldman / 2' Hiadlovsky, 2' Picha, 2' Supuka / 2' Gleize, 2' Supuka).

Tirs : Strasbourg 33 (10, 15, 8), Tours 29 (14, 8, 7).

Évolution du score :

1-0 à 10'22" : Saarinen assisté de Desrosiers (sup. num.).

2-0 à 11'37" : Saarinen assisté de MacLennan.

2-1 à 16'16" : Picha assisté de Pulscak (sup. num.).

2-2 à 37'00" : Fayault.

3-2 à 47'20" : Sevcik assisté de MacLennan.

 

Strasbourg

Gardien : Sami Äikää.

Défenseurs : Tommy Flinck - Maryan Bazany ; François Besseyre - Jesse Saarinen ; Gabriel Cadoret - Thibault Dumuis.

Attaquants : Eric Medeiros - Marc MacLennan - Daniel Sevcik ; Maxime Schuchewytsch - Stéphane Hohnadel (C) - Julien Desrosiers ; Damien Mehl - Harold Walter (A) (ou Olivier Escuder) - Mathieu Saint-Marc.

Remplaçants : Raphaël Vincent (G), Grégoire Mehl.

Tours

Gardien : Vladimir Hiadlovsky jr.

Défenseurs : Marcel Simak - Frantisek Pulscak (A) ; Olivier Vandecandelaere - Jan Supuka.

Attaquants : Scott Goldman - Stanislav Picha - Kamil Stastny ; Paul Fayault - Gilbert Lefrançois (A) - François Gleize (C) ; Serge Saint-Denis - Marcel Skokan - Norbert Périnet.

Remplaçants : David Waddleton (G), David Renou, Gaël Clerc, Jérôme Othon, Franck Demeocq.

 

Retour au Championnat de France de division 1