Suisse - République Tchèque (26 avril 2002)

 

Match comptant pour le premier tour du Championnat du monde 2002.

Pour la première étape de leur ruée vers l'or, les Tchèques annoncent tout de suite la couleur et font le siège de la zone suisse, siège seulement interrompu par un breakaway manqué de Martin Plüss. Le junior Beat Gerber est pris à la faute et Frantisek Kaberle exploite la première supériorité numérique du match. Il feinte une passe et lance puissamment de la bleue ; le palet, sans doute dévié au passage, se loge dans les filets suisses. Les "bleus" de la défense helvétique prennent peu à peu la mesure de leur tâche et compliquent celle des Tchèques, qui s'appuient alors sur leurs qualités de base de patinage pour réussir encore quelques incursions individuelles. Le vent tourne peu à peu et la Suisse place ses premières banderilles. Björn Christen profite notamment d'un dégagement mal assuré pour forechecker et intercepter le palet contre la bande. Il remet à Thomas Ziegler devant la cage, mais celui-ci ne cadre pas sa reprise.

Alors que le jeu est encore plutôt à leur avantage en début de deuxième tiers-temps, les Suisses laissent passer leur chance par manque de précision dans les entrées de zone et surtout dans le dernier geste. Quand les Tchèques décident d'accélérer après huit minutes d'un tel traitement, la température monte très rapidement autour du but suisse. Seul la barre transversale empêche Ujcík de conclure d'un tir du poignet ses retrouvailles réussies avec son compère Cajánek. Julien Vauclair fait néanmoins sonner la cavalerie et traverse toute la glace en écartant trois adversaires à la douzième minute, mais tire à côté des cages de Hnilicka. La République Tchèque n'a pas ce problème de réalisme, quand Ujcík prend tranquillement le rebond d'un lancer de Vlasák. Martin Gerber enrage car il estime que le buteur lui a tapé dans la mitaine pendant le tir de la bleue et l'a donc empêché de capter le palet. Les Tchèques font enfin le spectacle, en infériorité qui plus est, par un jeu de passes du triangle du trio Sýkora-Cajánek-Procházka, mais ce dernier est trop près de Gerber et ne peut passer la muraille. Peu après, Ujcík, arrivé de derrière la cage, se retrouve idéalement placé au rebond et réalise facilement le doublé. Hlinka enfonce le clou, parfaitement décalé à droite du but par Špacek. L'intelligence de placement et la rapidité du jeu collectif tchèque ont scellé l'issue de la rencontre.

Le calvaire n'est pas terminé pour les Suisses, sauvés miraculeusement par leur poteau, qui repousse un tir de Špacek en début de troisième tiers-temps. Ils semblent trop fatigués physiquement pour pouvoir faire mieux que tenir le score, tâche malheureusement impossible quand Kubina et Procházka transforment un 2 contre 1 imparable. La République Tchèque s'impose donc par 5-0 dans un premier match assez caractéristique. Les tenants ne se sont en effet pas livrés à fond et se sont contentés de laisser parler leur talent épisodiquement. La qualité de jeu entrevue dans ces instants met cependant déjà l'eau à la bouche et appelle confirmation.

Élus meilleurs joueurs du match : Martin Plüss pour la Suisse et Pavel Kubina pour la République Tchèque.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Commentaires d'après-match :

Ralph Krueger (entraîneur de la Suisse) : "Pour faire un résultat contre un adversaire comme la République Tchèque, il est évident qu'il faut une prestation parfaite pendant soixante minutes, et que des occasions de buts comme celle de Plüss alors qu'il y a encore 0-0 doivent être concrétisées. Ce soir en revanche, nous avons fait tout ce qu'il fallait pendant une demi-heure, mais à peine avons-nous eu un passage à vide que nous avons été punis. Le 0-5 final est trop sévère et n'est pas digne de notre prestation globale. Leur deuxième but a été décisif et nous a coupé les jambes après avoir longtemps bercé l'espoir d'égaliser. À ce moment, nous avons perdu le fil et les Tchèques nous ont châtiés. Je suis satisfait de l'engagement de tous les joueurs, y compris des moins expérimentés que l'on lançait dans le grand bain face à Jágr et consorts... Certes, il y a eu quelques erreurs de trop, mais ce match a confirmé que le fond de jeu existe et que nous sommes prêts pour le match extrêmement important contre l'Allemagne."

Viktor Ujcík (République Tchèque) : "Ma seule déception vient de cette transversale. C'était de loin mon meilleur tir du match. Sur mes deux buts, j'ai juste la chance d'être au bon endroit au bon moment. Le premier était un cadeau car la cage était ouverte. Quant au deuxième, le palet est arrivé entre mes jambes et j'ai en fin de compte réussi à le mettre au fond. J'ai été très surpris de la qualité de jeu des Suisses. À un moment, ils nous ont complètement coincés dans notre zone. Ils ne sont pas une équipe contre qui on peut se permettre de jouer de temps en temps à moitié de nos capacités. Nous leur avons donné quelques occasions, mais Hnilicka nous a maintenus dans le match."

 

Suisse - République Tchèque 0-5 (0-1, 0-3, 0-1)
Le 26 avril à 20h00 à Jönköping. 3183 spectateurs.
Arbitrage de Scott Hutchinson (CAN) assisté de Pavel Makarov (RUS) et Per Svensson (SUE).
Pénalités : Suisse 8' (4', 2', 2'), République Tchèque 6' (2', 4', 0').
Tirs : Suisse 21 (6, 8, 7), République Tchèque 39 (10, 16, 13).
Engagements : Suisse 38 (7, 17, 12), République Tchèque 37 (11, 15, 11).

Évolution du score :
0-1 à 06'56" : Kaberle assisté de Procházka et Patera (sup. num.)
0-2 à 33'19" : Ujcík assisté de Vlasak et Kubina
0-3 à 36'54" : Ujcík assisté de Vlasák et Cajánek
0-4 à 38'32" : Hlinka assisté de Špacek et Jágr
0-5 à 52'42" : Procházka assisté de Kubina
 

Suisse

Attaquants :
Ivo Rüthemann - Sandy Jeannin - Flavien Conne
Marc Reichert - Martin Plüss - Adrian Wichser
Gian-Marco Crameri - Thomas Ziegler - Björn Christen
Mattia Baldi - Jean-Jacques Aeschlimann - Thierry Paterlini.

Remplaçant : Lars Weibel (G).

Défenseurs :
Beat Gerber - Martin Steinegger
Steve Hirschi - Martin Höhener
Mark Streit - Patrick Fischer
Julien Vauclair - Mathias Seger.

Gardien :
Martin Gerber.

République Tchèque

Attaquants :
Jaroslav Hlinka - Ján Hrdina - Jaromír Jágr
Martin Procházka - Pavel Patera - David Moravec
TomᚠVlasák - Petr Cajánek - Viktor Ujcík
Zdenek Sedlák - Michal Broš - David Výborný.

Défenseurs :
Jaroslav Špacek - Pavel Kubina
Frantisek Kaberle - Michal Sýkora
Rostislav Klesla - Filip Kuba.

Gardien :
Milan Hnilicka.

Remplaçant : Jirí Trvaj (G).

 

Retour aux Championnats du monde