Canada - République Tchèque (5 mai 2002)

 

Match comptant pour le deuxième tour du Championnat du monde 2002.

Marty Turco, qui a la meilleure moyenne d'arrêts du tournoi avec plus de 97% mais qui n'a pas paru le gardien le plus sûr, s'apprête à passer une rude soirée et à voir baisser ses stats face à l'attaque la plus prolifique de la compétition. On espère en effet du spectacle, et surtout un match plein de ces deux équipes, certes invaincues, mais qui ont fonctionné jusqu'ici sur courant alternatif. La rencontre est cependant interrompue avant d'avoir vraiment commencé car il y a du sangssur la glace. Dan McGillis s'est en effet explosé le nez contre le coude de Klesla en mettant en échec le joueur tchèque qui était en train de dégager le long de la bande. Cajánek est le plus prompt à la reprise du jeu et glisse le palet sous les jambières de Turco pour l'ouverture du score.

Les Canadiens bénéficient pour leur part de quelques supériorités numériques, mais ils sont peu fidèles à leurs traditions : ils tirent trop rarement au but et cherchent vainement un jeu plus construit sans jamais arriver à l'organiser. On ne les sent pas non plus très agressifs, alors que les Tchèques se montrent conquérants. Serré de près par deux adversaires dans le coin, Jágr parvient à extirper le palet, via Jaroslav Hlinka, pour une reprise dans l'enclave de Ján Hrdina qui double la mise. La défense canadienne perd pied par excès de précipitation et perd le palet à sa bleue, ce dont Cajánek n'est pas loin de profiter après un bon une-deux. Cette équipe canadienne sans véritable plan de jeu cherche désespérément une solution.

La République tchèque retombe dans ses mauvais travers et s'endort un peu sur son maigre matelas de deux buts en début de deuxième tiers. À sa décharge, il faut avouer que son demi-sommeil n'est guère troublé par des Canadiens dans le flou. Elle se réveille donc en douceur, puis se lève du bon pied pour se montrer de loin la plus percutante. La domination territoriale et la possession du palet sont toutes deux très nettement en faveur des Tchèques, même si elles n'aboutissent pas au moindre but, malgré la persévérance de Cajánek notamment. Le redoutable jeu de puissance obtient entre autres nombre de rebonds intéressants, mais le Canada réussit à confirmer son statut comptable d'équipe efficace en infériorité.

Après seulement deux minutes en troisième période, Steve Staios claque un rebond du revers et réduit le l'écart. La République Tchèque, qui n'a pas su concrétiser sa domination, se retrouve ainsi sous la menace. Les Canadiens, bénéficiant d'une pénalité contre un coup de crosse de Sýkora, se font plus pressants sur Hnilicka, un peu trop d'ailleurs au goût des Tchèques, ce qui déclenche un petit brassage, bien calmé par les arbitres qui expulsent deux joueurs de chaque côté. Lorsque Sýkora sort de prison, il est lancé en échappée par Výborný mais se heurte à Turco sorti avec détermination loin de ses cages. Le palet est récupéré par Výborný, qui a l'angle de tir bouché par deux Canadiens revenus avec vigueur (l'un d'eux en sautant acrobatiquement au-dessus de son gardien) et qui choisit donc intelligemment de redonner à Sýkora pour le 3-1.

C'est à ce moment-là qu'on se rend compte que Marty Turco est toujours étendu sur la glace, sous le choc. Pendant son plongeon téméraire, sa tête a en effet percuté de plein fouet le genou de Sýkora. Le portier de Dallas se relève tardivement et est prudemment remplacé par Jean-Sébastien Giguère. Celui-ci est cueilli à froid par Patera sur une petite passe en retrait devant le but de Procházka qui a complètement laissé en plan la défense canadienne. Même si les Tchèques sont particulièrement brouillons dans leurs passes en fin de match, ils ont récupéré l'emprise sur le match au bon moment. Les Canadiens s'énervent et finissent à trois, occasion exploitée sans attendre par Kuba de la bleue pour porter le score final à 5-1. C'était le premier vrai test pour les deux équipes, il est plutôt concluant pour la défense tchèque, alors que le Canada toujours aussi décevant a encore montré son manque de direction collective.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Canada - République Tchèque 1-5 (0-2, 0-0, 1-3)
Le 5 mai 2002 à 19h00 à la Kinnarps Arena de Jönköping. 4213 spectateurs.
Arbitrage de Jukka Pakaslahti (FIN) assisté de Joachim Karlsson (SUE) et Riku Peltonen (FIN).
Pénalités : Canada 20' (2', 8', 10'), République Tchèque 14' (4', 4', 6').
Tirs : Canada 21 (6, 5, 10), République Tchèque 34 (8, 17, 9).
Engagements : Canada 26 (9, 8, 9), République Tchèque 35 (14, 13, 8).

Évolution du score :
0-1 à 05'37" : Cajánek
0-2 à 10'50" : Hrdina assisté de Hlinka et Jágr
1-2 à 42'05" : Staios assisté de Heatley
1-3 à 45'31" : Sýkora assisté de Výborný
1-4 à 46'43" : Patera assisté de Procházka
1-5 à 58'21" : Klesla assisté de Kuba (double sup. num.)
 

Canada

Attaquants :
Ray Whitney - Brenden Morrow - Daniel Cleary
Jamie Wright - Andy McDonald - Dany Heatley
Kyle Calder ;- Tyler Wright - Manny Malhotra
Mike Comrie - Peter Schaefer - Justin Williams
Ryan Smyth

Défenseurs :
James Patrick - Eric Brewer
Steve Staios - Brad Schlegel
Daniel McGillis - Richard Matvichuk
Brad Ference

Gardiens :
Marty Turco puis Jean-Sébastien Giguère à 45'31"

République Tchèque

Attaquants :
Jaroslav Hlinka - Ján Hrdina - Jaromír Jágr
Martin Procházka - Pavel Patera - David Moravec
TomᚠVlasák - Petr Cajánek - Viktor Ujcík
Zdenek Sedlák - Michal Broš - David Výborný

Défenseurs :
Jaroslav Špacek - Pavel Kubina
Frantisek Kaberle - Michal Sýkora
Rostislav Klesla - Filip Kuba
Ondrej Kratena - Martin Richter

Gardien :
Milan Hnilicka

Remplaçant : Dušan Salfický (G).

 

Retour aux Championnats du monde