Dunkerque - Tours (16 octobre 2002)

 

Match comptant pour la sixième journée de la poule nord du championnat de France, Super 16.

Dès l'entame, les corsaires ont à cur d'effacer les déconvenues de Dijon et de Brest, et pendant près de quinze minutes ne laissent aucun répit à Hiadlovsky. Les actions s'enchaînent sans que les Tourangeaux, qui accumulent les pénalités, puissent entrer en zone adverse. Saint-Amant se montre d'ailleurs très entreprenant mais bute sur un bon portier.

Après quatre minutes de jeu, Cooper bien servi par Lukac envoie un missile finir sa course dans les filets adverses (1-0). Il manque de peu de remettre ça une minute plus tard mais son slap s'écrase sur le poteau droit. A la septième minute, Delbarre manque une reprise seul devant le but puis Cooper, de loin, ne peut tromper la vigilance de Hiadlovsky. Seul Decaens parvient à troubler l'offensive corsaire, en contre, mais Aspblad reste impérial sur sa ligne. Ce dernier a beaucoup plus chaud lorsque la reprise d'Eizenman s'écrase sur sa barre, le palet retombe hors de la cage dunkerquoise (10'). les actions Dunkerquoises reprennent de plus belle mais Krisak manque l'immanquable seul devant le but, alors qu'il était mis en bonne position par Haapasaari (15'). Lévêque en contre échappe à la défense nordiste et se présente seul devant Aspblad qui gagne magistralement son duel. Les shoots se relèvent de part et d'autres, voyant que les gardiens s'imposent sur les tirs au ras du sol, mais le score n'évolue pas en fin de tiers.

Les Tourangeaux sont bien décidés à revenir au score et leurs actions se font plus incisives à la reprise : ainsi Gleize puis Decaens manquent-ils tour à tour le cadre. Leur domination est réelle si bien que Stéphane Sabourin demande un temps mort afin d'éviter une nouvelle fois l'écroulement de l'équipe connue à Brest et à Dijon en milieu de deuxième tiers. Tours en profite pour remplacer Hiadlovsky par Noël. Les Dunkerquois se reprennent bien et tiennent le choc en défense. À 34'30", Bohunicky s'énerve et décoche un direct dans la mâchoire de Cooper mais l'arbitre, s'il décide de renvoyer l'homme au vestiaire, inflige aussi 2'+2' à Cooper et 2' à Thomas. Dunkerque se retrouve paradoxalement en infériorité numérique après cette agression... Il n'en faut pas plus pour que Pulscak profite de l'instant de trouble pour remettre les compteurs à 1-1 (35'). Lukac s'essaye au tir de la bleue mais sans réussite et c'est Cooper, remis de ses émotions, qui vient une nouvelle fois libérer son équipe grâce à une frappe à mi-distance (2-1 39').

Les Dunkerquois tentent de mettre le pied au plancher dès l'entame du dernier tiers mais la douche froide provient de Supuka, qui vient tromper Aspblad (2-2 41'). Nullement abattus, les Nordistes ripostent par Lukac, Haapasaari puis Péna, Cooper et Bardet. C'est finalement Krisak qui trouve l'ouverture pour Cooper qui, de la bleue, crucifie Noël avec l'aide de défenseurs tourangeaux gênant leur gardien. On sent les Tourangeaux en difficulté.

Pire, la défense tourangelle est forcée de stopper St-Amant filant seul au but, grâce à un crochetage. Sanction immédiate : tir de pénalité que s'efforce de transformer Krisak. La patinoire retient son souffle mais la feinte de corps reste trop lente et Noël s'interpose (47'). Les esprits sont bien échauffés et les pénalités pleuvent de part et d'autre. Les tirs, eux, sont mal cadrés et le tiers-temps s'écoule inexorablement.

Tours demande un temps mort à la cinquante-huitième minute afin de préparer la sortie de Noël. A une minute de la fin du match, l'arbitre siffle consécutivement deux fautes aux Dunkerquois qui se retrouvent à trois... Tours profite de l'aubaine, sort son portier et aligne six joueurs en face. Dunkerque tente de résister mais cela ne dure que trente secondes... Trop peu ! Pulscak égalise à vingt-deux secondes du gong final.

Les équipes reviennent sur la glace pour la prolongation, laquelle reste vierge malgré une nette domination des Corsaires. C'est la partage des points !

Dunkerque s'est quelque peu retrouvé, surtout en l'absence de Bécuwe et Boschetti mais avec l'apport de Krisak et de Daniel Delbarre (revenant en équipe 1 pour la circonstance)... Tours a souffert durant cette partie, notamment à cause de la pression défensive intensive des corsaires mais, grâce à son réalisme, a su chaque fois revenir au score. Dunkerque acquiert ses premiers points sur la glace, ce qui, au vu du match, n'est pas démérité.

Compte-rendu signé Olivier Houzé

 

Dunkerque - Tours 3-3 a.p. (1-0, 1-1, 1-2, 0-0)

Mercredi 16 octobre 2002 à 20h00 à la patinoire Michel Raffoux. 290 spectateurs.

Arbitrage de M. Calamoneri assisté de MM. Bataillie et Hauchart.

Pénalités : Dunkerque 46' (12', 12', 12'+10', 0'), Tours 53' (12', 4'+5'+20', 12', 2').

Évolution du score :

1-0 à 04'01" : Cooper assisté de Lukac et Saint-Amant (sup. num.)

1-1 à 35'32" : Pulscak assisté de Simak et Desrosiers (sup. num.)

2-1 à 39'05" : Cooper assisté de Thomas et Bardet

2-2 à 40'58" : Supuka assisté de Konopka

3-2 à 43'42" : Cooper assisté de Krisak (sup. num.)

3-3 à 59'32" : Pulscak assisté de Ilavsky et Desrosiers

 

Retour au championnat de France de Super 16