Canada - Suède (26 décembre 2002)

 

Match comptant pour le premier tour des Championnats du Monde des moins de 20 ans 2003, groupe B.

Dès les premières secondes, le Canada marque son territoire par une spectaculaire mise en échec de Daniel Paille. Frederik Eriksson se fait justice en faisant trébucher le Canadien et la Suède est d'emblée en infériorité. Le jeu de puissance des locaux décale rapidement Brooks Laich pour l'ouverture du score, et le ton du match est donné.

Parfaitement à l'aise dans une patinoire aux dimensions nord-américaines, les Canadiens étouffent les Suédois par leur agressivité, Nathan Paetsch et Jordin Tootoo ne laissant pas passer la moindre charge. Quand aux Suédois, ils sont sanctionnés pour des pénalités stupides et seul le gardien de Timrå, Mathias Fagerström, les sauve du naufrage. Il est trop court sur le deuxième but, une lucarne de Ian White, en supériorité bien sûr.

Pourtant, dès la reprise, le gardien Marc-André Fleury est pris par le patin de son défenseur qui le contraint à s'asseoir sur la glace. Le prometteur portier québécois ne peut rien faire et voit Joakim Lindström envoyer le palet dans la cage laissée ouverte. Les Suédois ont donc peut-être une chance à jouer, d'autant que les Canadiens sont eux pénalisés pour un accrochet de Campbell. Mais c'est au contraire Jay McClement qui se saisit de la glace sur sa ligne, contourne sa cage, et envoie Matthew Stajan prendre le large en infériorité. Ian White signe ensuite un doublé en jeu de puissance grâce à un slap surpuissant, mais une belle offensive conclue par Robert Nilsson permet à la Suède de faire encore illusion.

Ce n'est plus le cas dans la troisième période, outrageusement dominée par les Canadiens, qui transforment trois nouvelles supériorités et finissent même par marquer à cinq contre cinq par Derek Roy. Le Canada déroule et se permet de mettre au repos quelques-uns de ces joueurs, dont Jordin Tootoo, qui se ressent depuis quelque temps d'une élongation à l'aine.

 

Commentaires d'après-match :

Marc Habscheid (entraîneur du Canada) : "Il est toujours important de rester concentré dans ce genre de tournoi, surtout vu le nombre de jeux de puissance. Le cinq contre cinq est difficile parce que les joueurs essaient de trop en faire. Nous devons contrôler nos émotions, nous ne pouvons pas nous permettre de laisser des équipes talentueuses évoluer en supériorité."

Carlo Colaiacovo (meilleur joueur canadien du match) : "J'ai été honoré d'apprendre que nous avions battu le record de buts en supériorité pour une équipe canadienne dans un mondial junior, mais cela ne concerne que ce seul match. Maintenant, il faut aller de l'avant."

Peo Larsson (entraîneur de la Suède) : "Nous joueurs ont l'habitude de jouer devant quarante ou cinquante personnes. La foule les a rendus nerveux. En fait, à cinq contre cinq, on gagne 2-1. Nous devons nous discipliner avant le prochain match. Par moments, nous avons sur-réagi à des mises en échec adverses."

Yared Hagos (attaquant de la Suède) : "Je ne veux pas porter la faute de la défaite sur l'arbitre, mais on aurait dit qu'il était canadien. Certaines décisions douteuses n'étaient pas en notre faveur. Ceci dit, notre défense a été très mauvaise aujourd'hui et nous avons laissé notre gardien bien seul. Nous nous étions préparés à ce match toute l'année et c'était censé être sympa, mais nous n'avons bien joué que pendant deux tiers-temps. La petite glace ne me dérange pas, même si les Canadiens y étaient sûrement plus familiers. C'était une bonne expérience pour la suite, on va jouer match par match et j'espère qu'on pourra surprendre quelques adversaires. Je nous vois arriver en quart de finale où nous pourrions être les outsiders. Ensuite, sur un match, tout est possible."

Alexander Steen (capitaine de la Suède) : "Nous avons fait ce que nous avions à faire, nous avons travaillé dur et beaucoup patiné, mais le Canada était beaucoup plus vif en patinage. En zone neutre, ça s'est bien passé, mais il faut que nous concrétisions nos occasions. C'est vrai que le Canada me manque parfois [Alexander Steen est né à Winnipeg, où son père jouait en NHL], mais je pense que je me sens un peu plus suédois. Je porte ce maillot, et cela devait être ainsi."

 

Canada - Suède 8-2 (2-0, 2-2, 4-0)

Jeudi 26 décembre 2002 à 20h10 au Metro Center de Halifax. 10300 spectateurs.

Arbitrage d'Aleksandr Poliakov (RUS) assisté de John Costello et Peter Feola (USA).

Pénalités : Canada 28' (2', 8', 8'+10'), Suède 24' (8', 4', 12').

Tirs : Canada 36 (12, 8, 16), Suède 18 (6, 10, 2).

Évolution du score :

1-0 à 01'31" : Laich assisté de Colaiacovo et White (sup. num.)

2-0 à 11'11" : White assisté de Colaiacovo et Parenteau (sup. num.)

2-1 à 21'01" : Lindström

3-1 à 22'50" : Stajan assisté de McClement (inf. num.)

4-1 à 28'00" : White assisté de Bouchard et Colaiacovo (sup. num.)

4-2 à 29'27" : Nilsson assisté de Steen

5-2 à 43'27" : Uppshall assisté d'Eminger et Fleury (sup. num.)

6-2 à 49'18" : Parenteau assisté de Colaiacovo et Bouchard (sup. num.)

7-2 à 52'05" : Bell assisté de Laich (sup. num.)

8-2 à 55'02" : Roy assisté de Lupul

 

Canada

Gardien : Marc-André Fleury.

Défenseurs : Brendan Bell - Steve Eminger ; Nathan Paetsch - Alexandre Rouleau ; Jeff Woywitka - Carlo Colaiacovo ; Matthew Stajan - Ian White.

Attaquants : Jordin Tootoo - Jay McClement - Daniel Paille ; Pierre-Alexandre Parenteau - Pierre-Marc Bouchard - Brooks Laich ; Boyd Gordon - Kyle Wellwood - Scottie Upshall ; Joffrey Lupul - Derek Roy - Gregory Campbell.

Suède

Gardien : Mathias Fagerström.

Défenseurs : Mats Hansson - Adam Andersson ; Simon Skoog - Jonas Leetma ; Tobias Enström - Johan Agu ; Patrik Bäärnhielm.

Attaquants : Fredrik Eriksson - Yared Hagos - Andreas Jämtin ; Joakim Lindström - Alexander Steen - Robert Nilsson ; Frederik Sjöström - Jonas Almstorp - Mattias Beck ; Andrée Persson - Andreas Falk - Marcus Paulsson ; Andreas Valdix.

 

 

Retour aux championnats du monde juniors