Brest - Anglet (4 janvier 2003)

 

Match comptant pour la troisième journée de la poule Magnus du championnat de France 2002/2003 (Super 16).

Pour la reprise du championnat, les jambes sont lourdes. Loin du corps, loin du cur, le hockey sur glace, pendant presque trois semaines. Les organismes ne sont pas complètement revenus dans le bain de la compétition pour ce premier match - manquant donc cruellement de rythme - du groupe réunissant désormais l'élite du hockey français... Néanmoins les Angloys, hargneux et accrocheurs malgré un long périple, ont su répondre aux Brestois qui cherchent encore un peu leur jeu fluide...

Un premier round tendu

La saison reprend et les esprits ne sont pas forcement des plus confiants, l'assurance dans le jeu n'est pas à son top non plus, la faute à une trêve hivernale sans doute trop éloignée du hockey pour certains. Les premiers à se mettre en évidence sont les Angloys, devant les cinq supporters basques ayant fait le déplacement. David Saint-Onge (00'52) catapulte le palet sur le bouclier de Dell'Olio suite à un bon centre devant la cage. Seulement les Brestois se réveillent, Tikhonov le premier, qui crée le danger en récupérant un palet ressortant de derrière la cage qu'il envoie joliment flirter avec la lucarne du chanceux Filiatrault (04'23). Frustré de cette occasion manquée, Niedziolka vient buter sur Filiatrault une fois encore, provoquant un dangereux cafouillage (06'41). Puis vient le tour de Slysh qui malgré un bon débordement le long de la bande ne trouve toujours pas l'ouverture (07'23). Après tant d'occasions, l'heure de la récompense sonne enfin pour les Brestois sur un bon débordement de Sharyton qui remet en retrait pour Slysh, lequel n'ayant plus qu'à fusiller aisément Filiatrault (1-0 à 12'50).

Après ce but les Brestois lèveront légèrement les crosses, laissant revenir les Angloyes qui créeront à maintes reprises le danger sur la cage brestoise, notamment en jeu de puissance. Mais rien n'y fera, même pas un raid solitaire d'Yven Sadoun en fin de tiers, puisque les deux équipes se séparent une première fois sur ce score de 1-0 à l'avantage des Brestois, à l'issue d'une première période relativement équilibrée tout de même...

Le trajet dans les jambes

La fatigue fait sans doute son effet, toujours est-il que ce début de tiers est à sans unique puisque les malheureux Orques ne voient pas le jour, assaillis de toutes part par les attaques brestoises tour à tour lancés par Slysh qui manque de peu, en plongeant, de récupérer un palet devant l'igloo visiteur (21'21). Mais cette fois-ci, la faille survient beaucoup plus tôt dans le tiers puisque Veret, après avoir éliminé son adversaire direct, expédie la rondelle dans un trou de souris que Filiatrault découvre avec étonnement (2-0 à 22'03). Toujours insatisfaits de ce double avantage, les Brestois poursuivent leur effort, les coups de boutoir consécutifs de Sharyton et Yven Sadoun en étant les plus flagrantes preuves face à une équipe basque bien muette et atone. Mise à part une petite altercation entre Daramy bien excité et Veret, rien n'était à noter du coté angloy avant que Garbocz, alors que les visiteurs sortaient tout juste la tête de l'eau, ne réduise le score d'un tir vicieux qui trouve le chemin des filets à l'étonnement général et dans le plus grand des silences (2-1 à 29'23). Les Brestois ne tardent pas à réagir puisque tout juste après un slalom sans issue positive d'Yven Sadoun (31'11) dans la zone adverse, Slysh parvient à récupérer un palet qui traînait par là pour le transformer en boulet de canon qui vient faire sauter la gourde de Filiatrault en pleine lucarne (3-1 à 32'50).

Anglet réagit bien enfin en toute fin de tiers, ce qui leur vaut d'ailleurs un deuxième but par l'intermédiaire de Daramy qui allume plein axe Dell'Olio. Ce dernier conteste bien la validité du but mais malgré les huées du public brestois, M. Bachelet accordera tout de même le but, marqué involontairement du patin selon lui (3-2 à 35'36).

Une fin de feu

Le sous-titre est trompeur en ce début de troisième période puisque le match met du temps à redémarrer une fois encore. En effet, après huit minutes de jeu, seules les frappes timides de Niedziolka dans la mitaine de Filiatrault (45'11) puis d'Yven Sadoun à côté du but (46'06) ont été données en amuse-gueule aux 1100 spectateurs. Puis le sursaut survient enfin dans ce dernier tiers quand Yven Sadoun, profitant d'un mauvais contrôle de Saint-Onge à la médiane, s'en va en breakaway pour glisser à mi-distance la galette sous le patin de Filiatrault laissé bien seul par sa défense pour le coup (4-2 à 51'04). À l'instar du deuxième tiers, Anglet reste muet et apathique, laissant même Tikhonov faire des frayeurs à son gardien en débordement (54'54). Seul Daramy semble encore dans le match, peut-être un peu trop d'ailleurs puisqu'une fois encore il s'excite en assénant un coup de crosse sans raison à Veret, ce qui déclenchera une bagarre générale, Daramy s'en sortant avec un gentil 2'+2'.

Survient enfin le sommet de ce match. Garbocz, suite à une cafouillage sur la cage de Dell'Olio, est tout heureux de récupérer le palet le long de la ligne avant de le pousser au fond des cages ramenant donc les deux équipes à 4-3 à 56'46. Survoltés par cette égalisation, les visiteurs pressent de plus en plus et Bob Ouellet fait même sortir son gardien pour apporter le surnombre... Une chance pour Tikhonov qui récupère le palet mais malheureusement à deux reprises il ne parvient pas à trouver les filets pourtant grands ouverts.

Un ultime temps mort angloy et une action de feu sur la cage de Dell'Olio qui essuie les assauts déterminés de Garbocz omniprésent et Dostal n'y feront rien, et le score en reste là malgré cinq dernières minutes chaudes pour les Bretons.

Les deux équipes se séparent ainsi, les Brestois exultant enfin après un tel coup de stress, mais Daramy, mécontent de l'issue du match, vient une fois de plus agresser le premier venue, en l'occurrence Yven Sadoun. Xabi Daramy, un Mindjimba 2 ? Dommage qu'il n'ait pas été aussi brillant de la crosse et des patins ce soir que des poings...

Toujours est-il qu'Anglet s'en retourne bredouille au pays basque malgré une prestation des plus honorables, manquant néanmoins peut-être d'un peu plus de mordant et de punch à des moments cruciaux du match, sans doute ce qui leur a coûté une issue défavorable face à des Brestois pas mieux en jambes mais se créant bien plus d'occasions devant la cage du brillant Filiatrault.

Compte-rendu signé William Boussard

 

Commentaires d'après-match (Le Télégramme de Brest, Ouest France et albatrosbrest.com)

Sergueï Toukmatchev (entraîneur de Brest, qui fête aujourd'hui son anniversaire) : "Ce soir, on n'était pas bien en forme. Heureusement, l'équipe avait de la motivation, c'est ce qui a fait la différence. C'est vrai, on prend des buts bêtes, mais on a essentiellement manqué de réalisme. Brest doit gagner ce genre de partie plus facilement."

Jean-Baptiste Dell'Olio (gardien de Brest) : "On a eu beaucoup plus d'occasions qu'Anglet. C'est une équipe qui travaille beaucoup mais qui tire peu, en six supériorités ils ont dû tirer trois ou quatre fois seulement. Ils travaillent tout le temps pour partir en breakaway, ça marche des fois mais pas cette fois-ci... Nous aurions pu gagner plus facilement si nous avions concrétisé nos nombreuses occasions, mais bon, le plus important est d'avoir gagné, d'autant que sur la fin j'ai eu beaucoup de chance. Concernant le deuxième but, selon moi il ne devait pas compter puisque Daramy a marqué volontairement du pied, même si l'arbitre pense le contraire. Maintenant, c'est fini, on a bien commencé 2003 !"

Karlos Gordovil (entraîneur d'Anglet) : "Brest est une bonne équipe. Ils ont quelques individualités, une ligne forte avec les frères Sadoun et Niedziolka, mais ils ont également et surtout de la quantité. Des petites équipes comme nous ne peuvent pas se permettre de rater des occasions nettes, comme cette action au bout de trente-six secondes de jeu. Nous n'avons pas été assez présents sur leur but."

 

Brest - Anglet 4-3 (1-0, 2-2, 1-1)

Samedi 4 janvier 2003 à 20h00 au Rïnkla Stadium. 1100 spectateurs.

Arbitrage de M. Bachelet assisté de MM. Phelippe et Juret.

Pénalités : Brest 12' (2', 4', 6'), Anglet 16' (0', 2', 4').

Évolution du score :

1-0 à 12'50" : Slysh assisté de Sharyton

2-0 à 22'03" : Veret assisté de Slysh

2-1 à 29'23" : Garbocz assisté de Dubois

3-1 à 32'50" : Slysh

3-2 à 35'36" : Daramy

4-2 à 51'04" : Y. Sadoun assisté de Niedziolka

4-3 à 56'46" : Garbocz assisté de Dostal et Saint-Onge

 

Brest

Gardien : Jean-Baptiste Dell'Olio.

Défenseurs : Daniel Kysela (A) - Timo Kulonen (A) ; Viktor Kastsiuchonak - Pavel Tolstik ; Aleksandr Tsyplakov - Tadeusz Pulawski.

Attaquants : Yven Sadoun - Christophe Niedziolka (C) - Loïc Sadoun ; Jérôme Veret - Viktor Sharyton - Maksim Slysh ; Sébastien Oprandi - Sami Wikström - Maksim Tikhonov ; Janne Ijäs.

Remplaçants : Gabriel Bounoure (G), Björn Albin, Denis Potapov. Absents : Jérôme Plumejeau (blessé à l'épaule), Gaël Guilhem, Wilfried Molmy, Sylvain Giet, Stéphane Lacuisse,.

Anglet

Gardien : Jean-Ian Filiatrault.

Défenseurs : Jean-Christophe Filippin - David Saint-Onge ; Mathieu Mille - Pascal Bédard ; Grégory Dubois - Mickaël Wiart.

Attaquants : Stanislas Solaux - Michal Garbocz - David Dostal ; Xavier Daramy - Géraud Maréchal - Xavier Lassalle ; Jérôme Patard - Nicolas Courally - Raphaël Larrieu.

Remplaçant : Guillaume Drouot (G). Absent : Antoine Amsellem.

 

 

Retour au championnat de France de Super 16