Dijon - Villard-de-Lans (4 janvier 2003)

 

Match comptant pour la première journée de la Poule Magnus du Championnat de France 2002/03 (Super 16).

Les Ducs de Dijon, qui accèdent pour la première fois à ce niveau de la compétition, sont bien décidés à ne pas faire de la figuration et à faire taire les mauvaises langues qui prétendent qu'ils ne méritent pas leur place en Coupe Magnus. Et pour commencer les festivités, les Dijonnais sont confrontés aux Villardiens. Dijon-Villard : une affiche alléchante, qui rappelle quelques bons souvenirs de la saison passée, où les deux équipes se sont affrontées en finale du Championnat de division 1.

Les trente premières secondes du match sont villardiennes : les Ours mettent la pression d'entrée de jeu en investissant la zone dijonnaise en moins deux secondes. Après un bref effort dijonnais, par Miroslav Pazak, les Ours reprennent le commandement des opérations et glissent sans mal le premier palet au fond de la cage dijonnaise, par Rich Metro (0-1, 1'42). Même scénario, quelques minutes plus tard, avec un nouveau but de Metro, qui a échappé à la vigilance dijonnaise (0-2, 5'11). Les deux équipes font jeu égal, et chacune tente à son tour sa chance. Les Ducs finissent par trouver la faille à la huitième minute : Dusan Barica récupère un palet qui traîne et passe à Pazak. Barica se positionne au centre et s'apprête à recevoir la rondelle mais Pazak, qui a plus d'un tour dans son sac, préfère passer à Dugas, positionné juste derrière Barica. Favarin, surpris par la manúuvre, ne peut que ramasser le palet au fond de ses filets (1-2, 7'27). Les Ducs vont ensuite profiter d'une pénalité infligée à Villard pour recoller au score : sur un tir de Pazak, Borzik dévie le palet qui transperce la défense villardienne et qui finit sa course dans les buts. A la treizième minute, les Dijonnais sont un peu secoués par les attaques des Ours mais Neckar s'interpose remarquablement comme à son habitude. Villard profitera d'une pénalité infligée à Borzik pour reprendre l'avantage (2-3, 17'10). La fin du tiers est marquée par la pénalité de match sévère infligée à Borzik pour avoir semble-t-il heurté un arbitre.

Les deux équipes sont au coude à coude. La première véritable occasion de la deuxième période est offerte à Villard après une passe trop longue de Tiphaigne pour Pazak. A la vingt-huitième minute, Mô s'empare du palet, feint de tirer, passe à Bussat mais celui-ci laisse passer la rondelle. Puis, dans la même minute, Pazak prend les choses en main et tente de percer la défense des Ours tout seul, il y parvient mais laisse le palet derrière lui, que Dugas démarqué, tente d'envoyer au fond... C'est encore raté. Villard tente à son tour de déborder les Dijonnais mais Neckar et... le poteau s'interposent. A la trente-quatrième minute, Thomas Gueguen tente de s'illustrer en affrontant seul pas moins de trois Villardiens. Les deux équipes ne parviennent pas à se départager sur cette deuxième période et le tableau d'affichage reste bloqué sur le score 2 à 3 en faveur de Villard.

Plus qu'une période pour tenter de faire basculer le match. La quarante-deuxième minute est très enflammée : Neckar ne sait plus où donner de la tête. Puis, c'est Dijon qui lance une offensive musclée sur les cages de Favarin. Finalement, c'est Gueguen qui va surprendre les Ours et permettrent aux Ducs d'égaliser (3-3, 43'57). Ce but libère les Dijonnais qui récidivent aussitôt par Pazak sur un tir fulgurant qui ne laisse aucune chance au pauvre gardien villardien (4-3, 44'41). Il est 22h30 et la ola fait son apparition dans les gradins dijonnais. Le public dijonnais s'enflamme et pousse son équipe. Les Ducs sont sur un petit nuage et la première ligne fait son show jusqu'à ce que Kolu vienne jouer les trouble-fête à la douzième minute. Puis, sur un coup de malchance, le palet vient casser la crosse de Neckar, alors sorti de sa zone pour intercepter le palet : Millar ne se fait pas prier pour pousser le palet dans la cage abandonnée par le gardien dijonnais (4-4, 54'46). Les deux équipes sont à nouveau à égalité, les cinq dernières minutes suffiront-elles pour les départager ? Et bien oui, car les Ducs sont plus déterminés que jamais : Gentilleau, sur assistance de Mô, après un superbe jeu de passes entre les deux joueurs, redonne l'avantage à son équipe (5-4, 55'32). A partir de cet instant, les Ours vont mettre une pression terrible sur les Dijonnais qui ne faiblissent pas et Neckar se montre une nouvelle fois impérial. Villard demande un temps mort : Favarin laisse sa place à un sixième joueur de champ. Le pari est risqué mais qui ne tente rien n'a rien. Les Ducs sont sur tous les palets, parviennent à dégager une première fois. Puis, Bussat s'empare du palet et n'a plus qu'à pousser le palet au fond de la cage vide (6-4,19'41). Les Ducs sont acclamés par leur public.

Joueurs récompensés : Rob Millar pour Villard et Thomas Gueguen (qui l'a bien mérité !) pour Dijon.

Compte-rendu signé @Ln

 

Commentaires d'après-match

Daniel Maric (entraîneur de Dijon) : "On a eu du mal à démarrer le match, on n'était pas dedans. En plus, sur les contre-attaques, on s'est fait un peu avoir. Ce qui est bien, c'est qu'on a su réagir. J'avais demandé à mes joueurs de tenter leur chance à la moindre occasion. Ainsi, on a eu un paquet de shoots. Après, on connaissait leur entrée de zone, on savait le boulot qu'il restait à faire. On ne s'est jamais relâché tout en jouant très discipliné. Contrairement à l'an passé, on prend un minimum de prisons stupides. C'est aussi un motif de satisfaction."

Romain Gentilleau (auteur du but décisif) : "Je pars de notre zone avec le palet. Je décide de le garder. Jérôme est devant moi, j'avais la possibilité de lui faire la passe, mais il se serait retrouvé à un contre deux défenseurs. C'était donc quasiment voué à l'échec. Finalement, je lui passe, à ce moment-là, j'ai vraiment cru qu'il allait tirer car à deux contre deux dans la zone, en général, on ne se pose pas de question, on shoote et là, il me fait une super passe en enrhumant tout le monde, après, j'ai tiré direct. C'est une belle action collective. Je fais mon trou, mais ce n'est pas une finalité, je bataille dur depuis septembre, ça porte ses fruits."

 

Dijon - Villard-de-Lans 6-4 (2-3, 0-0, 4-1)

Samedi 4 janvier 2003 à 20h30 à la patinoire de Dijon. 700 spectateurs.

Arbitrage de M. Mendlowicz.

Pénalités : Dijon 24' (2'+20', 2', 0'), Villard 8' (4', 2', 0').

Évolution du score :

0-1 à 01'42" : Metro assisté de Piché

0-2 à 05'11" : Metro assisté de Bourgey

1-2 à 07'27" : Dugas assisté de Paazak et Barica

2-2 à 09'19" : Borzik assisté de Pazak et Smidriak (sup. num.)

2-3 à 17'10" : Roh assisté de Bourgey et Girard (sup. num.)

3-3 à 43'57" : Gueguen assisté de Smidriak

4-3 à 44'41" : Pazak assisté de Bouché

4-4 à 54'46" : Millar

5-4 à 55'32" : Gentilleau assisté de Mô

6-4 à 59'41" : Bussat

 

 

Retour à la page du Super 16