Rouen - Mulhouse (1er février 2002)

 

Match comptant pour la sixième journée de la poule Magnus du championnat de France 2002/2003 (Super 16).

La rencontre a été spectaculaire avec dix superbes buts. Émotive avec un scénario rebondissant. Joviale avec de bons supporters. Le spectateur neutre aura apprécié, un match idéal pour la propagande du hockey que la fédération une fois de plus n'a pas su vendre à la télévision. Ce n'était pourtant pas faute d'attendre ce match. Depuis au minimum un mois et demi, les amateurs de hockey attendaient cette partie.

Pourtant, après ce match sans vainqueur, personne n'est plus avancé. Aucune des deux équipes n'a pris l'ascendant sportif et psychologique sur l'adversaire. On notera que les Scorpions ont glané un point à l'extérieur, ce qui est loin d'être négligeable, mais Grenoble a déjà réussi cet exploit sur l'île Lacroix. Les Rouennais ont joué sur leurs qualités, courage et réalisme, en étant présent en attaque alors que les Mulhousiens, collectifs et rapides, à la défense de fer, ont éprouvé leur système en encaissant cinq buts, dont trois dans la seule dernière période. Du jamais vu ! Seuls Gap et Brest avaient inscrit plus d'un but - deux pour être précis - en vingt minutes à la défensive d'Eriksson. Pour marquer leurs deux buts, Bretons et Gapençais avaient nettement profité d'un relâchement naturel des Mulhousiens, menant largement au score, ce qui n'était pas le cas ce soir en glace normande. Ce qu'il faut retenir finalement, ce sont les Rouennais conservant la tête du championnat avec un point d'avance sur les Alsaciens.

Dans le vingt médian, les Dragons ont saboté leurs bons travaux physiques et réalistes du premier tiers. En quinze minutes, les Scorpions, pourtant éloigné de deux buts depuis la quatorzième minute de jeu, vont revenir de l'arrière et mener d'un but au moment du second surfaçage. Les Mulhousiens vont empêcher toutes les relances rouennaises en "forçant" à deux joueurs, très haut dans la zone offensive. Maîtres dans la zone neutre et à la bleue, les attaques mulhousiennes sont nombreuses et s'apparentent à des mini-contres. Les Normands vont en balbutier leur hockey. Les interceptions et passes précises mulhousiennes créeront des "deux contre un", mini-échappées et autres "un contre un" gagnants, qui feront craquer trois fois l'équipe normande en grande difficulté dans cette période.

C'est quasiment à deux lignes, comme depuis que les affaires du RHE vont mal dans cette partie, avec cinq arrières et sept attaquants - exit Bellemare et Geffroy qui reviendront épisodiquement aider leurs aînés - que les Rouennais vont faire l'essentiel du dernier tiers. La révolte des Dragons remet les pendules à l'heure. En supériorité, ils égalisent avant de reprendre les devants moins de trois minutes plus tard. Toutefois, les chevauchées croisés des Scorpions gênent encore la défensive rouennaise qui accordera des occasions dont deux seront comptabilisés. Cette fois, menant de nouveau à la marque, l'arrière mulhousien Dusan Brincko veut ramener la victoire et motive Fabrice Lhenry pour "fermer la porte" ! Par l'entrebâillement, les Dragons parviennent tout de même à égaliser à la faveur d'un excellent jeu de Simon Lacroix à droite qui, d'une passe sublime, a habilement préparé le but de Pierre Allard démarqué dans le slot (5-5 à 57'38).

Afin d'ouvrir le score tôt dans la partie, David Saint-Pierre y était allé d'un exploit personnel entre deux Mulhousiens, aidé par un écran d'Eric Doucet, quand sur la gauche le long de la bande il repiquait vivement vers le but, résistant à Jukka Ollila, et balayait la rondelle à ras la glace pour le premier et tardif lancer cadré des rouennais (1-0 à 3'12).

C'est toujours excentré à gauche que le joueur de centre canadien distilla une longue passe savante dans l'espace libre de l'enclave où Allan Carriou se dirigeait. L'arrière international prit le meilleur sur Richard Aimonetto pour reprendre de volée le palet qui finissait sa course dans les filets de Fabrice Lhenry (2-0 à 13'49).

Lionel Bilbao mit Richard "Magic" Aimonetto sur les bon rails. Accompagné de Steve Michou, l'ailier international jouait un "deux contre un". Au premier poteau, il feintait la passe et finalement levait imparablement le palet du revers dans la lucarne, Magistral ! (2-1 à 22'03).

Lilian Prunet récupérait, de la neutre, l'arrière tricolore lançait à l'opposé Steve Michou. Arrivé seul dans le haut du slot, l'ailier frappait le caoutchouc. Le disque tapait l'intérieur du poteau droit d'Éric Raymond pourtant bien avancé, puis le gauche avant de rentrer dans le but rouennais... (2-2 à 33'45).

Olivier Coqueux, à droite, recevait une passe de la gauche venue d'Anders Strandberg dans la zone neutre. Le joueur de centre passait la bleue en "enrhumant" le dernier défenseur normand. Arrivé dans le haut de l'enclave, il donnait un dernier coup de reins pour se présenter définitivement seul face à Éric Raymond et lever le palet du revers au dessus du bouclier du gardien (2-3 à 37'29).

Rouen égalisait une première fois en jeu de puissance. Simon Lacroix attendait qu'Éric Doucet se démarquât en faisant le tour de la cage. L'arrière délivra à son capitaine une passe de chef d'orchestre. Le petit top-buteur rouennais glissa avec intelligence la rondelle entre les jambières du gardien mulhousien (3-3 à 45'31).

David Saint-Pierre, seul dans l'enclave, faisait prendre les devants aux Dragons en reprenant de volée à mi-hauteur (!) une ouverture de Simon Lacroix récupérateur-passeur (4-3 à 47'54).

Vincent Bringuet, sur la droite, reprenait dans un angle très fermé un long retour de tir puissant d'Anders Strandberg, pour envoyer le palet sous la barre d'Éric Raymond un genou à terre (4-4 à 51'43).

Lionel Bilbao donnait une bonne passe entre deux Rouennais à Steve Michou démarqué sur la droite. L'ailier eut tout le temps de s'approcher, de s'arrêter devant le but et de soulever l'engin dans le haut des filets au-dessus d'Éric Raymond livré à lui-même (4-5 à 52'30). Puis ce fut l'égalisation susmentionnée...

Compte-rendu signé Thierry Frechon

 

Commentaires d'après-match (dans Paris Normandie et L'Alsace)

Simon Lacroix (défenseur de Rouen) : "Nous voulions remporter tous nos matches à domicile, alors on ne peut pas être satisfaits. Ce n'est pas un bon résultat. La seule chose positive que l'on peut retenir, c'est que notre équipe a du caractère, car elle n'a pas cédé. On a fait des erreurs en zone neutre. Aussi peut-on presque dire que Mulhouse a marqué ses buts en exploitant nos erreurs alors que nous avons inscrit les nôtres grâce à notre jeu."

Christer Eriksson (entraîneur de Mulhouse) : "On jouait dans un temple du hockey où nos adversaires sont invaincus depuis un an, et on ne leur a pas offert une soirée tranquille. Nous avons su trouver le bon tempo après une première période durant laquelle nous étions très crispés face à une première ligne adverse redoutable. Nous avons encore démontré une grande force morale pour revenir dans le match. Nous aurions même pu rentrer à la maison avec la victoire si le palet n'avait pas flirté avec la ligne durant la prolongation. Mais ce point est quand même un point gagné. Ils nous ont fait aucun cadeau, on a ce que l'on mérite. Je suis content pour Steve Michou. Il n'est pas encore à 100 % physiquement et il arrive à marquer deux fois dans un match au rythme très élevé. Le nouveau, John Wikström, est très mobile pour sa taille, mais il faut lui laisser du temps. Tout ça, c'est encourageant. Maintenant, on sait vraiment qu'on peut être à la hauteur".

 

Rouen - Mulhouse 5-5 (2-0, 0-3, 3-2)

Samedi 1er février 2003 à 20h00 sur l'île Lacroix. 2522 spectateurs.

Arbitrage de M. Benoist assisté de MM. Bouguin et Bataillie.

Pénalités : Rouen 30' (6'+10'+10', 4', 0'), Mulhouse 24' (6', 4'+10', 4').

Supériorités : Rouen 1/5 (20%), Mulhouse 0/2 (0%).

Tirs : Rouen 37 (12, 9, 15, 1), Mulhouse 32 (7, 15, 8, 2).

Occasions manquées : Rouen 7 (3, 2, 3, 0), Mulhouse 13 (1, 7, 4, 1).

Arrêts : Raymond 27/32 (84%), Lhenry 32/37 (86%).

Évolution du score :

1-0 à 03'12" : Saint-Pierre assisté de Doucet

2-0 à 13'49" : Carriou assisté de Saint-Pierre et Doucet

2-1 à 22'03" : Aimonetto assisté de Bilbao et Ollila

2-2 à 33'45" : Michou assisté de Prunet

2-3 à 37'29" : Coqueux assisté de Strandberg et J. Wikström

3-3 à 45'31" : Doucet assisté de Lacroix et Carlsson (sup. num.)

4-3 à 47'54" : Saint-Pierre assisté de Lacroix et Geffroy

4-4 à 51'43" : Bringuet assisté de Strandberg

4-5 à 52'30" : Michou assisté de Bilbao et Aimonetto

5-5 à 57'38" : Allard assisté de Lacroix et Saint-Pierre

 

Rouen

Gardien : Éric Raymond.

Défenseurs : Simon Lacroix - Daniel Carlsson ; Allan Carriou - Nicolas Besch ; Nicolas Pousset.

Attaquants : Pierre Allard - David Saint-Pierre - Eric Doucet ; Jimmy Provencher - Arnaud Briand - Pierre-Édouard Bellemare ; Sami Karjalainen - Alain Vogin - Thibault Geffroy ; Aram Kevorkian (de 03'36" à 13'36").

Remplaçants : Landry Macrez, Benoît Quessandier, Geoffroy Bessard du Parc et Terry Prunier. Absent : Guillaume Besse (blessé).

Mulhouse

Gardien : Fabrice Lhenry.

Défenseurs : Lilian Prunet - Jukka Ollila ; Anders Strandberg - John Wikström ; Dusan Brincko - Tobias Ablad.

Attaquants : Richard Aimonetto - Lionel Bilbao - Steve Michou ; Juraj Faith - Olivier Coqueux - Guillaume Chassard ; Vincent Bringuet - Shin Yahata-Larsson - Johan Lindgrén.

Remplaçants : Stéphane Burnet (G), Francis Ballet et Étienne Croz. Absents : Jean-Michel Larroque (raisons personnelles), Miikka Ruokonen (blessé) et Thomas Bergamelli (blessé).

 

 

Retour au Super 16