Brest - Mulhouse (22 février 2003)

 

Match comptant pour la neuvième journée de la poule Magnus du championnat de France 2002/2003 (Super 16).

Il est vrai que les Brestois en ont surpris plus d'un ce soir... Regroupés, unis et organisés défensivement, les Brestois ont su tenir la dragée haute au leader mulhousien venu sans doute un peu trop "la fleur au fusil" et qui aura couru après le score tout au long du match. Les visiteurs alsaciens, étonnamment lents et manquant d'inspiration, ont toutefois su rester sérieux pour accrocher un match nul, 2-2, plutôt flatteur au vu d'une prolongation torride pour un Lhenry souvent mis à contribution lors de cette soirée, qui aura finalement été un match de gardiens...

Alors que Prunet et Lhenry pensaient retrouver leur ancien coéquipier à Brest Christophe Niedziolka, celui-ci ne pouvait répondre à l'invitation, s'étant sectionné le tendon d'Achille la veille à l'entraînement, la faute à un geste malheureux sur un patin mal rangé dans les vestiaires. Opéré le vendredi soir, le capitaine brestois a donc tiré une croix sur sa saison... voire plus. Toujours est-il que le malheur des uns fait le bonheur des autres, c'est bien connu, et Ijäs passant au centre à la place de Niedz', cédait lui-même sa place sur la troisième ligne à Steph' Lacuisse. Gaël Guilhem ainsi que Björn Albin faisaient leur retour sur le banc brestois en raison des nombreux blessés...

Brest crée la surprise

Le match démarre donc avec en tribune de presse le rassemblement de l'infirmerie brestoise qui s'était réuni pour voir les "potes" en bas. Et ça démarre même plutôt bien avec un premier bon tir d'Ijäs en débordement (00'34) dès les premières secondes de jeu qui aura comme intérêt de rentrer Lhenry de suite dans le match. Le gardien mulhousien a de nouvelles occasions de se chauffer sur des tirs de Loïc Sadoun ou Kastsiuchonak à deux reprises. Seulement, si Brest a l'occasion à deux reprises de mettre à profit de bons jeux de puissance dès le début du match, il n'en sera rien et c'est même Mulhouse qui reste dangereux sur un bon lancer d'Ollila sortant de prison (03'44). Mais, non content d'avoir laissé passer deux supériorités, les Brestois et la ligne "made in Belarus" passent l'accélérateur une première fois lorsque Tikhonov sur un débordement le long de la bande trouve Lhenry (08'05) en passant devant la cage... Un prémice aux choses sérieuses ? Un prélude à la guerre ? Toujours est-il que Slysh posté comme à son habitude à la rouge seul à attendre, alors que son équipe souffrait, finira par récupérer un bon palet de Sharyton pour aller seul tromper pleine lucarne Lhenry (1-0 à 11'33).

Mulhouse, décidé à répondre, le fait savoir à plusieurs reprises par des occasions plus ou moins tranchantes par l'intermédiaire de Strandberg à l'issue d'un siège en règle en supériorité (12'54) ou par le jeune mais non moins talentueux Bringuet d'un bon slap de la gauche bloqué par Bounoure (19'36). Le tout alors que Tikhonov, bien en vue, parvient à mettre à profit son travail sur la gauche en centrant, mais Sharyton à la réception tombe sur le cerbère alsacien (16'46). Seulement, malgré leur bonne volonté, les Mulhousiens, un peu atones et au ralenti lors de ce premier tiers, ne peuvent pas revenir au score d'ici la fin des vingt premières minutes bien maîtrisées par des Brestois considérablement plus motivés qu'à l'accoutumée.

Le réveil mulhousien

Les hostilités ne tardent pas à se remettre en place avec une égalisation mulhousienne dès la rentrée des vestiaires qui coupe rapidement court à l'euphorie brestoise : sur une action confuse, Strandberg parvient étrangement à arriver jusqu'au but brestois et obtient une égalisation toute aussi étrange, au ralenti et dans un trou de souris, tout cela sans réellement shooter (1-1 à 21'45). Légèrement assommés, les Brestois tentent de repartir de plus belle en profitant de pénalités adverses, seulement l'avantage numérique n'est pas le fort de Brest cette saison, et une fois de plus cela ne donne rien si ce n'est un bon tir de Loïc Sadoun excentré à mi-distance (26'20)...

Sans doute plus à l'aise à égalité numérique, les Brestois créent donc le danger consécutivement sur un face-à-face loupé de Lacuisse (28'30) contre Lhenry puis sur un pressing dangereux sur la cage visiteur qui essuie les redoutables lancers des Lacuisse, Wikström et autres Tolstik, Giet ou Potapov (28'59)... Ces grosses occasions brestoises ont le don d'agacer particulièrement le maître à jouer Faith qui se déchaîne et montre de quoi il est capable à quatre reprises, une première fois en loupant la lunette de Bounoure de justesse sur sa gauche (29'35), une deuxième fois en voyant son tir arrêté miraculeusement par les pieds du très en vue Gaby Bounoure qui plonge en sens inverse alors que le but semblait ouvert... Le tout avant que Strandberg ne récupère le palet pour allumer à la bleue Bounoure qui sort le grand jeu en arrêtant parfaitement la frappe axiale (31'27). "Gaby ! Gaby ! Gaby !" hurle le kop qui n'en revient pas du double arrêt venu d'ailleurs du gardien brestois. Faith n'en a pas fini avec son festival puisqu'il décide de s'en aller une nouvelle fois en duo avec son compère Strandberg pour un double-tir de nouveau paradé par Bounoure qui entend désormais son nom scandé dans les tribunes brestoises entièrement acquises à sa cause (33'40). Faith est grand, Faith est fort dans cette équipe alsacienne, mais il ne peut changer davantage le score d'ici la fin du tiers, et ce malgré de nouvelles occasions (37'40), en duo avec Bringuet cette fois-ci. La deuxième période a finalement vu les Brestois souffrir mais tenir courageusement et vaillamment face aux assauts, des Faith, Strandberg, Bringuet ou autres Yahata...

Les équipes se neutralisent

Pour ne pas déroger aux bonnes habitudes prises durant la rencontre, d'entrée de troisième tiers et grâce à une pénalité prise par Strandberg en toute fin de deuxième période, Pulawski, d'un lancer limpide de la bleue, trouve la lunette gauche de Lhenry resté sans réaction pour une fois (2-1 à 40'27). L'euphorie gagne alors les travées du Rïnkla, les spectateurs réalisent que l'exploit est proche. Cette fois-ci, la réaction mulhousienne est bien moins franche, et seul Lindgren semble apte à répondre aux Brestois d'un slapshot sur la gauche (42'10). Malheureusement, quatre minutes de pénalités consécutives ont raison des Brestois qui craquent encore par fatigue sur un somptueux but des Mulhousiens baladant pour le coup de gauche à droite la défense Brestoise aux abois, laissant dans l'axe Lindgren, encore lui, qui reprend en pleine lucarne (2-2 à 47'18).

Ce but tombe en même temps que surviennent les crampes - désormais habituelles - de Bounoure. Complètement tétanisé par la douleur, le Brestois peine à rentrer aux vestiaires, laissant sa place à Flo' Uguen, cadet rentrant pour la deuxième fois en S16... Loïc Sadoun, un peu moins à son aise qu'à l'habitude, met le feu un peu plus encore dans la tribune en partant de sa zone seul pour venir finalement buter, au terme de maints et maints dribbles endiablés, sur Lhenry toujours bien concentré (51'15). Quelques pénalités mulhousiennes sont une fois de plus non concrétisées, et les rares occasions de Strandberg bien stoppé depuis la bleue par Uguen (52'51) puis en solitaire face à Bounoure de retour dans ses cages (57'00), ne font pas évoluer le score qui mène donc les deux équipes tout droit en prolongation...

Brest manque l'exploit

Partis pour cinq minutes, les Scorpions Alsaciens ont sans doute l'intention d'en rester sur ce score, à l'inverse des Brestois qui tentent le tout pour le tout en mettant une pression de tout les instants sur le but de Lhenry, tantôt assiégé par un centre de Loïc Sadoun qu'Ijäs récupère avant de voir la rondelle flirter avec le mauvais côté du montant (62'17), tantôt sur de nouvelles occasions d'Ijäs (63'19) tout feu tout flamme au sein de la première ligne brestoise lors de cette prolongation... Puis soudain, voilà que M. Bourreau décide de siffler une pénalité à l'encontre de Brincko (64'06). Le malheureux Scorpion est tout de même heureux de voir les Brestois gâcher une nouvelle fois leur supériorité et en rester sur ce score de 2-2.

Ce match a été marqué par les deux gardiens qui ont multiplié les arrêts venus d'ailleurs, d'autant plus que les Ijäs, Pulawski, Slysh ou Tikhonov côté brestois, Strandberg, Faith, Bringuet ou Lindgren côté mulhousien, ont su combiner et patiner dans le bon sens pour tenter en vain de déstabiliser les défenses adverses qui ont donc fait preuve de grande rigueur de part et d'autre. Les Brestois empochent donc un point précieux face à une telle équipe, bien en dedans par rapport à son niveau habituel, ce qui ne doit néanmoins pas rabaisser la prestation des Albatros qui ont montré que face aux "ogres" ils savent être une véritable équipe et démontrer leur vraie valeur.

Cette journée du 22 février étant placée sous le thème de la journée sans violence par le ministère de la jeunesse et des sports et par le CNOSF, Sylvain Giet a été élu joueur le plus fair-play à Brest, Fabrice Lhenry remportant également le titre de son côté... Deux "exemples" de fair-play qui auront donc la chance de rentrer chez eux avec de bien beaux poulets de Chanzé...

Les joueurs du match : 1 Tadeusz Pulawski, 2 Gabriel Bounoure, 3 Fabrice Lhenry, 4 Juraj Faith, 5 Anders Strandberg.

Compte-rendu signé William Boussard

 

Commentaires d'après-match (sur albatrosbrest.com)

Loïc Sadoun (attaquant de Brest) : "Je penses que le 2-2 est mérité, et avec pas mal de blessés chez nous. Je n'ai pas marqué et donc je dois une bière à papa. Ils auraient pu gagner comme nous aurions pu gagner, donc il n'y a rien à redire, comme ça tout le monde est content..."

Christer Eriksson (entraîneur de Mulhouse) : "Depuis le début du championnat, nous avons une réussite énorme que nous-mêmes, nous ne nous expliquons pas. À chaque victoire, nous nous rapprochons d'une défaite, et depuis quelques matchs je sentais qu'on était moins concentré. Nous travaillons plus sur le physique, déjà en vue des demi-finales. Aujourd'hui, Brest a bien joué, a fait un bon hold-up avec un gardien tonitruant et un Kysela tout aussi formidable. On sentait bien qu'ils pouvaient nous battre à tout instant. Nous ne sommes pas venus avec assez d'humilité, nous n'avons pas respecté suffisamment l'adversaire. Sans vouloir nous chercher des excuses, nous avons été loin de notre niveau, nous sommes capables de beaucoup mieux. Brest a de bonnes individualités sans avoir de gros collectif, mais aujourd'hui ça a suffi contre nous..."

Fabrice Lhenry (gardien de Mulhouse) : "Brest a bien joué défensivement, Gaby Bounoure a fait deux ou trois arrêts déterminants qui a garder Brest dans le match. Mais je vais être honnête, d'habitude on joue beaucoup mieux, et aujourd'hui on ne patinait pas du tout, on était tout le temps en retard, on a pris pas mal de pénalités. D'habitude, grâce à notre vitesse, ce sont les autres équipes qui sont pénalisées. Contre Amiens, on avait su élever notre jeu, contre Dijon non, ça fait deux mauvais matchs que l'on fait sur les trois derniers, il va falloir retourner au boulot ! Je voulais rajouter une chose, c'est que je suis déçu que Jérôme [Viel] arrête d'être kiné des Albatros. Ça fait 6-7 ans que je le connais, 10 ans qu'il exerce pour les Albatros et le fait qu'il parte maintenant dans une autre voie me déçoit un peu. Mais son départ va être fêté ce soir..."

 

Brest - Mulhouse 2-2 a.p. (1-0, 0-1, 1-1, 0-0)

Samedi 22 février 2003 à 20h00 au Rïnkla Stadium. 900 spectateurs.

Arbitrage de M. Bourreau assisté de MM. Leszko et Juret.

Pénalités : Brest 14' (2', 8', 4', 0'), Mulhouse 14' (4', 6', 4', 2').

Évolution du score :

1-0 à 11'33" : Slysh assisté de Sharyton et Tsyplakov

1-1 à 21'45" : Strandberg assisté de Yahata et Åblad

2-1 à 40'27" : Pulawski assisté de L. Sadoun et Kysela (sup. num.)

2-2 à 47'18" : Lindgren assisté de Michou (sup. num.)

 

Brest

Gardien : Gabriel Bounoure (remplacé par Florent Uguen de 47'18" à 50'06").

Défenseurs : Daniel Kysela - Tadeusz Pulawski ; Viktor Kastsiuchonak - Aleksandr Tsyplakov ; Sylvain Giet - Pavel Tolstik.

Attaquants : Loïc Sadoun - Janne Ijäs - Yven Sadoun ; Viktor Sharyton - Maksim Tikhonov - Maksim Slysh ; Sami Wikström - Stéphane Lacuisse - Denis Potapov.

Remplaçants : Björn Albin, Gaël Guilhem.

Mulhouse

Gardien : Fabrice Lhenry.

Défenseurs : Lilian Prunet - Jukka Ollila ; Dusan Brincko - Tobias Ablad ; Anders Strandberg.

Attaquants : Richard Aimonetto - Steve Michou - Juraj Faith ; Olivier Coqueux - Shin Yahata-Larsson - Guillaume Chassard ; Johan Lindgren - Vincent Bringuet - Jean-Michel Larroque.

Remplaçants : Stéphane Burnet (G), Francis Ballet, Étienne Croz, Thomas Bergamelli.

 

 

Retour au championnat de France de Super 16