Dunkerque - Besançon (22 février 2003)

 

Match comptant pour la septième journée de la poule de maintien du Championnat de France 2002/03 (Super 16).

Une "MLD" (Maladie des Longs Déplacements). Tel est l'acronyme utilisé par Alain Pivron pour expliquer l'absence de son buteur Karel Kadlec, qui s'ajoute à celles de Kubis suspendu, de Drzik blessé à l'épaule, et de Sibon en vacances. Il y a un ressort de cassé dans cette équipe bisontine, et même le récent versement des salaires de janvier n'y peut rien. La débâcle financière s'accompagne d'une déchéance sportive, et seuls dix joueurs font le déplacement, à la limite du forfait.

On comprend donc que, après trois défaites en championnat face à Besançon, Dunkerque n'a pas trop de mal cette fois à empocher sa première victoire. Le seul à pouvoir réellement endiguer l'abordage des Corsaires est le gardien Stéphane Ménard, et il s'y emploie sur un breakaway de Haapasaari. Même s'il reçoit un coup de main de son poteau sur un lancer de la bleue de Ghislain Folcke, il finit quand même par s'incliner face à Haapasaari.

Au deuxième tiers-temps, Besançon a néanmoins une réaction d'orgueil et commence à faire chauffer la glace autour des buts d'Aspblad, qui saura préserver son blanchissage sur ces quelques occasions. Mais une échappée de Krisak, stoppée par Ménard, relance les Dunkerquois, qui élargissent ensuite le score par l'intermédiaire de Sébastien Trabach et Benjamin N'Guyen.

 

Dunkerque - Besançon 3-0 (1-0, 1-0, 1-0)

Samedi 22 février 2003 à 18h45 à la patinoire Michel-Raffoux. 520 spectateurs.

Arbitrage de M. Bocquet assisté de MM. Gremion et Bataillie.

Pénalités : Dunkerque 14'+10', Besançon 18'+30'.

Tirs cadrés : Dunkerque 38 (14, 8, 16), Besançon 11 (3, 4, 4).

Évolution du score :

1-0 à 10'55" : Haapasaari assisté de Krisak et Bécuwe

2-0 à 38'46" : Trabach

3-0 à 41'43" : N'Guyen assisté de Haapasaari et Cooper

 

Retour à la page du Super 16