Rouen - Brest (1er mars 2003)

 

Match comptant pour la dixième journée de la poule Magnus du championnat de France 2002/2003 (Super 16).

Pleins de bonne volonté, les Dragons ont renversé l'étonnant obstacle breton. Pourtant prévenus, les Normands, avec un Éric Raymond en forme, ont failli se faire surprendre. Après avoir accroché en rade Mulhouse (2-2), puis battu une équipe d'Amiens déconfite en terre picarde (2-5), les Albatros, avec un catalogue de blessés dont quatre titulaires (Dell'Olio, Kulonen, Niedzolka et Slysh), s'attaquaient à l'ogre rouennais qui voulait oublier un indigent mois de février - une seule victoire en cinq matches - et alignait une nouvelle fois dès le départ quatre juniors (Besch, Doreille, Geffroy et Kevorkian).

Les joueurs de Franck Pajonkowski ont dominé les préliminaires de la confrontation mais sont restés imprécis dans les tirs. Tôt, ils vont brillamment - aucun shoot breton - annihiler une première infériorité (2'18). Puis, Aram Kevorkian est le premier rouennais à se mettre en évidence. C'est lui qui sur un bon pressing de la troisième ligne récupère et donne le premier lancer cadré. Le jeune ailier a montré la direction à suivre. C'est ce que feront Éric Doucet et Jimmy Provencher dans une attaque "Gilette"... à deux lames. La première, Éric Doucet, couche le gardien adverse qui renvoie la rondelle. La deuxième, Jimmy Provencher, reprend de plein fouet le caoutchouc que stoppe Gabriel Bounoure d'une magnifique lecture de jeu (5'25).

Pendant ce temps, les Armoricains procèdent en contre. Sami Wikström vérifie l'état de santé d'Éric Raymond (6'28). Le check-up du gardien rouennais est parfait. Tout est donc en ordre pour les Rouennais, jusqu'à ce que Thibault Geffroy soit légèrement ouvert au visage (9'16). Le "serial siffleur" ne verbalise pas le saignement du junior qui devra se faire recoudre avant de reprendre le jeu au deuxième tiers. C'est beaucoup plus tard que les "Noirs et Jaunes" bénéficient d'un premier jeu de puissance (10'43). Celui-ci aurait pu être lucratif, soit sur un nouvel envoi de Jimmy Provencher, mais Gabriel Bounoure réalisera un autre magnifique arrêt (10'55), soit sur une puissante tentative lointaine de Daniel Carlsson. Le slap de la bleue du Suédois est impeccablement détourné du droit chemin par le portier breton (11'16).

Cette emprise infructueuse sur le match mit encore plus les Rouennais, jouant toujours plus haut, en danger sur chacun des contres brestois. Déjà, Éric Raymond sauva son camp d'une bonne parade de la mitaine en face-à-face devant Loïc Sadoun qui avait bien pointé la lucarne (12'42). On fut donc à peine surpris de voir Brest ouvrir le score à la faveur d'un "trois-contre-deux" avec Maxim Tikhonov et Jérôme Veret jouant "à toi, à moi, à toi" afin de trouver les filets normands (0-1 à 16'47). C'était un remake du match de mardi soir dernier entre Amiens et Brest. Il fallait remettre de l'ordre dans la maison normande. L'architecte d'intérieur en chef, Éric Doucet, disposait d'une bonne chance qui fut déroutée (17'26) suivit d'une autre non cadrée de l'artificier Jimmy Provencher (17'38). Ça chauffait sur la côte ! Les Albatros pour contrer les assauts des Dragons employaient des "retenir" plus ou moins licites dont un fut, enfin, réprimandé par le shérif Mendlowicz (18'07). Mais ce deuxième "power-play" qui clôturait la première période ne sera pas probant.

À la reprise, David Saint-Pierre faisait basculer presque à lui seul le cours de la rencontre. D'abord, il égalisait avec l'aide de Jimmy Provencher (1-1 à 20'34). Ensuite, moins de trois minutes plus tard, le joueur de centre récidiva en supériorité afin que les Dragons prennent les devants (2-1 à 23'14). Entre ces deux exécutions, Éric Raymond signa un nouvel exploit décisif sur le second breakaway du capitaine intérimaire Loïc Sadoun (23'07). Les Dragons menaient, et désormais, ils jouaient moins haut. Ils tuaient sans trop de souci une deuxième pénalité (27'50). Puis, les Rouennais, flamboyants, ajoutaient un troisième but rageur de la part d'Arnaud Briand. L'international reprit un rebond laissé libre après un lancer trempé de l'enclave expédié par Pierre Allard (3-1 à 29'31). David Saint-Pierre eut une nouvelle chance de marquer lors d'un "trois contre deux" très bien manúuvré qui fut écarté des filets soit par la barre, soit par un réflexe de Gabriel Bounoure (31'06) ? Après une nouvelle prison effacée par les unités spéciales normandes (33'40), l'euphorie rouennaise était moins notable. Les Dragons ne se mirent plus en évidence. Plus tard, Janne Ijäs se procurait une occasion arrêtée avec maestria par Éric Raymond (38'06). Le retournement de situation a été un peu fatal à la réflexion rouennaise, et ayant eu lieu près de la seconde pause, cette occasion n'a pas été perçue comme un avertissement.

Au retour des vestiaires, Éric Doucet et Loïc Sadoun étaient décontractés, plaisantant cordialement au moment de la mise en jeu. Mais le capitaine rouennais n'aura plus le sourire quelques minutes plus tard quand Aleksandr Tsyplakov, dans l'axe du but, parvenait, en double supériorité, à réduire la marque, envoyant de la bleue à ras la glace pour tromper Éric Raymond masqué (3-2 à 43'21). Le capitaine rouennais faisait sans doute grise mine aussi quand il vit Denis Potapov égaliser assez facilement de près suivant un excellent slalom en "cabine téléphonique" de Sami Wikström (3-3 à 48'26).

Tout le bon travail des Normands lors de la deuxième période était anéanti. Il fallait de nouveau à l'offensive rouennaise combler les écarts de conduite d'une rigueur défensive ballottée. Jimmy Provencher se créait une occasion mais l'ailier ne trouvait pas le cadre (49'24). Quelques secondes plus tard, un bon travail d'Alain Vogin purifiait un palet en faveur d'Arnaud Briand placé derrière la cage. Plein de courage, malgré un Brestois assaillant sur le dos, le joueur de centre conservait la rondelle. C'est presque à genoux que ce dernier passait le puck à Pierre Allard idéalement placé dans le slot. Le Franco-Canadien reprit l'ustensile et enfilait un but qui allait s'avérer être le gagnant (4-3 à 49'50).

Néanmoins, le suspense allait perdurer. Brest gaspilla un peu un dernier jeu de puissance en sa faveur (53'20). C'est sur cette supériorité qu'Éric Doucet se créa une occasion bien dérivée par Gabriel Bounoure (54'58). Plus tard, Daniel Carlsson ne profita pas de sa subtile infiltration. Le gardien breton sauva encore sa cage (55'22). Les Rouennais n'arrivaient pas à se mettre à l'abri à cause d'une moins grande réussite. Alors, Franck Pajonkowski demandait un temps mort pour redéfinir les objectifs et les placements de ses joueurs (56'45). Les Albatros lançaient beaucoup mais d'assez loin, ils n'amenaient pas de véritable danger sur la cage rouennaise. Tout changea après le temps mort demandé par Serguei Toukmatchev (59'26). Le coach remplaçait son gardien par un attaquant supplémentaire. Le "tout pour le tout" brestois a failli fonctionner. Viktor Sharyton a ajusté de près face à Éric Raymond. Mais le gardien rouennais réussit une superbe parade salvatrice, donnant une victoire méritée - même si Brest, restant à l'affût de la moindre opportunité, a bien résisté aux assauts rouennais en remportant deux tiers - au RHE, toujours en course-poursuite avec Mulhouse.

Compte-rendu signé Thierry Frechon

 

 

Rouen - Brest 4-3 (0-1, 3-0, 1-2)

Samedi 1er mars 2003 à 20h00 sur l'île Lacroix. 2522 spectateurs.

Arbitre : M. Mendlowicz assisté de MM. Bliek et Bouguin.

Pénalités : Rouen 12' (2', 4', 6'), Brest 6' (4', 2', 0').

Tirs : Rouen 18 (6, 7, 5), Brest 33 (9, 10, 14).

Occasions manquées : Rouen 10 (6, 1, 3), Brest 5 (2, 2, 1).

Évolution du score

0-1 à 16'47" : Tikhonov assisté de Veret et Sharyton

1-1 à 20'34" : Saint-Pierre assisté de Provencher et Doucet

2-1 à 23'14" : Saint-Pierre assisté de Provencher et Doucet (sup. num.)

3-1 à 29'31" : Briand assisté d'Allard et Vogin

3-2 à 43'21" : Tsyplakov assisté de Tikhonov (double sup. num.)

3-3 à 48'26" : Potapov assisté de Wikström

4-3 à 49'50" : Allard assisté de Briand et Vogin.

 

Rouen

Gardien : Éric Raymond.

Défenseurs : Simon Lacroix - Daniel Carlsson ; Allan Carriou - Nicolas Besch ; Simon Doreille - Nicolas Pousset.

Attaquants : Jimmy Provencher - David Saint-Pierre - Éric Doucet ; Pierre Allard - Arnaud Briand - Alain Vogin ; Aram Kevorkian - Sami Karjalainen - Thibault Geffroy (remplacé par Terry Prunier de 9'16 à 20'00).

Remplaçants : Landry Macrez (G) et Damien Raux. Absent : Guillaume Besse (blessé).

Brest

Gardien : Gabriel Bounoure.

Défenseurs : Tadeusz Pulawski - Daniel Kysela ; Aleksandr Tsyplakov - Victor Kastyuchonak ; Pavel Tolstik - Sylvain Giet.

Attaquants : Loïc Sadoun - Janne Ijäs - Yven Sadoun ; Maxim Tikhonov - Viktor Sharyton - Jérôme Veret ; Denis Potapov - Sami Wikström - Gaël Guilhem.

Remplaçants : Florent Uguen (G) et Björn Albin. Absents : Jérôme Plumejeau, Jean-Baptiste Dell'Olio, Christophe Niedziolka, Maksim Slysh, Sébastien Oprandi, Timo Kulonen et Stéphane Lacuisse.

 

 

Retour au Super 16