Tours - Clermont-Ferrand (8 mars 2003)

 

Match comptant pour la dixième journée de la poule Nationale du championnat de France 2002/2003 (Super 16).

On attendait beaucoup de cette rencontre entre le leader de la poule Nationale, invaincu, et son dauphin. Auteur d'une bonne seconde partie de championnat, les Sangliers Arvernes ont déçu. Très vite, ils ont été dominés et n'ont jamais su faire face à la machine tourangelle désormais bien huilée. Le coach clermontois a sans doute donné des consignes de prudence à ses troupes. Résultat, des joueurs très repliés et par moment l'impression d'une défense à trois...

Cependant, dès l'entame du premier tiers, c'est Frédéric Nilly qui teste Hiadlovsky d'un tir du revers pas assez puissant, profitant d'une mise en place du secteur défensif des Tourangeaux hasardeuse. Le reste consiste en un siège réglementaire des cages de Pål Grotnes : Pulscak (0'54, arrêt de la mitaine), reprise de Konopka déviée, sur un service du toujours très remuant Desrosiers (1'17), occasion pour ce même Desrosiers bien servi par Paul Fayault (3').

L'ASGT domine et donne l'impression de jouer constamment en supériorité numérique. Clermont est privé de palets et subit, ce qui oblige les Auvergnats à commettre des fautes : Naesset puis Karlsson vont en prison. Une double supériorité numérique qui ne profitera pas à l'ASGT même si Eizenman marque ; mais le but est refusé, à juste titre, l'attaquant tourangeau étant dans le slot du portier (06'14).

Sjödin tente timidement de profiter d'une erreur défensive des locaux mais Hiadlovsky fait échec à sa tentative. Clermont se met encore à la faute (Sjödin) mais Tours n'en profite pas, une nouvelle fois, malgré deux chaudes alertes signées Novosad et Eizenman.

Mais les joueurs de Millette vont avoir raison de la défense clermontoise, une première fois par Desrosiers. Après un premier tir de Simak, le n24 des Diables noirs récupère un palet en zone neutre, accélère, lance sur Grotnès qui ne peut que laisser un rebond droit sur le Canadien qui récupère et marque (1-0, 11'39). Le verrou a sauté, c'était sans doute le plus difficile à faire.

Fayault, encore très en jambe, a une belle occasion mais ne lève pas son palet alors que le portier était déjà sur la glace (12'37). Le principal danger pour Tours vient de ses propres erreurs, comme sur ce changement de ligne hasardeux qui permet à Roux de shooter dans une bonne position sur Hiadlovsky (14'20).

Deux nouvelles minutes de pénalité sont infligées aux Clermontois (Roux, 15'36) mais, malgré Novosad et Grossi (17'34), l'ASGT ne parvient pas à doubler son avantage. Ce sera fait finalement, peu avant la fin du tiers, par un but de Bohunicky, reprenant un palet qui traînait devant la cage de Grotnès (2-0, 19'06).

On pense que Clermont sera amené à se découvrir un peu plus dans les deux périodes suivantes. Mais c'est sans compter sur la capacité offensive des Diables noirs qui marquent un troisième but dès le début du deuxième tiers-temps : Jodoin récupère un palet à la bleue, lance une première fois, récupère et marque, pour un but similaire dans sa réalisation à celui de Desrosiers en première période (3-0, 21'49). Clermont s'enfonce et semble incapable de réagir. Ilavsky marque, à la réception d'une superbe passe de Grossi, par un tir ras de glace, entre les jambières du gardien (4-0, 22'54).

Toutefois, Sjodin parvient à réduire la marque. En effet, les Diables noirs, euphoriques en attaque, délaissent un peu la défense. Fayault se retrouve dernier défenseur (!). Dans la lutte avec l'attaquant arverne, il vient quelque peu buter sur Hiadlovsky, et le palet file doucement dans le but (4-1, 23'53). Le spectacle est au rendez-vous mais l'intérêt de la rencontre n'est pas pour autant relancé. Côté occasions, Eizenman, intenable (25'06), Desrosiers (27'50), Bohunicky (28'52) et Pulscak ratent leur cible.

Le jeu est rapide, les deux équipes ne fermant pas les espaces mais la domination technique et physique des Diables noirs est évidente. Clermont réplique par l'intermédiaire notamment du très bon Sami Ryhänen qui perd son duel devant un non moins bon Hiadlovsky, bien sorti au devant de l'attaquant adverse.

Et c'est finalement Paul Fayault, dans un tonnerre d'applaudissements, qui se trouve à la conclusion d'un mouvement magnifique avec Bohunicky pour marquer le cinquième but de l'ASGT (5-1, 37'56), servi par une passe au millimètre près, au moment juste. Tout simplement magnifique.

De retour des vestiaires pour l'ultime reprise, Grossi puis Bohunicky allume les premiers pétards avant que Grossi justement reprenne victorieusement un palet écarté par Grotnès sur un premier lancer de François Gleize (6-1, 51'09).

Le reste de la période ressemble un peu à du "hourra-hockey" tant les jeux sont faits depuis longtemps, et la domination tourangelle visiblement acceptée par les Auvergnats. De nouveau, c'est une petite erreur des joueurs locaux qui permet à Marinov de réduire le score (6-2, 56'18). Côté tourangeau, on se contente de gérer le résultat en laissant venir. Hiadlovsky sera d'ailleurs suppléé par son poteau peu avant le coup de sirène final.

Mais le résultat était acquis depuis longtemps déjà. L'équipe de Clermont a sans doute manqué de vigueur et d'ambition pour tenter de bousculer des Tourangeaux, sûrs d'eux-mêmes dans leur patinoire bourrée à craquer.

Compte-rendu signé E. O'Grady

 

Tours - Clermont-Ferrand 6-2 (2-0, 3-1, 1-1)

Samedi 8 mars 2003 à 20h30 à la patinoire de Tours. 1800 spectateurs.

Arbitrage de M. Barré assisté de MM. Antunès et Baude.

Pénalités : Tours 8', Clermont-Ferrand 14'.

Évolution du score :

1-0 à 11'33" : Desrosiers

2-0 à 19'00" : Bohunicky assisté de Jodoin et Fayault

3-0 à 21'49" : Jodoin

4-0 à 22'54" : Ilavsky assisté d'Eizenman et Pulscak

4-1 à 23'53" : Sjödin

5-1 à 37'57" : Fayault assisté de Bohunicky et Simak

6-1 à 51'09" : Grossi assisté de Gleize

6-2 à 56'18" : Marinov assisté de Nilly et Pageau

 

Retour au Super 16