Dinamo Moscou - Avangard Omsk (21 mars 2003)

 

Quart de finale du championnat de Russie 2002/03, troisième manche.

Même si l'Avangard Omsk a gardé espoir et croit toujours en ses chances de renverser la situation, les chiffres parlent contre lui : jamais dans les play-offs du championnat russe une équipe n'a réussi à se qualifier après avoir perdu ses deux premiers matches.

L'échec de la troupe de millionnaires ferait plaisir à beaucoup, en particulier à Moscou, où on n'aime pas beaucoup ces provinciaux qui se déplacent avec leur service de sécurité mais aussi avec leur propre eau pour éviter tout empoisonnement malveillant. Le Luzhniki fait salle comble, chose rare pour du hockey dans la capitale. Le Dinamo, qui joue devant des gradins à moitié vides en saison régulière, a rallié de nombreux amateurs de hockey derrière lui, et il n'a plus le droit de faillir.

Après cinq minutes d'observation et tâtonnement devant le rideau défensif d'Omsk, le Dinamo de Moscou, lancé par un premier tir en bonne position de Kudashov, multiplie les offensives mais se heurte à un Maksim Sokolov déjà décisif. L'Avangard Omsk doit une fière chandelle à son gardien en ce début de match tellement il est dominé, alors qu'il pourrait déjà faire ses adieux aux play-offs.

Sokolov quitte cependant la scène alors qu'une pénalité différée est sifflée contre le Dinamo. Avec six joueurs de champ, Omsk se lance dans une combinaison offensive conclue avec brio par Aleksandr Prokopiev. Le rétablissement de celui-ci est primordial pour l'Avangard qui a retrouvé sa première ligne et peut utiliser parallèlement le duo tchèque Vlasak-Patera. Mais Omsk n'est pas pour autant sorti de l'auberge, puisque Savchenkov égalise dans la minute qui suit en remportant son face-à-face avec Sokolov. Celui-ci réussit ensuite à faire avorter les offensives moscovites, y compris parfois en déplaçant sa cage. Le 1-1 à la fin du premier tiers-temps est un moindre mal pour l'Avangard, qui a passé le plus dur.

Dès la reprise, Razin trouve une bonne passe pour Savchenkov qui s'échappe mais est accroché par Rozin. Tir de pénalité évident selon les uns, simulation manifeste selon les autres... Ce sera une prison, immédiatement exploitée par Andreï Razin qui donne l'avantage au Dinamo. Ce n'est qu'à partir de ce moment, au pied du pied du mur, qu'Omsk montre enfin son vrai visage offensif. Cependant, l'Avangard ne parvient pas à faire la différence à égalité numérique, et c'est une faute d'Orekhovsky qui ouvre la voie à l'égalisation de Panov.

Le Dinamo n'arrive pas à être aussi efficace en jeu de puissance, même pas quand Ryabykin est sanctionné de cinq plus vingt minutes pour avoir blessé Razin par une crosse haute. Rater une occasion pardonne rarement dans un match aussi important. Lorsque le même Razin est pénalisé à son tour, Omsk se déploie en supériorité numérique et Tomá Vlasák marque le but vainqueur, qui donne un important sursis à l'Avangard.

À la fin du match, certains supporters moscovites énervés lancent des bouteilles de plastique et des briquets sur la glace, tentant de viser les joueurs d'Omsk, dont le deuxième gardien Vyukhin réplique en jetant un palet. Mais c'est l'idole du Dinamo, l'attaquant Andreï Razin, qui vient calmer ses propres supporters. Craignant que cette attitude entraîne une suspension de la patinoire, il leur fait savoir ce qu'il en pense en lançant sa crosse dans les tribunes. Cela aura fait au moins un heureux, l'homme qui a attrapé au vol le bâton devenu objet de collection. Vyukhin et Razin prennent des pénalités disciplinaires pour s'être mêlés de l'incident.

 

Commentaires d'après-match :

Zinetula Bilyaetdinov (entraîneur du Dinamo Moscou) : "Le match a été intéressant, serré, avec des occasions de part et d'autre. Ce sont les pénalités qui ont décidé du sort de la rencontre. Notez bien que nous avons encaissé tous les buts en infériorité. Il faut bien sûr éviter que cela se produise. Mais ce n'est pas fini. Nous jouons devant des tribunes pleines, c'est plaisant. Quant à savoir si cela est une aide ou une pression supplémentaire, cela dépend des joueurs eux-mêmes."

Aleksandr Prokopiev (Omsk, meilleur joueur du match) : "Il n'y avait rien d'autre à faire qu'aller de l'avant et marquer. Nous n'avions aucune autre pensée que la victoire. Le 0-2 dans la série nous a seulement incités à prouver que les défaites à Omsk n'étaient qu'un accident. La nuit avant le premier match, j'étais fiévreux, on m'a transporté à l'hôpital et on a diagnostiqué une angine. Pour mon retour aujourd'hui, mes coéquipiers m'ont aidé. Ils savent que je ne me sentais pas très bien. Il est toujours difficile de jouer le Dinamo, un club pour qui j'ai dépensé beaucoup d'efforts à l'époque. C'est dur pour moi de jouer contre mes amis, dans mon Dinamo, mais je suis professionnel, et je porte le maillot de l'Avangard."

 

Dinamo Moscou - Avangard Omsk 2-3 (1-1, 1-1, 0-1)

Vendredi 21 mars 2003 à la patinoire Luzhniki, à Moscou. 8800 spectateurs (guichets fermés).

Arbitrage de M. Antropov. Pénalités : Moscou 14', Omsk 14'+5'+20'.

Tirs cadrés : Moscou 31 (9, 10, 12), Omsk 29 (5, 12, 12).

Évolution du score :

0-1 à 09'36" : Prokopiev assisté de Sushinsky et Subbotin

1-1 à 10'13" : Savchenkov assisté de Kudashov et Razin

2-1 à 21'36" : Razin assisté d'Orekhovsky et Vyshedkevich (sup. num.)

2-2 à 30'43" : Panov assisté de Prokopiev et Sushinsky (sup. num.)

2-3 à 51'58" : Vlasák assisté de Slegr et Koltsov (sup. num.)

 

Dinamo Moscou

Gardien : Vitali Yeremeïev (sorti de sa cage de 58'20" à 59'49").

Défenseurs : Aleksandr Zhdan - Osmo Soutokorva ; Andreï Skopintsev - Ilya Nikulin ; Oleg Orekhovsky - Sergueï Vyshedkevich.

Attaquants : Dmitri Starostenko - Aleksandr Semak - Aleksandr Kuvaldin ; Aleksei Kudashov - Andrei Razin - Aleksandr Savchenkov (C) ; Vladimir Vorobiev - Denis Kartsev - Aleksandr Stepanov ; Aleksandr Ovechkin - Aleksei Tereshchenko - Igor Mirnov.

Avangard Omsk

Gardien : Maksim Sokolov.

Défenseurs : Dmitri Ryabykin - Yuri Panov ; Jirí Slegr - Sergueï Rozin ; Kirill Koltsov - Igor Nikitin.

Attaquants : Dmitri Zatonsky - Aleksandr Prokopiev - Maksim Sushinsky (C) ; Aleksandr Kharitonov - Ravil Yakubov - Aleksandr Perezhogin ; Artem Chernov - Pavel Patera - Tomá Vlasák ; Aleksandr Popov - Ramil Saïfullin - Andrei Subbotin.

 

Retour au championnat de Russie