Dinamo Moscou - Avangard Omsk (22 mars 2003)

 

Quart de finale du championnat de Russie 2002/03, quatrième manche.

La confiance a fléchi à Moscou, où l'on sent qu'Omsk, ayant évité d'être assommé en trois manches, sera très difficile à achever. La patinoire n'est donc plus pleine et les joueurs du Dinamo semblent moins confiants en eux. Certes, c'est Omsk qui ouvre assez rapidement la marque, par Rozin, mais ça a été le cas dans chacune des rencontres de ce quart de finale et ça n'a pas forcément prédestiné le résultat.

Contrairement à la veille, le Dinamo ne réagit pas par une tactique d'attaque à tout va. Elle aurait au moins eu le mérite de montrer aux spectateurs que tout a été tenté. Au lieu de cela, les Moscovites sont restés prudents par crainte de leurs adversaires. Mais ils ont ainsi accepté la domination d'Omsk, qui a cette fois paru avoir la vraie maîtrise sur le match et imposer nettement sa supériorité.

Les insultes à l'encontre de Dmitri Ryabykin, l'ancien du Dinamo qui marque le deuxième but d'Omsk dès la reprise, dénotent la frustration qui a gagné les tribunes. Ryabykin avait été exclu de la glace au troisième match pour avoir blessé un adversaire dans une altercation, et dans ce cas la suspension n'est pas automatique. Le club peut payer une amende à la place, ce que l'Avangard s'était évidemment empressé de faire.

L'espoir revient subitement dans le camp du Dinamo après le but spectaculaire d'Aleksandr Stepanov, le seul attaquant moscovite qui semble avoir encore la volonté de tout donner. Mais la désillusion survient quatre minutes plus tard avec le troisième but d'Omsk. Il est accordé à Zatonsky, qui était dans le coin, mais c'est en réalité la crosse de Savchenkov qui a envoyé le palet dans ses propres filets.

Omsk a retrouvé toute sa sérénité et tout son savoir-faire dans le contrôle du jeu, avec un Jirí Slegr qui n'a pas tardé à revenir au sommet de son art. Au contraire, les Moscovites doutent offensivement, où ils ne sont plus en réussite à l'image d'Ovechkin (replacé aujourd'hui en première ligne à la faveur d'une réorganisation née de la blessure de Kudashov), de Savchenkov, et enfin de Kartsev qui rate une dernière énorme occasion à trois minutes et demie de la sirène. Après le match, les mines sont déconfites dans le camp du Dinamo. On a le sentiment très clair d'avoir déjà laissé passer sa chance.

 

Commentaires d'après-match :

Vitali Yeremeïev (gardien du Dinamo Moscou) : "Les raisons de nos deux échecs à domicile sont psychologiques : nous n'avons pas su gérer la pression médiatique. Pour nous, il auraient probablement été plus simple de perdre deux fois à Omsk. Personne n'aurait alors attendu de miracle, et nous aurions joué plus libérés. Si nous avions profité de notre longue supériorité numérique dans la deuxième période du troisième match, le dénouement aurait été différent. Un jeu de puissance efficace, c'est plus de la moitié du succès. Omsk a marqué six buts en supériorité en trois matches, c'est un bilan exceptionnel. Aujourd'hui, nous avons été plus disciplinés, et cela a privé les Tchèques, dont le jeu de puissance est la spécialité, d'occasion de but."

Jirí Slegr (défenseur d'Omsk) : "J'attend ce moment depuis longtemps. Après quatre mois en Russie, je ne commence à pouvoir jouer qu'en play-offs. En novembre, après trois matches, j'ai été sérieusement blessé à l'aine. Je ne sais pas pourquoi certains pensent que j'avais déjà cette blessure à Litvínov avant de venir, c'est très offensant. J'ai été opéré par un des meilleurs spécialistes une semaine et demie avant le début des play-offs, à Munich. J'ai été sur pied rapidement, et pour le moment le plus important de la saison. La désolation des deux premières rencontres s'est rapidement muée en une énorme confiance en nos forces."

 

Dinamo Moscou - Avangard Omsk 1-3 (0-1, 1-2, 0-0)

Samedi 22 mars 2003 à 17h00 à la patinoire du Luzhniki, à Moscou. 7500 spectateurs.

Arbitrage de M. Sidorov. Pénalités : Moscou 10', Omsk 14'.

Tirs cadrés : Moscou 26 (7, 10, 9), Omsk 24 (8, 6, 10).

Évolution du score :

0-1 à 05'52" : Rozin assisté de Saïfullin et Slegr

0-2 à 20'20" : Ryabykin assisté de Prokopiev

1-2 à 21'29" : Stepanov assisté de Lavins et Vorobiev (inf. num.)

1-3 à 25'14" : Zatonsky

 

Dinamo Moscou

Gardien : Vitali Yeremeïev (sorti de sa cage à 59'22").

Défenseurs : Aleksandr Zhdan - Sergueï Vyshedkevich ; Andreï Skopintsev - Ilya Nikulin ; Oleg Orekhovsky - Rodrigo Lavins.

Attaquants : Aleksandr Ovechkin - Aleksandr Semak - Aleksandr Kuvaldin ; Dmitri Starostenko - Andrei Razin - Aleksandr Savchenkov (C) ; Vladimir Vorobiev - Denis Kartsev - Aleksandr Stepanov ; Yuri Babenko - Aleksei Tereshchenko - Igor Mirnov.

Avangard Omsk

Gardien : Maksim Sokolov.

Défenseurs : Yuri Panov - Dmitri Ryabykin ; Jirí Slegr - Sergueï Rozin ; Kirill Koltsov - Igor Nikitin.

Attaquants : Dmitri Zatonsky - Aleksandr Prokopiev - Maksim Sushinsky (C) ; Aleksandr Kharitonov - Ravil Yakubov - Aleksandr Perezhogin ; Artem Chernov - Pavel Patera - Tomá Vlasák ; Andrei Subbotin - Ramil Saïfullin - Aleksandr Popov.

 

Retour au championnat de Russie