Mulhouse - Amiens (26 mars 2003)

 

Demi-finale du championnat de France 2002/2003, deuxième manche.

L'optimisme est de rigueur, le long de l'Ill, où les protégés de Christer Eriksson ont gagné, la veille, leur premier duel contre Amiens. Les deux équipes gardent sensiblement les mêmes alignements, Amiens va pouvoir compter, par contre du renfort de... quelques supporters courageux venus les soutenir dans leur tâche : c'est simple, il leur faut gagner ce soir, sous peine d'hypothéquer sérieusement leurs chances pour accéder à la finale.

La partie commencera de façon identique à la veille : Mulhouse se jette le premier à l'assaut, avec une première alerte de Larsson, qui zigzague avant de buter sur Mindjimba qui ferme bien l'angle. Petit changement par rapport à hier soir, Amiens met bien plus de temps à rentrer dans son match, et Mulhouse en profite pour continuer de pousser. Aussi, le but de Gras les coupe dans leur élan : grattage de Brice Chauvel, longue ouverture pour Gras qui part à toute allure avec Luc Chauvel à ses côtés et se retrouve face à Lhenry. Le duel entre les deux ex-Chamoniards est remporté par l'attaquant. Presqu'aussitôt, Amiens repart à l'attaque de façon similaire, par l'intermédiaire de Marcos, qui bute sur Lhenry. Le match est bien lancé, Mulhouse se ressaisit, le jeu est alors rapide, toujours physique, peut-être un peu moins malsain que la veille. Deux alertes similaires de Mulhouse sur le côté gauche de Mindjimba laissent des rebonds non exploités. Puis, idéalement lancé par Dewolf, Rozenthal pique une excellente accélération, se retrouve face à Lhenry, tout le monde voit déjà le but sauf le portier local qui ferme la porte. La dernière alerte est mulhousienne, et Mindjimba y répond par un grand écart et une jolie mitaine. Ce premier tiers a donc été intéressant à voir, le jeu étant mis un peu plus en avant.

La deuxième partie est un peu moins convaincante pour les locaux. Ils bénéficient pourtant, en début de période, d'une longue phase de jeu à cinq contre trois, mais la circulation du palet est assez problématique, Mindjimba veille "de sa personne" autour de sa cage et ne voit pas trop de tirs le solliciter. C'est alors à Marcos de monter à l'abordage, et de servir magnifiquement Mikaël Brodin, mais le jeune Gothique est un poil trop court. Puis c'est à son frère de s'imposer in extremis lors d'une remontée turbo d'Aimonetto. L'Amiénois, à la renverse, trouve la présence d'esprit de ratisser le palet avant que le Mulhousien n'arme son tir. La partie s'équilibre, et de nouveau, Amiens marque d'une façon plutôt heureuse : sur un grattage de palet de Kulmala, Gras remonte et décentre Brice Chauvel le long de la bande, sur la gauche de Lhenry. L'ex-Caennais adresse un tir qui paraît anodin, mais qui ricoche sur le manche de la crosse de Lhenry. La tâche devient ardue pour les locaux qui deviennent plus hésitants, alors qu'Amiens baisse sensiblement le rideau devant sa zone.

Il reste encore un tiers, mais c'est Amiens qui presse. Un slap puissant de Berqvist... But ? Non, un poil à côté. Et de nouveau un chouia à côté quand Gras part seul en contre-attaque, alors qu'Amiens est en infériorité.

Un signe ne trompe pas, on est déjà à huit minutes de jeu dans l'ultime période et Amiens mène 8 tirs à 0. Mulhouse n'arrive pas à se dépêtrer de la défense picarde. Pis, lors de son premier essai (Faith), Brodin lance turbo-Rozenthal, qui réalise une pirouette face au défenseur adverse et engage le duel avec Lhenry, bien aidé par son poteau sur cet essai. Amiens bloque toujours quand le Juraj local envoie de près, mais Mindjimba repousse. Dans la continuité, Chassard gratte, renvoie devant la cage, et Faith catapulte la rondelle sous la barre.

De nouveau, Mulhouse, jusque là bien timide, se remet à y croire, et pousse bien plus conséquemment. Jusqu'à cette sortie de zone locale, mal négociée, où Marcos hérite d'un rebond heureux et se retrouve seul face à un Lhenry qui perd son duel. Cette fois ci, on ferme la boutique en zone amiénoise, plus question de laisser passer qui que ce soit, et la patinoire de l'Illberg voit son équipe, déjà privée depuis la mi-match de son coach (méconduite de match pour Christer Eriksson, qui a peut être un peu trop donné de la voix...), s'avouer vaincue.

La partie a été un peu plus vivante que la veille. Le défi physique était tout aussi marqué, mais avec moins de filouteries.

Amiens a été un peu plus convaincant, notamment en défense, avec un Berqvist remarquable d'efficacité et de calme, ou un Perez bien plus concentré que la veille. L'attaque a été plus incisive, notamment par Gras, Mortas ou Rozenthal, même si j'ai trouvé qu'ils y allaient un peu trop tout seuls. Elle a été aussi un peu plus chanceuse, avec des réalisations qui tombaient à des moments où Amiens ne dominait pas le plus.

Mulhouse a livré une belle première moitié de match, avant d'accuser le coup lors du deuxième but amiénois. Curieusement, son pressing défensif, son gros atout, s'est alors progressivement effrité, alors que leur son butait sur le rideau défensif amiénois. Et une fois de plus, leur seule réalisation les a brusquement réveillés, faisant de nouveau douter Amiens. Il reste donc encore beaucoup de cur chez les Scorpions (notamment chez des Chassard, ou Larsson, invétérés gratteurs de palets). Amiens, qui jusque là a toujours mené au score, devra se méfier de ne pas encaisser le premier but au Coliseum sous peine de connaître le sort qu'ils ont réservé à Mulhouse ce soir.

Récompensés à la fin du match : Laurent Gras pour Amiens et Richard Aimonetto pour Mulhouse.

Compte-rendu signé Stéphane Rault

 

 

Mulhouse - Amiens 1-3 (0-1, 0-1, 1-1)

Samedi 26 mars 2003 à 20h00 à la patinoire de l'Illberg. 1150 spectateurs.

Arbitrage de M. Bergamelli assisté de MM. Rouèche et Baud.

Pénalités : Mulhouse 36' (6', 6'+20' à Eriksson, 4'), Amiens 16' (2', 8', 6').

Tirs : Mulhouse 23 (9, 7, 7), Amiens 39 (16, 10, 13).

Évolution du score :

0-1 à 05'28" : Gras assisté de B. Chauvel

0-2 à 33'43" : B. Chauvel assisté de Gras et Kulmala

1-2 à 54'25" : Faith assisté de Chassard

1-3 à 56'55" : Marcos assisté de Dewolf

 

Mulhouse

Gardien : Fabrice Lhenry.

Défenseurs : Lilian Prunet (A) - Jukka Ollila (C) ; Anders Strandberg - Tobias Ablad ; Dusan Brincko - John Wikström.

Attaquants : Richard Aimonetto (A) - Lionel Bilbao - Johan Lindgren ; Guillaume Chassard - Shin Yahata-Larsson - Juraj Faith ; Steve Michou - Étienne Croz - Jean-Michel Larroque ; Vincent Bringuet - Thomas Bergamelli.

Remplaçants : Stéphane Burnet (G), Francis Ballet. Absents : Olivier Coqueux (clavicule, saison terminée), Miikka Ruokonen (saison terminée).

Amiens

Gardien : Antoine Mindjimba.

Défenseurs : Karl Dewolf - Denis Perez ; Vincent Bachet - Frédéric Brodin ; Frederik Berqvist - Arnaud Mazzone.

Attaquants : Kevin Hecquefeuille - Anthony Mortas (A) - François Rozenthal ; Brice Chauvel - Laurent Gras - Luc Chauvel (C) ; Mickaël Brodin (ou Benoît Paillet) - Julian Marcos (A) - Arto Kulmala.

Remplaçants : Didier Drif (G), Nicolas Roussel, David Hennebert.

 

 

Retour au championnat de France de Super 16