Severstal Cherepovets - Avangard Omsk (31 mars 2003)

 

Demi-finale du championnat de Russie 2002/03, quatrième manche.

Ce quatrième match compte un nouveau spectateur : Vladimír Vujtek, l'entraîneur du Lokomotiv Yaroslavl, venu observer son futur adversaire en finale. La raison voudrait qu'il préfère rencontrer Omsk, une équipe qui lui a mieux réussi en saison régulière, mais le cur lui dicte de soutenir son fils Vladimír Vujtek jr, qui évolue à Cherepovets.

Mais pour l'instant, c'est l'Avangard qui a le vent en poupe. On vient en effet d'apprendre la victoire des moins de 16 ans et des moins de 14 ans du club dans le championnat de Russie. De quoi prouver que son succès n'est pas uniquement aux stars recrutées à coups de millions. Seule petite incertitude, l'état de santé de Jirí Slegr, qui se plaint à nouveau de l'aine. Mais le défenseur tchèque s'est en quelques matches rendu indispensable, et il est maintenant hors de question de se passer de lui.

Ce n'est pas le cas d'Aleksandr Yudin à Cherepovets, non titulaire pour la deuxième fois consécutive. Sergueï Mikhalev semble estimer que ses qualités de bagarreur ne sont guère utiles en play-offs face à une équipe au jeu aussi propre qu'Omsk.

Mais l'Avangard aura peu l'occasion de faire admirer son jeu offensif ce soir. Pour son neuvième match en quatorze jours, il est trop occupé par ses tâches défensives face à un Severstal bouillonnant. Plus d'une fois, les spectateurs se prennent la tête à deux mains après qu'une énième occasion a échoué sur Maksim Sokolov. Mais le gardien international russe n'est pas invincible. Et, en fin de deuxième tiers-temps, alors que plus personne n'y croit et que Vujtek jr est en prison, Sapozhnikov inscrit le but vainqueur sur un slap puissant de la ligne bleue. Sokolov ne peut qu'effleurer le palet.

Bien sûr, Omsk tente de réagir, mais ses tentatives restent aujourd'hui bien vaines. Le gardien québécois Marcel Cousineau obtient un blanchissage mérité. Sa seule faiblesse, il l'a connue en première période quand, légèrement sonné après avoir frappé la glace avec sa tête, il a dû céder sa place pendant trois minutes à Viktor Chistov. Pour le reste, il s'est montré imperturbable, alors que Sokolov a cédé une fois. Dobryshkin complète en cage vide le succès de Cherepovets, qui renvoie cette demi-finale à un cinquième match à Omsk.

 

Commentaires d'après-match :

Sergueï Mikhalev (entraîneur de Cherepovets) : "Une défaite aurait mis un terme à nos espoirs de finale, nous avons donc joué avec une motivation maximale. Pendant deux périodes, nous avons attaqué et nous les avons enfermé dans leur zone, mais la réussite est venue quand on ne l'attendait plus."

Andreï Sapozhnikov (buteur décisif de Cherepovets) : "Hier, la réussite n'était pas avec nous. Les deux buts rapides de l'Avangard nous avaient découragés. Ils n'avaient eu que trois vraies occasions de but dans le match, et les avaient concrétisées toutes les trois. Quelle efficacité ! Mais nous n'avons pas cessé d'y croire. J'ai déjà inscrit de beaux buts, mais celui d'aujourd'hui est si important qu'il restera dans ma mémoire toute ma vie. Maintenant, tout se jouera sur le premier but dans le match décisif, car l'équipe qui marque la première peut se recroqueviller en défense et attendre les contre-attaques pour accentuer encore son avance."

Vladimír Vujtek junior (attaquant de Cherepovets) : "Mon père m'a appelé après la victoire de Yaroslavl sur Togliatti pour me dire qu'il viendrait forcément à Cherepovets pour le quatrième match, avec ma mère. Il m'a aussi dit que nous allions gagner, et vous voyez combien il a eu raison. L'arrivée de mes parents a évidemment été une motivation supplémentaire. Nous avons pu avoir une conversation à la fin de la rencontre, mais pas très longue. Ils m'ont simplement embrassé et félicité pour la victoire."

Ivan Hlinka (entraîneur d'Omsk) : "Le Severstal a eu les nerfs plus solides aujourd'hui. Pendant deux tiers-temps, nous avons joué en défense, mais après l'erreur qui leur a permis de marquer en infériorité, nous avons dû changer de tactique, sans pouvoir cependant revenir."

 

Severstal Cherepovets - Avangard Omsk 2-0 (0-0, 1-0, 1-0)

Lundi 31 mars 2003 à la patinoire Almaz de Cherepovets. 3700 spectateurs (guichets fermés).

Arbitrage de M. Sidorov. Pénalités : Cherepovets 4', Omsk 6'.

Tirs cadrés : Cherepovets 33 (12, 12, 9), Omsk 19 (4, 8, 7).

Évolution du score :

1-0 à 38'40" : Sapozhnikov assisté de Torgaïev (inf. num.)

2-0 à 59'35" : Dobryshkin assisté de Berdnikov et Shchadilov (cage vide)

 

Severstal Cherepovets

Gardien : Marcel Cousineau (remplacé par Viktor Chistov de 10'41" à 13'48").

Défenseurs : Sergueï Gusev - Evgueni Petrochinin ; Vassili Turkovsky - Igor Shchadilov ; Andrei Sapozhnikov - Oleg Volkov.

Attaquants : Yuri Kuznetsov - Aleksei Kalyuzhny - Sergueï Berdnikov ; Yuri Dobryshkin - Andrei Nikitenko - Yuri Trubachev ; Ruslan Nurtdinov - Vadim Yepanchintsev - Vladimír Vujtek jr ; Andrei Shefer - Pavel Torgaïev (C) - Aleksandr Blokhin.

Avangard Omsk

Gardien : Maksim Sokolov (sorti de sa cage de 59'03" à 59'35").

Défenseurs : Dmitri Ryabykin - Yuri Panov ; Kirill Koltsov - Igor Nikitin ; Sergueï Rozin - Jirí Slegr.

Attaquants : Dmitri Zatonsky - Aleksandr Prokopiev - Maksim Sushinsky (C) ; Aleksandr Kharitonov - Ravil Yakubov - Andrei Subbotin ; Tomá Vlasák - Pavel Patera - Artem Chernov ; Yuri Ermolin - Andrei Taratukhin - Aleksandr Popov.

 

Retour au championnat de Russie