Hongrie - Roumanie (16 avril 2003)

 

Match comptant pour la deuxième journée des championnats du monde 2003 de division I, groupe A.

Tout le monde s'attend à une facile victoire de la Hongrie sur son voisin dans un derby à l'atmosphère toujours particulière. Il faut savoir que le hockey roumain, pas aussi populaire que son homologue magyar, doit beaucoup à la minorité hongroise. Celle-ci fournit en effet la majorité des joueurs des clubs des bastions traditionnels que sont les Carpates, mais aussi une bonne partie des membres de l'équipe nationale où ils sont rejoints par les joueurs de Bucarest. Évidemment, ils ont d'autant plus envie de briller contre leurs quasi-compatriotes, et ne font pas de cadeau.

Les neuf mille spectateurs sont du coup accueillis par une douche froide déclenchée par Levente Elekes, l'attaquant du SC Miercurea-Ciuc, qui marque en supériorité dès la deuxième minute. Les Hongrois, rendus extrêmement nerveux par le contexte de la rencontre, commettent faute sur faute. Et même si Tõkési fait souffler le public en égalisant en infériorité après un une-deux avec Ocskay, cela ne les remet pas en selle. Elekes double même la mise sur un troisième jeu de puissance. Heureusement pour l'équipe locale, deux pénalités roumaines à quinze secondes d'intervalle permettent l'égalisation de Kovács.

On se dit alors que le plus dur est fait, comme la veille face aux Pays-Bas. Les joueurs ont eu du mal à supporter la pression et à entrer dans le match, mais tout doit rentrer dans l'ordre une fois ce cap difficile passé. Effectivement, la Hongrie domine de plus en plus, mais elle se heurte à un très bon Viorel Radu dans les cages roumaines. Seul Gröschl parvient enfin à donner l'avantage à l'équipe locale, sur un rebond en fin de deuxième période, et Palkovics ne peut pas enfoncer le clou.

Les Roumains sont maintenant menés au score, mais ils sont toujours enivrés par le parfum de l'exploit et donnent tout ce qu'ils ont pour réaliser une performance historique. Levente Elekes, endiablé, inscrit son troisième but de la soirée sur une contre-attaque, puis Catalin Geru refait passer la Roumanie devant lors d'un début de troisième période dantesque. C'est le cur serré que la foule suit les efforts désespérés des leurs pour égaliser. Lorsque Gábor Ocskay libère son équipe, il ne reste que vingt et une secondes à jouer.

C'est un point de sauvé pour les Hongrois, qui ont évité le pire. Mais leurs deux premières sorties ont de quoi nourrir un flot de questions. Sont-ils vraiment capables d'assumer un statut de principal outsider, surtout à domicile devant des spectateurs qui fondent beaucoup d'espoirs en eux ? La pression est énorme, et leur nervosité palpable, alors que se dressera devant eux après-demain un Kazakhstan beaucoup plus impressionnant jusqu'ici.

 

Commentaires d'après-match

Jan Jasko (entraîneur de la Hongrie) : "Nous avons perdu un point à cause d'une défense médiocre, mais ça n'a pas été seulement la faute de nos défenseurs. Comme je l'avais pressenti, le tir manqué de Palkovics en deuxième période a été le tournant de la rencontre. Nous aurions alors pu mener de deux buts, mais dans le troisième tiers-temps nous avons commis des erreurs vraiment grossières, notamment en défense. Budai a fait un bon match dans les cages, je ne regrette pas de l'avoir titularisé. J'espère qu'il reste assez d'énergie à l'équipe pour bien jouer contre le Kazakhstan vendredi et rattraper le point perdu aujourd'hui."

Daniel Herlea (entraîneur de la Roumanie) : "C'était un bon match entre deux équipes bien préparées. Il s'est joué à un très haut niveau tactique et technique. C'est un point de perdu, car nous avions pour objectif la victoire."

 

Hongrie - Roumanie 4-4 (2-2, 1-0, 1-2)

Mercredi 16 avril 2003 à 20h00 à la patinoire de Budapest. 9000 spectateurs.

Arbitrage de François Saint-Laurent assisté de Seppo Lindroos et Damien Velay.

Pénalités : Hongrie 16' (6', 4', 6'), Roumanie 12' (6', 2', 4').

Tirs : Hongrie 63 (19, 20, 24), Roumanie 31 (13, 8, 10).

Évolution du score :

0-1 à 01'54" : Elekes assisté de Geru et Borsos (sup. num.)

1-1 à 06'05" : Tõkési assisté d'Ocskay (inf. num.)

1-2 à 11'20" : Elekes assisté de Vargyas et Andrei (sup. num.)

2-2 à 15'29" : Kovács assisté de Palkovics (double sup. num.)

3-2 à 38'14" : Gröschl assisté de Horváth et Tokaji (sup. num.)

3-3 à 43'33" : Elekes assisté de Salamon

3-4 à 45'27" : Geru assisté d'Andrei et Elekes (sup. num.)

4-4 à 59'39" : Ocskay assisté de Ladányi et Tokaji (sup. num.)

 

Hongrie

Gardien : Krisztian Budai (sorti de sa cage à 58'39" à 59'39").

Défenseurs : Tamás Sille - Lajos Tõkési ; Viktor Tokaji - András Horváth ; Bence Svasznek - Balázs Kangyal ; Viktor Szélig - Roland Szuna.

Attaquants : Frank Kovacs - Gábor Ocskay - Krisztian Palkovics ; Balázs Ladanyi - Gergely Majoross - Imre Peterdi ; Szabolcs Fodor - Tamás Gröschl - Csaba Simon ; Attila Rajz - Peter Erdõsi - Marton Vas.

Remplaçant : Levente Szuper (G).

Roumanie

Gardien : Viorel Radu.

Défenseurs : Zoltan Nagy - Jeno Salamon ; Mihai Stoiculescu - Laszlo Vargyas ; Szabolcs Papp - Rudolf Simon ; Csaba Gal - Endre Kosa.

Attaquants : Ioan Timaru - Roberto Cazacu - Viorel Nicolescu ; Attila Borsos - Joszef Adorjan - Bogdan Selea ; Catalin Geru - Nutu Andrei - Levente Elekes ; Szabolcs Szocs - Ervin Moldovan - Joszef Gyorgy.

Remplaçant : Adrian Catrinoi (G).

 

Retour aux championnats du monde