Finlande - République Tchèque (30 avril 2003)

 

Championnats du monde 2003, groupe D, troisième journée.

Le premier enseignement de ce second match au sommet du premier tour, c'est la sélection des gardiens. Après son très bon match contre l'Autriche où il a dû faire face à beaucoup de contre-attaques, TomᚠVokoun a pris la place de titulaire à Málek. Côté finlandais, Jani Hurme n'a rien eu à faire contre la Slovénie, et faute de comparaison possible, le poste de n°1 revient logiquement à Pasi Nurminen au regard de son expérience internationale et de sa forme de la saison, puisqu'il a su s'imposer titulaire à Atlanta alors qu'il n'était pas dans le duo de départ dans l'esprit du staff.

Nurminen montre vite ses qualités avec un arrêt de la jambière devant Hejduk, puis il se détend à nouveau sur le rebond pris par Sup. Un autre qui est fidèle à sa réputation, c'est l'enfant terrible du hockey tchèque Radek Duda, qui fait une charge avec le coude alors que son équipe est déjà en infériorité et que elle vient d'avoir à chaud sur une déviation dans les airs qui a heurté la transversale. Pendant plus d'une minute à cinq contre trois, les Finlandais font circuler le palet qui revient plusieurs fois à Teemu Selänne près de la cage, mais ses multiples tentatives restent vaines. Michal Sup est alors envoyé en breakaway à sa sortie de prison mais il cherche un trou inexistant entre les jambières de Nurminen. C'est finalement en infériorité numérique que la Finlande trouve l'ouverture : à un contre deux, le défenseur tchèque anticipe trop visiblement la passe et Peltonen envoie le palet sous le bras de Vokoun. Les Tchèques se retrouvent à leur tour à cinq contre trois dans la foulée, mais sans plus de réussite.

S'il est quelqu'un qui a une bonne raison de faire déchanter le public finlandais, c'est bien Milan Hejduk, le seul homme à cinquante buts en NHL cette saison. Il est arrivé depuis quelques temps, mais a du mal à se remettre du décalage horaire, et a assisté aux premiers matchs des siens en spectateur. Ou plutôt, il a essayé, car il s'est fait interdire l'entrée de la patinoire par un service de sécurité zélé lors de la rencontre face à la Slovénie. Il pensait que brandir son passeport suffirait, mais son identité n'avait pas impressionné les vigiles, et il a dû patienter un bon moment dans le froid.

Le meilleur moyen pour que chaque Finlandais se rappelle son nom, c'est de marquer ce soir alors qu'il fait sa rentrée en même temps que Kaberle. C'est ce qu'il fait en début de deuxième période. Nurminen semble plutôt capter son tir, mais le palet retombe de son gant juste au moment où Hejduk passe pour le glisser opportunément dans les filets. Mise sous pression dans ce deuxième tiers-temps, la Finlande réagit dans les dernières secondes avec une contre-attaque pleine de vitesse et de détermination, en infériorité numérique, de Selänne et Koivu, qui se libèrent enfin de la défense tchèque qui les avait contenus. Mais ils ne marquent pas et le score est toujours de parité.

Deux charges avec la crosse de Richter et Kadlec donnent une minute vingt de double supériorité numérique aux Finlandais, mais ils manquent d'aisance offensive face à une défense tchèque jamais hors de position. Un nouveau cross-check de Richter n'est pas exploité, et les Finlandais, qui n'arrivent pas à prendre de bons lancers, paient cher leur manque d'opportunisme. À huit minutes de la fin, Martin Straka donne l'avantage à la République Tchèque par une contre-attaque en boulet de canon. L'équipe locale a encore une magnifique occasion d'égaliser en deux contre un à l'avant-dernière minute, mais Niklas Hagman rate son contrôle sur passe de Timonen.

Des petites maladresses, des mauvais choix dans le jeu, y compris de quelqu'un d'aussi sûr que Nummelin, et les Finlandais sont tombés dans le piège tchèque. Après avoir promené la défense slovène, ils sont tombés cette fois sur une défense qui n'a pas bougé d'un iota et dont ils n'ont jamais trouvé la clé, même pas avec leur jeu de puissance si efficace jusque là. La République Tchèque retrouve au contraire sa réussite et son jeu de contres, et ce championnat du monde est donc décidément incertain.

Compte-rendu signé Marc Branchu

 

Commentaires d'après-match

Hannu Aravirta (entraîneur de la Finlande) : "Ces dernières années, beaucoup de rencontres face aux Tchèques ont été très serrées, mais ce sont toujours eux qui ont gagné."

Slavomír Lener (entraîneur de la République tchèque) : "Hejduk n'a pas joué tout le match, il souffre encore du décalage horaire, mais si l'avoir dans l'effectif garantit un but par match, je signe tout de suite. Ce fut un match serré, mais ce n'est qu'une étape pour nous. Pour ce qui est deux jokers pour le deuxième tour, on va voir."

 

Finlande - République Tchèque 1-2 (1-0, 0-1, 0-1)

Mercredi 30 avril 2003 à 16h00 à l'Élysée Arena de Turku. 11618 spectateurs.

Arbitrage de Rick Looker (USA) assisté de Gregor Bodnicki (ALL) et Ronni Jakobsen (DAN).

Pénalités : Finlande 10' (4', 6', 0'), République Tchèque 20' (8', 4', 8').

Tirs : Finlande 35 (13, 11, 11), République Tchèque 40 (13, 19, 8).

Engagements : Finlande 42, République Tchèque 27.

Évolution du score :

1-0 à 15'44" : Peltonen assisté de Timonen (inf. num.)

1-1 à 32'01" : Hejduk assisté de Reichel

1-2 à 52'25" : Straka assisté de Duda

 

Finlande

Gardien : Pasi Nurminen (sorti de sa cage de 58'59" à 59'37" puis de 59'46" à 60'00").

Défenseurs : Janne Niinimää - Kimmo Timonen ; Petteri Nummelin - Aki-Petteri Berg ; Ossi Väänänen - Toni Lydman ; Marko Kiprusoff.

Attaquants : Ville Peltonen - Saku Koivu - Teemu Selänne ; Niklas Hagman - Olli Jokinen - Tomi Kallio ; Mikko Eloranta - Esa Pirnes - Lasse Pirjetä ; Kimmo Rintanen - Tommi Santala - Antti Miettinen ; Juha Ylönen.

Remplaçant : Jani Hurme (G).

République Tchèque

Gardien : TomᚠVokoun.

Défenseurs : TomᚠKaberle - Jaroslav Modrý ; Jaroslav Špacek - Martin Richter ; Jan Hejda - Petr Kadlec ; Pavel Trnka.

Attaquants : Michal Sup - Martin Straka - Radek Duda ; Jan Hlavác - Josef Vašícek - Radim Vrbata ; David Výborný - Robert Reichel - Milan Hejduk ; Jindrich Kotrla - Jirí Hudler - Jaroslav Hlinka ; Jaroslav Balaštík.

Remplaçant : Roman Málek (G).

 

Retour aux championnats du monde