Anglet - Amiens (30 mars 2004)

 

Demi-finale du Super 16, troisième manche.

À bout de souffle

S'il y a bien une constante dans le jeu de l'Hormadi depuis quelques années déjà, c'est bien la volonté. Rarement les pensionnaires se sont laissés aller, quelle que soit la domination de l'adverse. Mais voilà, parfois la volonté ne suffit pas, et cette troisième manche de la demi-finale face à Amiens en fut la parfaite illustration. Les hommes de Karlos Gordovil et Jean-Michel Lutaud y ont laissés beaucoup de force dans la qualification aux forceps face à Mulhouse. Pour endiguer la fougue basque, les Gothiques se sont cantonnés à attendre à quatre à l'entrée de la zone neutre pour relancer sur un centre embusqué à l'opposé. Si ce jeu assez attentiste a même blasé certains supporters picards, force est de constater que l'essentiel est là. Les protégés d'Antoine Richer mènent deux manches à zéro et peuvent emporter la série ce soir sur le glace basque, mais ce ne sera pas une partie de plaisir.

Round d'observation

Devant une patinoire comble (1250 spectateurs), les protagonistes rentrent sur la glace, et dès l'engagement Amiens ne change pas une technique qui a fait ses preuves et se contente d'attendre à quatre à la limite de la zone neutre des Angloys. Après deux minutes de neutralisation de jeu, les Gothiques placent une première banderille en infériorité numérique, Laurent Gras place un tir puissant qui passe au dessus du cadre (02'09). Les Angloys volontaires n'arrivent pas à passer le rideau défensif picard, un tir d'Antoine Ansellem facilement capté par Antoine Mindjimba ouvre les hostilités basques (08'56).

Mais le verrou gothique fonctionne à merveille, et les occasions sont amiénoises en fin de période. Laurent Gras perfore à nouveau la défense basque, récupère le rebond de son premier tir, fait le tour de la cage où Filiatrault peine à revenir, et se retrouve alors excentré face à une cage vide, mais son tir ne fait que frôler la ligne (16'24). En fin de tiers, Denis Perez en supériorité numérique chauffe la palette du cerbère basque d'un missile (19'29).

On arrête de plaisanter

Les Angloys volontaires ont été largement dominés par une équipe amiénoise pourtant bien attentiste, on craint logiquement le pire. Une première grosse frayeur sur un tir dévié de Kévin Hecquefeuille manque de lober le gardien basque (22'46). Le missile glace-glace de Daniel Sedlak, artificier en chef angloy, trouble légèrement la domination gothique (25'17). La force d'Amiens est d'user son adversaire en jouant tout une rencontre à quatre lignes, c'est d'ailleurs Élie Marcos qui se livre à un festival en zone offensive pour finalement se retrouver seul face au gardien de l'Hormadi, mais ce dernier impeccable a le dernier mot (28'09).

L'inévitable se produit toutefois moins d'une minute plus tard, Laurent Gras déflore le score d'un tir limpide (0-1 à 28'55). Les Basques sont abattus et butent sans arrêt en zone offensive sur la défense picarde, et les contres des visiteurs se font de plus en plus pressants. Moins rapides en patinage et dans les passes, les locaux sont à la cave malgré un tir de Duda bien dévié par Mindjimba (31'19). La malchance se joue de l'Hormadi à l'issue d'un bon jeu en triangle, et le missile d'Anthony Mortas heurte - et casse - la crosse de Jérôme Patard avant de finir dans les filets basques (0-2 à 34'07).

Le moral des Basques est bien entamé, ils se lancent dans un baroud d'honneur en fin de période sur une situation de supériorité numérique, mais la malchance et la maladresse s'acharnent. Jean-Ian Filiatrault avancé récupère un palet qu'il veut relancer rapidement... sur un Amiénois, Jonathan Zwikel trop content du cadeau ne manque pas pareille occasion (0-3 à 39'55).

C'est bon pour le moral

Il faut être honnête, à l'orée de la troisième période, seul un supporter acharné peut espérer un retournement de situation. L'Hormadi n'a plus rien à perdre dans une rencontre où le sort semble scellé, et les avants se ruent comme des morts de faim en zone neutre. Et là, miracle, un but. En effet, malgré quelques hésitations, le but de Michal Garbocz (1-3 à 40'25) est accordé (le palet n'aurait en fait pas franchi la ligne). C'est le retour du hourra hockey, les travées de la Barre se plaisent à y croire, d'autant plus que le tir de Jérôme Patard trouve la transversale avant de ressortir. L'arbitre accorde à nouveau le but (2-3 à 42'03). C'est de la folie dans les tribunes, Antoine Richer en bon coach demande rapidement un temps mort pour recadrer ses troupes. Les Angloys continuent de se ruer en attaque mais butent inexorablement sur un Antoine Mindjimba des grands soirs, Jean-Michel Lutaud joue son coup de poker favori en sortant par trois fois son gardien pour créer le surnombre (58'31, 59'06, 59'52). Un gros silence se fait dans la patinoire lorsque Jonathan Zwikel trouve le poteau de le cage, mais Amiens se qualifie malgré les efforts de l'équipe angloye.

Compte-rendu signé Hormadiar

 

Anglet - Amiens 2-3 (0-0, 0-3, 2-0)

Mardi 30 mars 2004 à 20h00 à la patinoire de La Barre. 1200 spectateurs.

Arbitrage de Frédéric Bachelet assisté de Laurent Antunes et Savice Fabre.

Pénalités : Anglet 8' (2', 4', 2'), Amiens 8' (4', 4', 0').

Évolution du score :

0-1 à 28'55" : Gras assisté de Hämäläinen

0-2 à 34'07" : Mortas assisté de Rozenthal et Zwikel (sup. num.)

0-3 à 39'55" : Zwikel (inf. num.)

1-3 à 40'25" : Garbocz assisté de Dostal et Amsellem

2-3 à 42'03" : Patard assisté de Solaux et Larrieu

 

Anglet

Gardien : Jean-Ian Filiatrault.

Défenseurs : Lubomir Duda - Daniel Sedlak ; David Saint-Onge - Pascal Bédard ; Jean-Christophe Filippin - Mickaël Wiart ; Julien Hitze.

Attaquants : Antoine Amsellem - Michal Garbocz - David Dostal ; Jérôme Patard - Xavier Daramy - Raphaël Larrieu ; Géraud Maréchal - Julien Aubry - Nicolas Courally ; Julien Pousset - Xavier Lassalle - Stanislas Solaux.

Remplaçants : Benoît Sanchez (G), Christophe Cantos.

Amiens

Gardien : Antoine Mindjimba.

Défenseurs : Denis Perez - Mathieu Jestin ; Tommi Hämäläinen - Arnaud Mazzone ; Frédéric Brodin - Vincent Bachet.

Attaquants : Luc Chauvel - Laurent Gras - Brice Chauvel ; Anthony Mortas - Jonathan Zwikel - François Rozenthal ; Julien Lefranc - Élie Marcos - Simon Petit ; Kevin Hecquefeuille - Richard Aimonetto - Mickaël Brodin.

Remplaçants : Stéphane Burnet (G), Fabien Leroy.

 

Retour au Super 16