Dunkerque - Strasbourg (17 avril 2004)

 

Barrage retour Super 16 / division 1.

Ses excellentes prestations cette saison, en particulier lors de déplacements très difficiles chez de grosses armadas offensives où il a souvent tenu le score, avaient valu à Julien Peyre d'être titularisé au match aller. On sent que le jeune gardien essonnien s'est peu à peu imposé comme le gardien n1 à la place d'un Caillou un peu décevant. Néanmoins, le HGD n'est pas en situation d'avoir un titulaire indiscutable, et comme Rémi Caillou a tenu sa cage inviolée après être rentré en jeu samedi dernier à Strasbourg, c'est logiquement à lui, le plus expérimenté, que revient l'honneur de garder la cage nordiste pour ce match capital.

L'avenir des Dunkerquois en Super 16 se joue ce soir, et les supporters amiénois sont venus en amis pour les encourager. Le HGD entame la partie avec extrêmement de motivation, il met Strasbourg sous pression et ouvre le score par Julian Marcos. Mais, au plus fort de la domination nordiste, Daniel Sevcik est lancé en contre-attaque par Dirnbach et égalise. Il faut une double supériorité numérique pour que l'équipe locale reprenne l'avantage en fin de tiers-temps. Himler a été pénalisé pour crosse haute et le gardien Larivière pour retard de jeu, ce qui permet à Karl Dewolf d'inscrire un but qui soulage le public.

Mais les spectateurs dunkerquois vont passer par tous les états dans la deuxième période. Confiance et apaisement après le troisième but, inquiétude et estomac noué après le doublé de Peter Himler qui ramène Strasbourg à égalité. Les sentiments sont encore plus marqués au troisième tiers-temps. Avec trois buts en trois minutes et demie, Dunkerque a deux buts d'avance sur l'ensemble des deux rencontres et paraît avoir acquis son maintien.

Pourtant, dans les trois dernières minutes, Strasbourg parvient à arracher la prolongation à la faveur de deux supériorités numériques. L'égalisation de Tommi Flinck à huit secondes de la fin portera-t-elle un coup décisif au moral dunkerquois ? L'indiscipline répétée de Patard et Marcos sera-t-elle fatale ?

Non, mais ces deux joueurs connaîtront des sorts différents. Après seulement trente secondes de prolongation, une nouvelle crosse haute de Julian Marcos lui vaut d'écoper de 2'+10', et son énervement lui vaut une méconduite pour le match et un renvoi direct aux vestiaires. Dunkerque est privé du joueur polyvalent qui s'était imposé par défaut comme son atout offensif majeur, celui qui aurait de surcroît pu être utile pendant d'éventuels tirs au but puisqu'il avait trompé Larivière au match aller dans cet exercice. Et bien sûr, une infériorité numérique pendant une prolongation à quatre contre quatre est toujours quelque chose d'extrêmement périlleux. Mais les trois Dunkerquois résistent avec ardeur, et au retour à égalité numérique, c'est Jérôme Patard, le joker salvateur, qui décoche un slap en pleine lucarne.

Ce but permet au HGD de rester dans le Super 16. Karl Dewolf pourra ainsi partir l'esprit plus tranquille demain soir au rassemblement de l'équipe de France, lui qui avait été dispensé d'une partie du stage pour pouvoir aider l'équipe qu'il entraîne à se maintenir dans l'élite du hockey français. Mais pour prouver qu'il y a sa place, il lui faudra faire bien mieux l'an prochain que cette qualification au raccroc, obtenue par une pièce rapportée.

 

Dunkerque - Strasbourg 7-5 a.p. (2-1, 1-2, 3-1, 1-0)

Samedi 17 avril 2004 à 18h45 à la patinoire Michel-Raffoux.

Arbitrage d'Alexandre Bourreau assisté de Mathieu Coquet et Gilles Magnier.

Pénalités : Dunkerque 56' (4', 10', 10', 2'+10'+20'), Strasbourg 24' (12', 8', 4', 0').

Évolution du score :

1-0 à 01'55" : Marcos assisté de Mille

1-1 à 08'31" : Sevcik assisté de Dirnbach

2-1 à 19'13" : Dewolf assisté de Dubois et Marcos (double sup. num.)

3-1 à 23'52" : Boschetti assisté de Bécuwe (inf. num.)

3-2 à 30'13" : Himler assisté de Sevcik et Dirnbach (sup. num.)

3-3 à 34'58" : Himler assisté de Flinck (inf. num.)

4-3 à 45'21" : Bécuwe assisté de Guillemot et Dewolf

5-3 à 47'35" : Mille assisté de Bécuwe et Boschetti (sup. num.)

6-3 à 48'45" : Patard (inf. num.)

6-4 à 57'12" : Sevcik assisté de Dirnbach (sup. num.)

6-5 à 59'52" : Flinck (sup. num.)

7-5 à 63'11" : Patard

 

Dunkerque

Gardiens : Rémi Caillou.

Défenseurs : Karl Dewolf - Grégory Dubois (C) ; Mathieu Mille - Ghislain Folcke ; Philippe Tanghe - Benoît Guillemot.

Attaquants : Jérôme Patard - Maxime Boschetti - Mathieu Becuwe (A) ; Mickael Bardet - Julian Marcos - Clément Thomas.

Remplaçant : Julien Peyre (G).

Strasbourg

Gardien : Denis Larivière.

Défenseurs : Milan Dirnbach - Damien Brau-Arnauty ; Frédéric Bastian - Pavol Mihalik ; Thibault Dumuis - Xavier Rénier.

Attaquants : Daniel Sevcik - Pierre-Hervé Coulombeix - Peter Himler ; Maxime Schuchewytsch - Stéphane Hohnadel (A) - Tommi Flinck (A) ; Olivier Escuder (C) - Damien Mehl - Mathieu Saint-Marc ; Thomas Frand - Thomas Reverdin.

Remplaçant : Antoine Intsaby (G). Absents : Vincent Lacaes, Éric Medeiros (blessés).

 

Retour au Super 16