Autriche - Canada (25 avril 2004)

 

Championnats du monde 2004, premier tour, groupe D.

L'entrée en lice du Canada est toujours un événement dans la compétition, a fortiori lorsque ce dernier est champion du monde. Cette année encore, la sélection canadienne est composée de stars de la NHL ayant terminé leur saison : les Niedermayer, Heatley, Murray, Luongo ou Giguère pour n'en citer que quelques-uns. Le cru 2004 devrait donc être tout aussi compétitif que le cru 2003. Seule petite contrariété de dernière minute : le changement d'entraîneur puisque Mike Babcock a dû remplacer au pied levé Joël Quenneville hospitalisé. L'Autriche, facile vainqueur de la France en match d'ouverture (6-0) a l'occasion de se tester face à une adversaire plus coriace.

Les Canadiens tentent de s'imposer dans les premières minutes du jeu et décochent la première salve qui se conclut par un tir de Staios bien capté par Divis. Mais on se rend assez vite compte que le Canada manque évidemment d'automatismes comme toute formation assemblée à la dernière minute. Le capitaine autrichien Dieter Kalt, qui avait fait si mal aux Français, montre la voie. Sur une première supériorité numérique (André Lakos en prison), le Canada est bien timide et seule une incursion de Glen Murray inquiète Divis. Pour leur part, les Autrichiens ne s'en laissent pas compter. Sur deux supériorités quasi consécutives, ils prennent confiance en leur moyens. Unterluggauer alerte Luongo d'un puissant slap de la bleue et les Autrichiens sèment la panique dans la zone canadienne. Et c'est sur une entrée de zone assez anodine qu'André Lakos ouvre le score d'un tir du poignet que Luongo, en partie masqué par le trafic devant lui, ne voit pas passer (1-0, 15'39"). Grosse surprise dans la Sazka Arena d'autant que Setzinger est tout près de doubler la mise, mais cette fois Roberto Luongo sort le grand jeu.

Les joueurs de Mike Babcock se font une nouvelle frayeur sur une infériorité numérique dès le début de la deuxième période (Morrison avait été sanctionné juste avant la pause). Quelques instants plus tard, suite à un bon décalage de Peintner, Thomas Vanek double la mise d'un tir à mi-hauteur à ras le poteau de Luongo (2-0, 23'37"). Etonnante équipe d'Autriche qui se paye le luxe de prendre deux buts d'avance face à l'ogre canadien. La réaction canadienne se fait sentir. Divis s'en sort bien alors que la panique s'était momentanément emparée de la défense autrichienne. Avec Welser en prison, le Canada installe le jeu de puissance sans pour autant se créer d'occasions franches malgré quelques tentatives de Danny Brière et Rob Niedermayer. Ce dernier doit partir en prison pour avoir continué à jouer sans casque (une règle inconnue de l'autre côté de l'Atlantique !) mais ce sont surtout les Canadiens qui se créent les occasions les plus dangereuses notamment par Murray qui rate une cage ouverte et Dumont qui manque de peu une déviation. L'Autriche se contente de défendre - et elle le fait bien - tandis que les Canadiens ont la maîtrise du palet. Le temps passant, l'énervement commence à gagner les hommes de Mike Babcock, et comme rien ne vaut les bonnes vieilles méthodes, ils déclenchent une bagarre devant la cage de Divis avec notamment Horcoff et Welser comme principaux acteurs. Suite à une faute préalable, les Canadiens se retrouvent en supériorité et vont donner un récital en jeu de puissance. Deux minutes quasi-complètes dans la zone autrichienne, suivies bientôt de deux autres, mais à cause d'un Divis impérial et d'une défense accrocheuse, le score n'évolue pas jusqu'à la pause.

Au troisième tiers, le Canada n'a plus le choix et doit revenir dans la partie sous peine de connaître une terrible désillusion dès le début de Mondial. Thomas Vanek s'offre un petit slalom vers la cage de Luongo mais les Autrichiens vont surtout s'accrocher à ce résultat miraculeux. Ils sont encore d'une vaillance à tout épreuve sur une supériorité numérique canadienne en début de tiers. Une occasion de Scott Niedermayer finit même sur le poteau. Les minutes passent et rien n'indique que les Canadiens vont revenir au score, d'autant qu'ils sont par deux fois coupables d'indiscipline. Mais pendant la seconde pénalité, la défense autrichienne commet sa seule grosse erreur du match en perdant le palet en zone neutre. Une aubaine pour Matt Cooke qui s'en empare et va battre Divis d'un monstrueux slapshot qui laisse le gardien autrichien de marbre (2-1, 50'36"). Le déclic pour le Canada qui va faire connaître l'enfer à l'Autriche une fois le reste de la pénalité tuée. Les Canadiens prennent tous les risques en attaquant parfois à quatre (!). Divis s'interpose encore en jetant ses jambières pour arrêter un tir de Murray. Mais il est surpris par un tir malicieux de Danny Heatley, libre de tout marquage, qui glisse le palet au fond des cages sans opposition (2-2, 55'17"). Coup dur pour l'Autriche qui croyait bien tenir un succès historique. Les dernières minutes sont difficiles pour les coéquipiers de Dieter Kalt car le Canada maintient sa pression pour décrocher la victoire. La partie se termine finalement sur ce match nul en guise de victoire pour l'Autriche qui a pris un point au Canada en match officiel pour la première fois de son histoire. Quant aux Canadiens, ils ont eu la preuve dès la première rencontre qu'aucun adversaire n'est à sous-estimer dans ce Mondial, même si le prochain - la France - ne devrait pas leur poser trop de problèmes...

Compte-rendu signé Christophe Laparra

 

Commentaires d'après-match :

Herbert Pöck (entraîneur de l'Autriche) : "Mon cur balance en ce moment. D'un côté je suis très fier de mes joueurs et de leur très bon match, mais de l'autre je suis déçu que nous soyons passés près d'une grosse surprise. Même si je sais que les Canadiens peuvent mieux jouer, ce point supplémentaire est extraordinaire."

Thomas Vanek (meilleur joueur de l'Autriche) : "Notre principal objectif avant le match était de jouer la trappe et d'être solides défensivement. Nous avons très bien joué contre une bonne équipe. Nous sommes satisfaits du match nul."

Mike Babcock (entraîneur du Canada) : "Nous ne sommes pas encore une équipe et nous avons encore beaucoup à faire avant de l'être."

Scott Niedermayer (meilleur joueur du Canada) : "Les buts de l'Autriche sont un peu chanceux, le gardien est masqué à chaque fois, mais ils méritent de la considération car c'est une équipe accrocheuse qui a produit un bel effort collectif et n'a jamais renoncé."

 

Autriche - Canada 2-2 (1-0, 1-0, 0-2)

Dimanche 25 avril à 20h15 à la Sazka Arena de Prague. 10486 spectateurs.

Arbitrage de Rick Looker (USA) assisté de Peter Feola (USA) et Leo Takula (SUE).

Pénalités : Autriche 14' (2', 10', 2'), Canada 16' (6', 6', 4').

Tirs : Autriche 21 (10, 4, 7), Canada 28 (4, 7, 17).

Évolution du score :

1-0 à 15'39" : A. Lakos assisté de Ra. Divis et Ulrich

2-0 à 23'37" : Vanek assisté de Peintner et R. Lukas

2-1 à 50'36" : Cooke (inf. num.)

2-2 à 55'17" : Heatley assisté de Brière et Morris

 

Autriche

Gardien : Reinhard Divis.

Défenseurs : André Lakos - Martin Ulrich ; Robert Lukas - Thomas Pöck ; Philippe Lakos - Gerhard Unterluggauer ; Sven Klimbacher.

Attaquants : Matthias Trattnig - Dieter Kalt - Thomas Vanek ; Markus Peintner - Mark Szücs - Philipp Lukas ; Oliver Setzinger - Thomas Koch - Daniel Welser ; Raimund Divis - Roland Kaspitz - Christoph Harand ; Philippe-Michael Horsky.

Remplaçant : Claus Dalpiaz (G).

Canada

Gardien : Roberto Luongo

Défenseurs : Jay Bouwmeester - Scott Niedermayer ; Eric Brewer - Steve Staios ; Willie Mitchell - Derek Morris ; Nick Schultz.

Attaquants : Brenden Morrow - Brendan Morrison - Glen Murray ; Jeff Friesen - Daniel Brière - Danny Heatley ; Ryan Smyth - Rob Niedermayer - Shawn Horcoff ; Jean-Pierre Dumont - Matt Cooke - Patrice Bergeron ; Justin Williams.

Remplaçant : Jean-Sébastien Giguère (G).

 

Retour aux championnats du monde