Japon - Danemark (27 avril 2004)

 

Championnats du monde 2004, premier tour, groupe C.

Match capital pour l'attribution de la dernière place qualificative de la poule, le vaincu se voyant dirigé vers le tour de relégation. Le Danemark fait figure de favori mais n'a pas retrouvé la magie de l'an dernier qui en avait fait une des agréables surprises du tournoi. Deux défaites assez larges contre la Suède (1-5) et la Russie (2-6) et l'obligation de jouer ce match-couperet. Le Japon n'a pas été plus ridicule contre la Suède (1-5) et espère bien remporter son premier succès dans le groupe A.

Dès le début, le Japon joue sans complexe et c'est Masatushi Ito qui se crée la première occasion dès la minute initiale. Mais une pénalité de Kunihiko Sakurai freine rapidement l'élan japonais. Jens Nielsen sonne la charge avec un premier slap arrêté par Yutaka Fukufuji. Mais le gardien japonais n'a pas autant de réussite sur une tentative de Jesper Damgaard dont le slap puissant de la bleue trouve le fond des filets japonais au milieu d'un forêt de joueurs (0-1, 02'36"). Mauvais début pour le Japon, mais c'est encore Masatushi Ito qui montre le chemin à suivre en butant de près sur Peter Hirsch. Les Japonais laissent passer une occasion incroyable de revenir au score en ne profitant pas d'un double avantage numérique (Bent Christensen et Dan Jensen en prison) de plus d'une minute trente. Alors qu'on pensait qu'ils avaient laissé passer leur chance, ils ne mettent que onze secondes à capitaliser le power-play suivant lorsqu'un slap de Robert Miwa trouve le fond des filets de Peter Hirsch, masqué par Daniel Nielsen (1-1, 08'50"). Une pluie de pénalités continue à s'abattre sur les acteurs de ce match, et à ce petit jeu, les Japonais se retrouvent à quatre contre trois. Un avantage dont saura profiter Takayuki Kobori en trompant Hirsch d'une déviation à ras de glace sur un tir de Kengo Ito (2-1, 17'24"). Sensation à Ostrava, où le Japon prend l'avantage au score. Mais cela ne va pas durer. Sur la supériorité numérique suivante (Iwata en prison), Ronny Larsen est présent au rebond après un slap de Dan Jensen et égalise à vingt-trois secondes de la fin du tiers (2-2, 19'37"). Les quatre buts de ce premier tiers ont été marqués avec l'avantage numérique.

Le Japon commence la dernière période sur les chapeaux de roues avec un débordement côté gauche de Takayuki Kobori suivi d'un slap de l'attaquant japonais qui trompe Peter Hirsch, surpris par le tir et qui avait mal fermé son angle (3-2, 20'38"). Les Nippons se mettent à croire en leurs chances face à un Danemark contracté par l'enjeu. Kim Staal a une belle occasion lors d'une supériorité numérique mais il bute sur Fukufuji. L'attaquant de Malmö remet ça lors de la supériorité suivante, avec cette fois plus de réussite : il déborde côté gauche, repique au centre et glisse le palet au fond des cages de Fukufuji (3-3, 27'40"). Nouveau but en jeu de puissance, et tout est à refaire pour les Japonais. Le reste du tiers est très équilibré avec une belle occasion de part et d'autre : un tir sur le poteau de Bo Andersen et un tour de la cage de Takahito Suzuki. Chris Yule est tout près de redonner l'avantage au Japon en fin de tiers mais Hirsch s'impose et le score n'évolue pas.

À l'entame de la dernière période, le Danemark est contraint de tuer une pénalité concédée en fin de deuxième tiers. Une fois le danger écarté, les hommes de Mikaël Lundström reprennent l'initiative du jeu, et se produit alors un événement qu'on pourrait qualifier de surréaliste. Sur une récupération de palet danoise en zone d'attaque japonaise, Bo Andersen déborde côté droit des cages de Fukufuji et centre devant les buts... Le premier sur le palet et le défenseur japonais Nobuhiro Sugawara qui met tout son cur pour slaper... dans ses propres buts. Il lève même brièvement les bras avant de se rendre compte de son erreur et de s'effondrer sur la glace où il restera prostré pendant plus d'une minute. Incroyable et incompréhensible, on ne saura sans doute jamais ce qui est passé par la tête de Sugawara à ce moment-là. Un but qui pourra figurer au bêtisier de l'année et qui restera dans les annales des championnats du monde (3-4 à 43'09). Après ce terrible coup du sort, le Japon a bien du mal à revenir dans la rencontre. Le Danemark prend enfin les choses en main et domine copieusement son adversaire. L'arbitre va jouer du sifflet pendant tout le reste du tiers avec une certaine impartialité puisque chaque équipe évoluera à trois reprises en infériorité numérique. Mais la réussite en power-play a fui les acteurs de ce match, et malgré une sortie de Fukufuji dans la dernière minute, le score n'évoluera pas, condamnant les Nippons au tour de relégation. Les Japonais sont décidément bien maudits dans ces championnats du monde. Pour la énième fois, ils passent tout près d'une victoire mais craquent sur la fin. Le but-gag de Sugawara a été finalement le but "gagnant" pour le Danemark. Encore plus terrible pour le Japonais...

Compte-rendu signé Christophe Laparra

 

Commentaires d'après-match :

Mark Mahon (entraîneur du Japon) : "Perdre sur un but comme ça est dur, mais c'est le hockey. Il y a eu beaucoup de situations d'infériorité numérique. Je n'irai pas jusqu'à dire que l'arbitre a fait un mauvais match mais j'ai trouvé qu'il aurait pu laisser les équipes en décider un peu plus et ne pas siffler autant de pénalités."

Nobuhiro Sugawara (défenseur du Japon) : "Il y avait 3-3, les Danois étaient à l'attaque. Leur attaquant a débordé sur l'aile et fait une passe devant le but, où il n'y avait aucun de ses partenaires, uniquement moi. Ma tâche en tant que défenseur consistait à dégager le palet. Durant tout le match, l'entraîneur nous a dit que nous le faisions trop mollement et que cela donnait une chance à l'adversaire de l'intercepter à la bleue. J'ai essayé de tirer aussi fort que possible, mais j'ai peut-être exagéré ou réceptionné le palet trop durement, et il a rebondi dans les cages. Je vous assure que si j'ai levé les bras en l'air après coup, c'était simplement en signe de désespoir. Nous avons bravement combattu, et nous avons prouvé que nous ne sommes pas moins bons que les Danois, mais à cause de mon erreur tous nos efforts ont été réduits en poussière. J'avais honte envers mes partenaires, et à la fin du match je me suis assis dans un coin du vestiaire. C'est très poli de la part de mes coéquipiers de m'avoir laissé la possibilité de rester seul. Je me considère comme quelqu'un de fort mentalement et je pense que je me remettrai de ce cauchemar. Je ferai tous les efforts nécessaires pour expier cette faute."

Chris Bright (attaquant du Japon) : "Malheureusement, cette situation de jeu pourrait arriver à n'importe lequel d'entre nous. Nous surmonterons cela ensemble. Il y avait cinq joueurs sur la glace et vingt gars ensemble sur le banc, que faire ? C'était malchanceux. Nous avons bien joué par moments mais notre jeu doit être consistant pendant soixante minutes pleines. Je suis convaincu que nous pouvons gagner un match et que cela nous mettrait sur la bonne voie pour éviter la relégation."

Mikael Lundström (entraîneur du Danemark) : "La fin de match a vraiment été haletante. Je me suis senti vieillir de plusieurs années. Nous avons maintenant atteint notre objectif et nous verrons désormais si nous pouvons tirer avantage de notre rôle d'outsider."

Kim Staal (attaquant du Danemark) : "Je n'ai jamais rien vu de tel. Je pense quand même que nous avons eu les meilleures occasions et que nous méritions la victoire mais ce but était incroyable. C'était un match dur à jouer. Les deux équipes étaient très tendues mais nous avons eu les meilleurs passes et nous en voulions plus."

 

Japon - Danemark 3-4 (2-2, 1-1, 0-1)

Mardi 27 avril à 16h15 à la CEZ Arena Vitkovice d'Ostrava. 4569 spectateurs.

Arbitrage de Moray Hanson (G-B) assisté de Dean Laschowski (CAN) et Petr Blumel (TCH).

Pénalités : Japon 20' (8', 6', 6'), Danemark 30' (12', 2', 16').

Tirs : Japon 26 (11, 7, 8), Danemark 32 (11, 7, 14).

Évolution du score :

0-1 à 02'36" : Damgaard assisté de Staal (sup. num.)

1-1 à 08'50" : Miwa assisté de Saito et Kawashima (sup. num.)

2-1 à 17'24" : Kobori assisté de K. Ito (sup. num.)

2-2 à 19'37" : Larsen assisté de Jensen (sup. num.)

3-2 à 20'38" : Kobori assisté de Miura

3-3 à 27'40" : Staal assisté de Nielsen et Damgaard (sup. num.)

3-4 à 43'09" : Green assisté de Andersen

 

Japon

Gardien : Yutaka Fukufuji.

Défenseurs : Fumitaka Miyaguchi - Kengo Ito ; Takayuki Kobori - Hirohuki Miura ; Junichi Takahashi - Joel Oshiro ; Nobuhiro Sugawara - Makoto Kawashima.

Attaquants : Masatushi Ito - Kiyoshi Fujita - Takahito Suzuki ; Kunihiko Sakurai - Yasunori Iwata - Tomohito Kobayashi ; Chris Bright - Yosuke Kon - Robert Miwa ; Chris Yule - Hiroshi Sato - Takeshi Saito.

Remplaçant : Jiro Nihei (G).

Danemark

Gardien : Peter Hirsch.

Défenseurs : Daniel Nielsen - Jesper Damgaard ; Jesper Duus - Dan Jensen ; Chrisitian Schioldan - Andreas Andreasen ; Thomas Johnsen.

Attaquants : Frans Nielsen - Kim Staal - Nicolas Monberg ; Jens Nielsen - Bo Nordby Andersen - Morten Green ; Mads True - Ronny Larsen - Michael Smidt ; Bent Christensen - Alexander Sundberg - Mike Grey ; Kasper Degn.

Remplaçant : Jan Jensen (G).

 

Retour aux championnats du monde